SOS Méditerranée

Publié le :
  • Présentation SOS Méditerranée lors du concert "Symbiose", une rencontre entre Orient et Occident sur les rivages méditerranéens. Festival Détours de Babel

    Echirolles, La Rampe
    15 av. du 8 mai 1945
    tram A, La Rampe Hôtel de Ville

SOS Méditerranée... à Grenoble !

Le 7 mars 2017 : depuis une année l’Aquarius, le bateau de SOS Méditerranée sillonne cette mer. Environ 14 000 personnes secourues (73 sauvetages) : 82% d’hommes et 18 % de femmes, dont 26% de mineurs. Les jours se suivent et se ressemblent entre désarroi et solidarité : communiqué de l’association du 3 mars : "513 personnes secourues lors de cinq opérations de sauvetage en moins de 24 heures (dont un tiers en provenance du Bangladesh)" !
L’association "SOS Méditerranée France" est née à Marseille en 2015, précédée un mois plus tôt de son homologue allemande et il y a tout juste un an, d’une autre en Italie. Démarche de solidarité à l’initiative du capitaine de marine marchande allemand Klaus Vogel et de la française Sophie Beau, responsable de programmes humanitaires. Indignés par la situation en Méditerranée, ils décident de mobiliser leurs réseaux pour monter une association européenne de sauvetage en mer Méditerranée.

JPEG Selon l’OIM plus de 5 000 hommes, femmes, enfants ont péri en mer Méditerranée en 2016 et l’on estime à plus de 35 000 le nombre de personnes disparues depuis le début des années 2000. Le taux de mortalité de l’axe migratoire Libye - Italie est évalué à environ 2 %.
Le monde maritime a toujours été porteur de valeurs de solidarité, à commencer par l’assistance à tout bateau en détresse. Bien que conscient des enjeux, aujourd’hui en Méditerranée, il est dépassé par la lourdeur de la tâche, des bateaux non adaptés au sauvetage, la fréquence des interventions. Depuis la fin de l’opération Mare Nostrum en novembre 2014, précise Alyssia Allen, il n’existe plus de dispositif de sauvetage pour faire face efficacement, dignement et de manière pérenne, à l’afflux de bateaux de migrants en détresse.

JPEGSOS Méditerranée se fonde sur le respect de l’homme, de sa dignité et se fixe un triple objectif :

  • Sauver les vies humaines : opérations de sauvetage en mer des bateaux en détresse.
  • Protéger et accompagner : soutien médico-psychologique, orientation vers des dispositifs d’accueil des personnes recueillies…
  • Témoigner des réalités et "des visages de la migration", en Europe mais aussi auprès des candidats migrants.

Pour parvenir à ses fins l’association loue, par un financement participatif, l’Aquarius : navire de 77 mètres de long, construit en 1977, anciennement utilisé en mer du Nord pour l’assistance aux bateaux de pêche. Il comporte notamment une clinique et peut accueillir 400 personnes voire le double en cas d’urgence. Ses interventions s’effectuent en coordination avec le Maritime Rescue Coordination Center (MRCC) basé à Rome. Financé aujourd’hui à 99 % par des fonds privés, le coût journalier des opérations maritimes est de11 000 € (affrètement du bateau, équipage, équipe de sauveteurs, équipement et matériel de sauvetage, fuel, logistique). Dernièrement, le label "cause nationale" vient de lui être reconnu.
Aujourd’hui se constitue sur le département une antenne locale, afin de sensibiliser, mobiliser de nouveaux acteurs, développer des actions de plaidoyer précise Alyssia, coordinatrice locale de ce projet qui s’articule et se situe en complémentarité avec les nombreuses associations de soutien aux Migrants (ADA, Apardap, Migrants en Isère…).

Pour tout contact, Alyssia Allen : a.allen chez sosmediterranee.org
http://www.sosmediterranee.fr/ (newsletter disponible)

Article publié dans Inter-Peuples n°255, avril 2017

Organisations nationales

AgendaTous les événements

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017