Jérusalem : arrêter Trump ! Contre la force et le fait accompli, le droit et la solidarité avec le peuple palestinien

Publié le :
  • Rassemblement de solidarité avec le peuple palestinien suite à la décision de Donald Trump de reconnaitre officiellement Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël et d’y transférer l’ambassade des États-Unis.
    A l’appel de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) et du Collectif isérois pour la Palestine (dont fait partie le CIIP)

    Grenoble, Félix Poulat

Le 6 décembre Donald Trump a annoncé sa décision de reconnaitre officiellement Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël et d’y transférer l’ambassade des États-Unis

Cette décision unilatérale entérine la violation du droit international et des résolutions de l’ONU, qui interdisent l’annexion d’un territoire conquis par la force et qui reconnaissent la partie Est de Jérusalem comme capitale du futur État de Palestine.
Pour rappel, Il y a bientôt 70 ans Israël s’emparait de la partie Ouest de Jérusalem en violation du plan de partage décidé par l’ONU. Il y a 50 ans, il occupait la partie Est de Jérusalem avant de l’annexer et de prononcer la "réunification" de Jérusalem avant de la décréter "sa capitale éternelle, une et indivisible".

En reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël, soucieux de conforter son électorat extrémiste, Donald Trump affiche publiquement son mépris du droit international et il affirme le soutien inconditionnel des États-Unis aux politiques de l’État d’Israël, cautionnant la violence de l’occupation, la colonisation galopante, les destructions, les arrestations, les déplacements forcés de population, l’annexion de territoires, le maintien de la population de Gaza sous un blocus inhumain, le refus du droit au retour des réfugiés. Il rejette toute approche de la question israélo-palestinienne fondée sur le droit.

La communauté internationale dont l’Union Européenne a condamné dans sa quasi-totalité cette décision, à l’exception du gouvernement israélien et de ses relais aux États-Unis comme en France.

La France doit aujourd’hui prendre ses responsabilités et répondre à la force par le droit : elle doit sans plus attendre reconnaître l’État de Palestine dans les frontières d’avant juin 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale.

Il faut en finir avec l’impunité d’Israël : la France et l’Union européenne doivent passer des paroles de condamnation de la colonisation de la Palestine aux actes et sanctionner Israël tant que cet État ne respectera pas le droit international. Force doit revenir au droit.

Les Palestiniens n’abandonneront pas leur souveraineté sur Jérusalem-Est. Cet été ils ont fait reculer Netanyahu qui entendait restreindre leur accès à l’Esplanade des mosquées. Aujourd’hui, toutes générations confondues, ils répondent à la provocation de Trump par une mobilisation populaire massive, réprimée violemment par l’armée d’occupation.

En nous rassemblant ce samedi 16 décembre nous leur envoyons un message de solidarité de Grenoble

À l’appel de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) et du Collectif isérois pour la Palestine : Association Dauphinoise pour l’Amitié Franco-Libanaise, Cercle juif pour une paix juste, CCFD-Terre Solidaire, CIIP, Les Femmes en noir, Ensemble Isère, EELV Isère, Iran Solidarité, LIFPL, Maroc Solidarités citoyennes, Mouvement de la Paix, Nil-Isère, NPA, SGAP, Union Juive Française pour la Paix.

Agenda solidaire

AgendaTous les événements

juillet 2018 :

juin 2018 | août 2018