Migrant’Scène : Regards croisés sur les migrations Festival de la Cimade - 11 novembre au 2 décembre 2017

Publié le :
  • Pièce en un acte qui raconte le parcours des migrants qui arrivent en France.
    La pièce mêle des scènes de la vie quotidienne (audition auprès de l’OFPRA, puis auprès de la CDNA, discussions dans la rue, rencontres du dimanche autour de jeux de cartes, attente devant la préfecture…) à de courts poèmes qui ponctuent ces séquences, comme en lointain écho des tragédies grecques.
    S’il y est question de misère et de sentiment d’abandon, il y est aussi question de beauté, d’espoir et d’amour.

    D’après le texte d’Alain Lecomte (avec contributions de Rilke et Eschyle)
    Par la troupe des indisciplinés, atelier de l’APARDAP (Association de Parrainage Républicain des Demandeurs d’Asile et de Protection)
    Avec : Doussou, Flo, Lydia, Malissa, Marguerite, Tatiana, Abacar, Aldrich, Chabert, Evrard, Léonard, Lévy, Prince, Régis, Souriba, Ulrich.
    Mise en scène : Karine Vivant et Patricia l’Ecolier
    Chorégraphie : Ximena Figueroa -Groupe Emile Dubois/ Cie Jean-Claude Gallotta

    Entrée libre dans la limite des places, participation aux frais.

    La Tronche, Théâtre La Faïencerie
    74, Grande Rue

  • Ouverture du festival

    Des représentants de l’exil chilien, migrants des années soixante, et des représentants de l’émigration congolaise Brazzaville, exilés d’aujourd’hui, nous disent, nous chantent, nous donnent à voir ce qu’a été, ce qu’est toujours et encore l’exil. Ils nous le disent au travers de la poésie et de courts récits, au moyen de la musique et des chansons, avec des images témoignant de leur histoire.
    La Cimade les a accompagnés alors et elle les accompagne encore. Ses questions seront le fil rouge de la soirée : pourquoi sont-ils partis ? qu’ont-ils laissés derrière eux ? que nous ont-ils apporté ? Que leur avons-nous apporté ?
    La société d’aujourd’hui est profondément différente de celle des années 70, mais ce sont toujours des humains, nos frères et sœurs en humanité qui arrivent et nous demandent asile.

    Entrée libre dans la limite des places.

    Grenoble, Hôtel de ville
    11, boulevard Jean Pain

  • Vernissage de l’exposition "Attention, travail d’arabe", sur une idée de Ali Guessoum.

    Avec l’ambition affichée de transmettre à toutes et tous, et plus particulièrement aux jeunes générations, les valeurs et les richesses de la diversité et du vivre‐ensemble, l’exposition "Attention, travail d’Arabe" questionne, interpelle, provoque… toujours avec humour.
    Une partie de la société française se crispe et se replie sur elle‐même. Discriminations, inégalités sociales, précarité et manque de solidarité, le terrain est propice au développement des extrémismes et du nationalisme, sans compter le traitement médiatique anxiogène de ces sujets. Arabe, noir, musulman, rom, italien, etc. Chaque génération a son "étranger" et les stéréotypes qui vont avec ; et l’altérité est parfois vécue comme une menace intérieure… Pourtant la France s’est toujours enrichie de ces étrangers, devenus Français au fil du temps.
    Cet exposition s’attache à rappeler que l’on peut bien venir d’ailleurs et adhérer pleinement aux valeurs citoyennes françaises. A travers ses œuvres graphiques, elle propose un récit vivant et signifiant permettant à toutes et tous de mieux connaître et reconnaître la construction des préjugés et stéréotypes dans les imaginaires. L’exposition offre également des repères culturels et mémoriels communs, tout en favorisant, par la connaissance du passé, l’établissement de liens entre les générations.

    Un partenariat de l’Espace Paul Jargot avec le Festival Migrant’Scène de la Cimade et le Festival des Solidarités Grésivaudan.

