En Libye : crimes contre l’humanité communiqué de la CMODH (Coordination Maghrébine des Organisations de Défense des Droits Humains)

Publié le :

Le CIIP a reçu un communiqué de la < Coordination Maghrébine des Organisations de Défense des Droits Humains > sur les pratiques esclavagistes qui se déroulent en Libye, dans certains camps où sont enfermés des migrants réfugiés principalement subsahariens bloqués ou rejetés par l’Europe..

Nous partageons la condamnation de telles pratiques exprimée par ce communiqué ainsi que la mise en cause des responsabilités de la France et d’autres pays européens dans cette situation inacceptable.

Nous croyons donc important de le diffuser à nos amis et à tous les visiteurs de notre site.

.

Rabat, 26 novembre 2017 : communiqué de la COMDH

Crimes contre l’humanité en Libye, silence complice des Etats maghrébins, arabes et européens

Il y a une dizaine de jours des reportages télévisés ont été diffusés montrant la vente aux enchères de migrants africains en Libye.
L’opinion publique découvrait avec consternation ce que les ONG dénonçaient : la vente de migrants noirs sur des marchés aux esclaves en Libye.

La CMODH dénonce avec véhémence les crimes contre l’humanité en Libye
et dénonce les silences complices des Etats maghrébins, arabes et européens.

La CMODH stigmatise l’irresponsabilité coupable de l’Union Européenne et de certains Etats Européens qui traitent et financent des milices libyennes pour s’opposer aux migrants africains en les maltraitant, les torturant et les emprisonnant dans des prisons clandestines.

La CMODH, organisation des droits de l’Homme maghrébine donc africaine, se sent profondément blessée par ces actes resurgis des noirceurs de l’histoire et qui ravive des douleurs que l’on croyait disparues à jamais.

La CMODH proclame sa solidarité avec les sœurs et frères migrants africains en Libye et dénonce toutes les parties qui, par leurs silences ou leurs complicités passives, laissent les crimes se perpétrer.

.

Cette situation n’est pas le fruit du hasard. Elle découle des politiques européennes, mercantiles et antihumaines vis-à-vis des migrants.

La CMODH rappelle que les migrants africains sont jetés sur les routes de l’exil par la misère, la guerre ou l’oppression politique ; et que la politique de l’Europe forteresse est non seulement vaine mais responsable des innombrables morts et de la résurgence de l’esclavagisme.
La CMODH dénonce ces crimes contre l’humanité et demande à tous les Etats Maghrébins de prendre une position contre ces pratiques et de saisir le conseil de sécurité sans délais pour prendre toutes les dispositions nécessaires à la sécurisation des migrants africains en Libye en les libérant de tous les camps immondes.

.

La CMODH lance un appel urgent à toutes les associations, organisations et forces démocratiques opposées à l’esclavagisme et à la maltraitance des migrants africains en Libye

afin d’organiser une campagne unitaire internationale pour en finir avec l’esclavagisme en Libye et propose d’organiser dans tous les pays du monde des manifestations et rassemblements pour cela le prochain 10 décembre 2017 jour de la célébration des droits de l’Homme.

Secrétariat de la CMODH
Rabat 26.11.2017

Point de vue sur...

AgendaTous les événements