L’état de la presse française : réalités et enjeux

Publié le :
  • En France aujourd’hui la presse est concentrée entre les mains d’une dizaine de milliardaires qui contrôlent à eux seuls la quasi-totalité des grands médias nationaux, et une bonne partie de la presse régionale.
    Réunion-débat avec :

    • Laurent Mauduit, cofondateur de Mediapart et auteur de "Main Basse sur l’Information"
    • Aude Lancelin, ex-directrice adjointe de la rédaction de l’Obs et lauréate du Prix Renaudot-Essais pour son livre Le Nouveau Monde.

    Entrée libre, participation aux frais.

    Réunion organisée par le Club Alpin Mediapart en partenariat avec le Club de la Presse.

    Grenoble, Maison du Tourisme
    Salle de conférence de la Maison du Tourisme,
    14 rue de la République
    Tram A et B, Hubert Dubedout-Maison du Tourisme)

Pour sa deuxième réunion publique, le CLAME vous convie à une soirée sur un enjeu majeur de notre société : celui de l’indépendance de la presse, pilier de la démocratie dont Victor Hugo disait que "attenter à l’une c’est attenter à l’autre".

Cette question est en effet d’une brûlante actualité. En France aujourd’hui la presse est concentrée entre les mains d’une dizaine de milliardaires qui contrôlent à eux seuls la quasi-totalité des grands médias nationaux, et une bonne partie de la presse régionale. Ils se nomment Bolloré, Lagardère, Arnault, Dassault, Drahi, Pigasse, Niel, Berger, Bettencourt ou Tapie. Affairistes industriels ou financiers, ils ont un point commun : aucun n’est issu du monde de la presse. Après avoir pris possession des titres (Le Monde, Libération, Le Figaro, Canal +, Télérama, TF1, L’Obs, Le Point, pour
n’en citer que les principaux) ils s’attaquent maintenant à leur contenu éditorial et aux rédactions (cf. 31 jours de grève à Itélé qui aboutissent au départ 25 journalistes, licenciement pour motif politique à l’Obs, suppression d’émissions qui déplaisent à l’actionnaire principal de Canal+, etc.). Des plans sociaux sont annoncés en cascade dans tous les secteurs de la presse (nationale, régionale, magazines, journaux spécialisés, etc.) illustrant combien l’arrivée des richissimes oligarques n’avait
nullement pour but de soutenir la presse et d’investir.

Ainsi, c’est toute la logique qui a prévalu depuis la libération pour doter le pays d’une presse indépendante des puissances d’argent qui est défaite, et avec elle les espoirs du Conseil National de la Résistance qui souhaitait comme l’a dit Albert Camus en 1944 : "Libérer les journaux de l’argent et leur donner un ton et une vérité qui mettent le public à la hauteur de ce qu’il y a de meilleur en lui".

Agenda solidaire

AgendaTous les événements

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017