    Exposition du 8 novembre au 1er décembre

    Crolles, Espace Paul Jargot
    34 Rue François Mitterand

  • Une pièce de théâtre tout public à partir de 8 ans de la Compagnie Lili Label
    Un partenariat de l’Espace Paul Jargot avec le Festival Migrant’Scène de La Cimade et le Festival des Solidarités Grésivaudan.

    Une scène. La friche du monde, au bord de nos yeux. Ils sont étrangers, nomades, exilés, et trainent avec eux leurs enfants, leur histoire et une carriole qui contient le peu qu’ils possèdent. Elle se déplie et c’est leur univers qui apparait : la tente est plantée, les seaux prêts à recueillir la pluie, on suspend les berceaux dans les arbres… D’où viennent-ils ? Ils parlent et chantent une langue inconnue. Leurs enfants les questionnent comme tous les enfants du monde : « Comment tu as rencontré maman ? Pourquoi on n’habite plus là-bas ? » Et à chaque étape, ces gens-là réinventent une histoire, leur histoire. Ils chantent, rient, jouent, souffrent aussi. Ce qu’ils racontent est beau, joyeux, mystérieux, parfois inquiétant, comme la vie.

    Et puis, il y a la violence qui leur est faite, simple, brute, sans commentaire.

    Ces Gens-là ne s’apitoie pas, ne choisit pas son ailleurs ni ses exilés. Ils parlent un langage imaginaire mais leurs gestes et leurs visages disent tout, leurs enfants-marionnettes n’ont pas encore coupé le cordon, et leur bric-à-brac est un trésor qui contribue à leur survie. Ils sont un peu chacun de nous, toujours l’étranger de quelqu’un…

    Billetterie Espace Paul Jargot http://www.ville-crolles.fr/

    Crolles, Espace Paul Jargot
    34 Rue François Mitterand

  • Projection du documentaire de Jean-Paul Mari et Franck Delhens, "Les migrants ne savent pas nager", À bord de l’Aquarius sur l’opération "SOS Méditerranée", suivi d’un

    L’Aquarius, navire affrété par l’organisation SOS Méditerranée, prend la mer à Lampedusa pour une durée de deux mois. Pour la première fois, une opération humanitaire se consacre exclusivement au sauvetage des naufragés entre les côtes de la Sicile et celles de l’Afrique. C’est la partie la plus dangereuse de la Méditerranée : plusieurs milliers de migrants y ont péri noyés durant ces dernières années. L’Aquarius peut recueillir jusqu’à 300 personnes. Outre l’équipage composé de bénévoles et de sept Médecins du monde, deux journalistes sont montés à bord. Il s’agît du grand reporter et écrivain Jean Paul Mari et du caméraman-réalisateur Frank Dhelens. Ils ont décidé de s’embarquer juste pour témoigner. Témoigner de cette catastrophe qui continue dans l’indifférence générale. Témoigner des efforts d’une poignée de bénévoles qui n’ont d’autre objectif que de sauver des vies. Ce film raconte au jour le jour l’engagement des uns face à la détresse des autres.

    En partenariat avec le festival des Solidarités Grésivaudan et SOS Méditerranée

    Pontcharra, cinéma Jean Renoir
    avenue de la gare

  • Vernissage de l’exposition de Bertrand Gaudillère et Catherine Monnet

    Alors que les pays européens s’avèrent incapables de répondre conjointement à un exode sans précédent de populations fuyant la guerre ou la misère, une autre forme de solidarité émerge en France.
    Elle dépasse le cadre habituel des associations et des collectifs d’entraide. Elle touche différentes classes d’âge, différentes catégories sociales ou professions et toutes les religions. Faisant fi des préjugés et des peurs véhiculées sur les étrangers, de plus en plus d’anonymes tendent la main aux milliers de réfugiés livrés à eux‐mêmes.
    Ce phénomène a pris une ampleur particulière dans le nord de Paris à partir de l’été 2015. Expulsés des dessous du pont du métro aérien de La Chapelle, puis ballotés d’un camp de fortune à un autre, des centaines de migrants survivent dans les 18e et 19e arrondissements de la capitale grâce à l’aide de citoyens ordinaires.

