La légitimité du camp de Valmy

Publié le : , par  Roseline Vachetta

Il est des victoires dont il faut prendre le temps de se réjouir, celle du camp de Valmy est de celles-ci. On sait bien qu’il faudra mener de nombreuses autres batailles si nous voulons obtenir l’accueil de qualité des populations migrantes, le droit de circuler et de s’installer ici si elles le souhaitent, le droit au logement pour tous et toutes. Se battre pour inventer la société d’égalité et de justice que nous imaginons.
Mais justement parce que c’est extrêmement difficile, le jugement en référé du tribunal administratif du 27 avril 2017, suite à la demande d’expulsion de l’espace Valmy faite par la commune de Grenoble marque une étape importante dans notre lutte.

Ce jugement que vous trouverez en entier ci-dessous [1] affirme notamment :
..."étant donné que la situation des occupants ne fait l’objet d’aucune évaluation et qu’il ne leur a pas été proposé de solution alternative d’hébergement d’urgence,
que dès lors l’évacuation forcée du camp aurait pour conséquence de placer ces personnes au nombre desquelles figurent de nombreux enfants dans une situation de précarité encore plus grande, voire de mettre en jeu leur sécurité en les dispersant dans les rues de la ville...
en conséquence la demande doit être rejetée
".

De qui cette victoire est elle le fruit ?

D’abord des habitants eux-mêmes. De leur ténacité à se regrouper pour vivre - certains en sont à leur 3e expulsion ! - persuadés à juste titre, et comme le confirme le jugement, que c’est moins dangereux de vivre ensemble plutôt qu’isolés. De leur capacité à organiser concrètement leurs vies précaires, à découvrir et utiliser au mieux les quelques possibilités ouvertes comme la loi Dalo, l’aide d’un avocat déterminé ou le réseau d’associations mobilisées. De leur volonté à être acteurs de leur histoire en se battant pour leurs droits puis d’élargir leur lutte à d’autres sans droits. Ils sont nombreux à venir manifester devant la mairie ou la préfecture, à se rassembler devant le tribunal administratif...

JPEG - 150.4 ko
Camp Valmy
avril 2017

La victoire aussi des dizaines et des dizaines de militants

Le jugement de Valmy s’inscrit aussi dans une suite d’actions réussies : en particulier la marche du 11 mars pour le droit au logement pour tous et toutes, les rassemblements, les actions diverses et variées dont les occupations. La réquisition des logements et bâtiments vides est la revendication rassembleuse de ce mouvement dynamique. Parce qu’elle unit tous ceux et toutes celles, quels que soient leur histoire, leur nationalité, leur situation administrative, quel que soit leur propre difficulté pour se loger. Et parce que c’est une loi non appliquée et que c’est possible de la mettre en application maintenant. Même le préfet et les élus reconnaissent qu’il y a de nombreux locaux vides, suffisamment pour accueillir correctement les sans toit. Car la vie "en camp" n’est le projet de vie de personne bien évidemment !

C’est un mouvement social et politique au sens le plus noble du terme

Ce qui a été gagné c’est la reconnaissance de la légitimité des camps, des personnes qui y vivent. C’est la légitimité de l’action qui paye, des solidarités et des amitiés qui se nouent dans ce mouvement. C’est l’affirmation d’un projet social et politique, l’égalité et la justice, contre un autre projet dévastateur, celui de la mise en concurrence des uns contre les autres.

Article publié dans Inter-Peuples n°257, juin 2017

JPEG - 25.5 ko
Un Toit c’est un Droit !

[1

PDF - 29 ko
Valmy : Jugement du Tribunal administratif de Grenoble
27 avril 2017

Agglomération grenobloise

AgendaTous les événements