Changer Trump pas le climat ! édito n°258, été 2017

Publié le : , par  CIIP

Candidat, Trump l’avait promis, une fois élu il dénoncerait l’accord sur le climat conclu à Paris en décembre 2015 lors de la COP 21. C’est chose faite depuis le 1er juin, date à laquelle il n’a pas hésité à annuler toutes les mesures décidées en application de cet accord, avec notamment pour conséquence le retrait des États Unis du financement du Fonds vert pour le climat.

Usant d’un discours agressif tellement il est démagogique et protectionniste, il dénonce un complot contre son pays, qui lui ferait "perdre 2,7 millions d’emplois, et condamnerait des millions de familles américaines à rester dans la pauvreté". Le Fonds vert pour le climat destiné à aider les pays du Sud dans la transition et l’adaptation ne permettrait selon lui que de s’emparer de la richesse des USA pour la redistribuer aux pays en voie de développement. Bref le complot encore et toujours, celui des pays pauvres contre les pays riches ! Menacé d’"empeachement", il tente de souder "son peuple" avec lui contre le reste des peuples du monde, les plus pauvres essentiellement.

L’accord de Paris acte un objectif principal : rester bien au-dessous de 2°C d’augmentation de la température moyenne de la Terre et chercher à ne pas dépasser 1,5°C. Les militants de la cause climat ainsi que de nombreux experts avaient considéré que ce résultat de la COP21 était un accord minimum insuffisant. Si les mesures concrètes, jugées souvent comme trop minimalistes, ne se réalisaient pas, cela aurait des conséquences dramatiques et sans doute irréversibles pour la planète. Mais l’accord faisait consensus entre les grands de ce monde, de la Chine aux États Unis en passant par la France et les pays européens. Le remettre en cause est totalement irresponsable voire criminel, quand on sait déjà que si les engagements pris par les pays signataires ne sont pas revus à la hausse, le réchauffement pourrait être de 3°C en 2100. Ce qui entraînera inexorablement l’accélération rapide et brutale de la fonte des glaces polaires, suivie de la montée drastique des eaux et de l’aggravation des grandes sécheresses meurtrières, sans parler des crises économiques et des conflits militaires qui suivraient inévitablement.

Nous rejoignons les protestations de tous ceux et de toutes celles qui estiment que cette décision de Trump doit être combattue, comme elle l’est déjà, aux États Unis et partout dans le monde, car l’avenir de l’Humanité sur cette Terre unique dépend de nous aussi.

Nous pensons contrairement à ce président nationaliste, impérialiste, dangereux, qu’il faut accélérer la lutte contre le changement climatique et pour la justice climatique et sociale. Cela passe notamment par la sortie des énergies fossiles et de celle du nucléaire à une échéance raisonnable, un service public décentralisé de l’énergie pour mettre en œuvre 100% d’énergies renouvelables, une agriculture paysanne écologique respectueuse des hommes et de l’environnement, des transports collectifs nombreux et cohérents, publics et gratuits, la réduction drastique des transports de marchandises, l’abandon des grands projets inutiles et destructeurs, comme celui du Lyon/Turin ou de Notre Dame des Landes et plus près de chez nous de Center Parc à Roybon, le développement d’un commerce juste et équitable.

A sa modeste échelle, mais avec beaucoup de citoyens et de citoyennes, le CIIP est engagé quotidiennement dans ces combats pour notre avenir commun et pour une vie plus juste pour tous et toutes.

Édito de Inter-Peuples n°258, été 2017

Editos

AgendaTous les événements