    Le photographe Bertrand Gaudillère et la journaliste Catherine Monnet proposent de découvrir les visages, les histoires et l’engagement de ces Français solidaires, devenus acteurs d’une des plus graves crises humanitaires et politiques du début du XXIe siècle.

    Exposition du 20 au 30 novembre. Entrée libre.

    Grenoble, Hôtel de ville
    11, bd Jean Pain

  • Journée Portes ouverte au Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile La Relève

    Les familles du Pôle Asile de l’Association La Relève vous convient à une journée de découverte de leur vision d’ici et d’ailleurs. Elles vous proposeront un tour d’horizon de leurs cultures et traditions en passant par des spécialités culinaires, des témoignages, des visuels et bien d’autres surprises encore… !!
    Venez nombreux pour échanger.

    Echirolles, La Relève
    8 Rue de l’Octant

  • Projection-débat avec la participation de Charles Heller, en partenariat avec ADA Aide Demandeurs d’Asile et l’APARDAP (Association de Parrainage Républicain des Demandeurs d’ASile et de Protection).

    Des milliers de personnes, tentent de trouver refuge en Europe en traversant la Méditerranée. La réponse des États est soit inexistante, soit sécuritaire. Des murs se construisent, les traversées sont rendues illégales et forcent les gens à mettre leur vie en danger une nouvelle fois. Pour pallier à cet état de non assistance à personne en danger, des civils s’engagent de différentes manières pour essayer d’amener un peu d’humanité dans cette crise sans précédent.

    Un documentaire TV de Frédéric Choffat, coécrit avec Caroline Abu Sa’Da, Suisse, 2016, 52′.
    Produit par Akka Films / Nicolas Wadimoff & Philippe Coeytaux et la Radio Télévision Suisse (RTS) / Irène Challand & Gaspard Lamunière

    Grenoble, salle Juliet Berto
    Place Saint-André

  • Vernissage de l’exposition en présence de Abou Fall, artiste conteur musicien sénégalais.

    Évaluer ce que nous devons à l’Afrique au regard de l’histoire, apprécier les valeurs que portent les sociétés de ce continent et ce qu’elles nous enseignent, tel est l’objectif de cette exposition proposée par le Musée dauphinois. Elle ambitionne de bousculer certains préjugés que de nombreux acteurs culturels, associatifs et universitaires isérois, partenaires du projet, dénoncent dans leurs actions. Des personnalités françaises et africaines réputées pour leurs travaux et leurs engagements, dont l’historienne malienne Adame Ba Konaré et l’ancien ministre français Edgard Pisani, ont accordé leur parrainage à cette exposition.
    Si l’Afrique est le « berceau de l’humanité », pour reprendre l’expression d’Yves Coppens dont les travaux ont éclairé la connaissance des origines de l’homme – il n’en reste pas moins qu’elle a connu les siècles les plus sombres de son histoire dans ses relations avec le monde, et l’Europe en particulier. Un passé lié à la domination coloniale, dont elle en subit encore les effets.
    Ne peut-on maintenant reconsidérer le rapport de l’Occident avec le continent africain ? Une relation d’équité et de reconnaissance mutuelle n’est-elle pas obligatoire pour qu’un développement réciproque pérenne soit possible ? L’ »anthropologie partagée » chère à l’ethnologue Jean Rouch, jette les bases de ce projet.

    Grenoble, Amal
    57 Avenue Maréchal Randon

  • Projection en partenariat avec le Festival des Solidarités Grésivaudan et Amnesty International Grésivaudan et avec des bénévoles de La Cimade, d’ADA Accueil Demandeurs d’Asile et l’APARDAP (association de Parrainage Républicain de Demandeurs d’Asile et de Protection), avec la présence de Ali Al Akim et de sa fille, réfugiés syriens à Grenoble depuis trois ans.

