Assemblée Générale de Ritimo à Cachan 28 et 29 janvier 2017

Publié le : , par  Marc Ollivier

Une Assemblée Générale de notre réseau est toujours un bon moment de convivialité et d’échanges d’expériences. Pour celle de Cachan (dans la banlieue sud de Paris), une trentaine de membres du réseau étaient représentés. Voici les questions principales qui ont été discutées.

Selon la dernière mission d’évaluation du réseau, Ritimo souffre d’un déficit de notoriété

Le réseau va donc lancer une étude pour renforcer sa stratégie de communication.

D’autre part, les présents à cette AG ont confirmé la baisse de fréquentation des centres de documentation classiques, tout en notant l’émergence d’un public jeune ouvert à internet et aux médias sociaux. C’est pourquoi le réseau a décidé de lancer un programme de formation à distance sur les outils numériques (de préférence « libres » comme « Big Blue Button » pour la communication) et les recherches d’informations et de documentation par internet.

Et il fera une plus grande place à l’acquisition d’outils pédagogiques d’animation et aux documents audio et vidéo.
Enfin la collection « Passerelles » poursuit ses publications : le N°17 sur les luttes pour les droits des femmes sortira en avril prochain et le N°18 portera sur la gestion des ressources en eau.

Dans la matinée du samedi, des réunions en petits groupes ont discuté des méthodes spécifiques mises en œuvre par des membres récents du réseau appelés « éco-lieux »

Régis et Mikaël nous ont présenté respectivement l’association « La Pachamama » en Bretagne et « C quoi Ça » dans les Landes. La première est une association couplée avec un GAEC sur 60 hectares de terre agricole occupés par du maraîchage bio, de l’élevage et des arbres fruitiers ; la seconde est installée sur un terrain plus réduit de deux hectares consacrés à des jardins de micro maraîchage et à des ateliers d’écoconstruction.

Les deux se consacrent à des activités d’éducation populaire au développement, à la citoyenneté et à la solidarité en organisant des interventions scolaires, des stages d’insertion locale par le jardinage et l’écoconstruction orientés vers les transformations du territoire et la solidarité locale et internationale.

Leurs méthodes pédagogiques ciblent l’autonomie et la participation collectives pour développer la confiance en soi et englobent des pratiques culturelles ouvertes. Dans les deux cas, la ruralité est une localisation structurante par la place des activités agricoles et le rôle majeur du lien entre le local et le global.

Pour plus d’infos sur ces éco-lieux, se connecter à leurs sites :
<https://jeanot.fr/le-projet/> et <https://fermelapachamama.com> .

L’après midi du samedi et la matinée du dimanche ont été consacrées aux modes internes de fonctionnement des membres de RITIMO et à une discussion sur les réponses apportées au questionnaire diffusé par le conseil d’administration sur ce thème.

l’objectif était de réagir efficacement aux transformations du monde extérieur (pouvoirs publics et collectivités locales, austérité budgétaire et extension du secteur marchand). Les points forts du débat ont porté sur les relations entre bénévoles et salariés, sur l’efficacité des principes de concertation et de responsabilité collective et horizontale pour la prise de décisions, sur le besoin de lieux ouverts sur internet et réseaux sociaux, et enfin sur l’importance des relations d’ouverture, d’accueil et d’accompagnement à l’égard des jeunes.

Au cours de la dernière plénière de l’AG, il a été décidé d’ouvrir à tous les niveaux du réseau une période de réflexion pour modifier les statuts de Ritimo afin de permettre l’accueil dans le réseau, aux côtés des associations selon la loi de 1901, de membres du secteur de l’économie sociale et solidaire tels que des coopératives sous statuts SCOP ou SCIC (des statuts qui garantissent que la majorité du capital reste sous le contrôle majoritaire des salariés).

Enfin rendez vous a été pris pour la prochaine AG à Nantes, les 17 et 18 juin prochains.

Nos activités

AgendaTous les événements