8 mars : Journée de lutte pour les droits des femmes

Publié le :
  • Nous appelons à l’action et à la grève pour les droits des femmes

    Le 8 mars 2018, rendez-vous à 15h40 devant l’hôpital nord (arrêt de tram La Tronche – Hôpital)
    Manifestation en direction de la place Felix Poulat

    De la Tronche - Hôpital à Grenoble, Félix Poulat

Les luttes féministes ont permis de conquérir des droits et de progresser vers l’égalité entre les femmes et les hommes. Mais cette égalité est loin d’être effective. C’est pourquoi la journée du 8 mars ne se "fête" pas et n’est pas la "journée de la femme" mais bien celle de lutte pour les droits des femmes ! Le 8 mars est une journée internationale de convergence de toutes nos luttes, celles des femmes d’ici et d’ailleurs.

Nous appelons à l’action et à la grève pour les droits des femmes

L’égalité entre les femmes et les hommes est pour nous incontournable : elle participe du progrès social. Laisser perdurer les inégalités, s’exercer les violences contre les femmes et les filles, c’est porter une responsabilité sur le fait que les idées rétrogrades progressent, que le patriarcat perdure. Tous les jours, nous assistons à la banalisation de la violence contre les femmes, nous endurons le sexisme ordinaire et les injonctions de la société. Tous les 3 jours c’est une femme qui meurt à cause des violences con-jugales, nous voyons augmenter les féminicides alors nous ne cesserons pas de le répéter : la "cause des femmes" n’est ni secondaire, ni une opération de communication. Elle ne se limite pas à féminiser les postes de direction en oubliant la majorité des femmes scotchées au plancher collant des temps partiels et de la précarité. Elle demande outre une volonté politique de tous les instants, des moyens humains comme financiers importants pour y parvenir et des sanctions contre les employeurs qui ne respectent pas l’égalité professionnelle. Notre constat est sans appel : le gouvernement français ne les a jamais mis en place. Le patronat met toute son énergie à combattre toute mesure contraignante. Et c’est ainsi qu’en 2018, l’urgence à obtenir l’égalité est toujours là.

Les femmes sont nombreuses à se mobiliser !

Nous dénonçons les violences sexistes, sexuelles et sociales à la maison, dans l’espace public, au travail. Nous alertons sur les stéréotypes de genre toujours persistants dans les médias, à l’école, dans la vie publique et privée. Nous condamnons la précarité, la pauvreté, le chômage. Nous refusons les inégalités au travail en termes de salaires, d’accès à l’emploi, de carrière, de temps de travail. Et nous rappelons les conséquences de toutes ces inégalités sur le montant des retraites. Nous dénonçons les conséquences de la répartition inégalitaire des tâches domestiques sur la vie des femmes. Nous luttons contre les remises en cause du droit à l’avortement, à l’accès à la contraception. Nous exigeons la garantie de services publics pour toutes et tous, des services à développer et équilibrer sur l’ensemble des territoires, de la petite enfance à la perte d’autonomie. Nous combattons la lesbophobie, la transphobie, l’homophobie, le racisme,… et de manière générale toutes les oppressions. Nous n’admettons pas non plus celles visant les femmes en situation de handicap. Nous nous battons pour les droits des migrant-e-s et des réfugié-e-s, en particuliers les femmes qui subissent de multiples oppressions.

Cette liste, bien longue, montre qu’il s’agit bien d’un système social, sociétal et structurel derrière toutes ces inégalités. Cette domination, nous la refusons et la refuserons jusqu’à ce qu’elle cesse. Et pour cela, nous appelons à agir sur tout le territoire, par des actions de grève, des débrayages, des rassemblements, des manifestations. Prenons le droit de disposer de notre corps et de notre vie ! L’égalité entre les femmes et les hommes est une question de justice sociale et de démocratie. C’est une nécessité pour gagner l’émancipation de toutes et tous.

15h40 c’est le moment à partir duquel nous travaillons gratuitement par rapport aux hommes. C’est pourquoi nous appelons à la grève et la manifestation.

Premiers signataires : Cercle Laïque, Femmes Égalité, LIFPL, Osez le Féminisme ! 38, Planning familiale 38, CGT 38, Solidaires 38, Féministes Insoumises, NPA38, PCF 38...

Agenda solidaire

AgendaTous les événements

juillet 2018 :

juin 2018 | août 2018