    Dans la Syrie en guerre, d’innombrables familles sont restées piégées par les bombardements. Parmi elles, une mère et ses enfants tiennent bon, cachés dans leur appartement. Courageusement, ils s’organisent au jour le jour pour continuer à vivre malgré les pénuries et le danger, et par solidarité, recueillent un couple de voisins et son nouveau-né. Tiraillés entre fuir et rester, ils font chaque jour face en gardant espoir.

    Villard-Bonnot, Espace Aragon
    19 Boulevard Jules Ferry

  • Concert poétique - la Cie Madior et Abou Fall
    L’accent est mis sur l’errance des personnages. Des personnages hors du temps qui se déplacent entre l’Europe et l’Afrique. La liberté des personnages est ensorcelé par les rites de la peur, la peur du naufrage, la peur du froid, le peur de l’errance. Le tout sur une allure musicale où se conjugue espoir des personnages.

    Direction musicale et texte : Abou Fall Sénégal et France ; Texte : N’Djane Marie Joséphine Akpa Côte d’Ivoire France
    Musicien : Sadio Cissokho Chant et Kora Sénégal ; Musicien : Mansour Diope Chant Danse Percussion Sénégal
    Régisseur son : Bantou Congo

    Grenoble, Maison de l’International
    1 Rue Hector Berlioz

  • Théâtre d’ombre, Dès 8 ans – Durée : 55 min
    Si nous ouvrons aujourd’hui un bocal fermé hermétiquement il y a quelques années, en respirant cet air, nous faisons l’expérience du voyage dans le temps.
    Il y a 7500 ans Malenky cultive des carottes pour nourrir ses moutons. Sa terre devenue aride, il est obligé de partir pour aller chercher plus loin une terre fertile. Ainsi débute l’histoire de Malenky. À l’issue de chacun de ses voyages, Malenky ouvre un nouveau bocal et nous faisons un saut dans le temps. Son parcours retrace certains des grands mouvements migratoires de l’Histoire.
    Entre théâtre et cinéma d’animation, Le voyage de Malenky réunit quatre rétro-projecteurs, un écran, des marionnettes animées par deux acteurs-manipulateurs, à la fois marionnettistes et montreurs de l’histoire en marche.

    Tarifs spectacle de 4 à 13€ ;
    Réservations sur www.espace600.fr / 04 76 29 42 82 / reservations chez espace600.fr

    Grenoble, Le Patio
    97, Galerie de l’Arlequin

  • Projection du film de Bouchera Azzouz et Marion Stalens, puis débat avec des bénévoles de La Cimade, d’ADA Accueil Demandeurs d’Asile et l’APARDAP (association de Parrainage Républicain de Demandeurs d’Asile et de Protection)

    La "daronne", en argot issu du vieux français, c’est la mère, la patronne. Dans nos quartiers populaires les daronnes sont les femmes sur qui tout – ou presque – repose. Des sentinelles qui ne baissent jamais la garde. Ce film est un hommage à toutes celles qui incarnent le féminisme populaire. Mères de familles, souvent femmes au foyer, mais aussi institutrices ou assistantes sociales, elles ont su bousculer les traditions et gagner leur indépendance au goutte à goutte, sans fracas, dérivant des voies toutes tracées auxquelles elles étaient destinées.

    Crolles, Médiathèque Intercommunale Gilbert Dalet
    92 Avenue de la Résistance

Le festival Migrant’Scène choisit de parler des migrations, d’interroger les politiques et mécanismes qui les sous-tendent, et remet à l’honneur l’hospitalité comme fondement de notre société et de notre rapport à l’autre quel qu’il soit !

En 2017, le festival propose de partager inspirations et initiatives autour de la thématique "D’ici et d’ailleurs : ensemble".

En savoir plus sur le site du festival

Agenda solidaire

AgendaTous les événements