Repérages Les vélos de l’insertion à la coopération

Publié le :

Association créée en 1997, avec pour objectif initial l’accompagnement, à partir de moyens audiovisuels, de populations qui ont des difficultés d’accès à l’emploi. L’activité s’est réorientée ensuite vers l’accompagnement de projets culturels via et pour les habitants.
Fin 2001, l’association décide de mettre en œuvre un projet de solidarité - ici et là-bas - à partir d’échanges économiques : il s’agit de faire de la valorisation des vélos oubliés dans les caves ou qui finissent leur vie dans des déchèteries ici, un outil d’’insertion pour des personnes durablement éloignées de l’emploi. Concrètement, l’association collecte les vélos, les remet en état et les expédie en Afrique (Burkina Faso, Mali, Sénégal) à des associations qui font œuvre d’utilité sociale.

  • Au Burkina Faso, Repérages collabore avec l’ABBEH (Association travaillant avec les handicapés)
  • Au Mali, Repérages travaille avec la communauté villageoise de Gombougou.

Site de l’association Repérages

Coordonnées : 15, rue Abbé Vincent, ZI des Vouillands 38600 Fontaine

  • Atelier 04 76 49 31 06
  • Bureau : 04 76 25 51 10

Contacts  :

Présentation de l’association parue dans Inter-Peuples n°192 (décembre 2010)

Hyacinthe Karambiri, pouvez-vous vous présenter ainsi que l’association "Repérages" ?
Burkinabé, je dirige l’association Repérages dont je suis à l’initiative. Cette association s’est constituée en 1997, avec pour objectif l’accompagnement, à partir de moyens audiovisuels, de populations qui ont des difficultés d’accès à l’emploi. Action à base culturelle qui leur permettait à la fois de se dynamiser et de réaliser leur projet professionnel. Aujourd’hui cette activité s’est réorientée vers l’accompagnement de projets culturels via et pour les habitants.
A la suite de divers contacts, notamment avec l’association Ecla "Être Comme Les Autres", située à Ouhahigouya au Burkina Faso, fin 2001, l’association décide de mettre en œuvre un projet de solidarité - ici et là-bas - à partir d’échanges économiques. Concrètement nous collectons des vélos et nous les réparons ici à Fontaine, ce qui permet à des personnes de s’inscrire dans un parcours d’insertion. Nous expédions ensuite les vélos au Burkina où ils sont réceptionnés par notre partenaire l’"Association Burkinabé pour le Bien-être des Personnes Handicapées" (ABBPH), qui les remonte, effectue les réglages et les revend. D’une part, cette activité permet à ces Burkinabés de vivre dignement de leur travail et d’autre part le vélo, premier moyen de locomotion dans le pays, favorise la scolarisation des enfants, transporte les récoltes, etc.

Quels sont vos liens avec l’ABBPH ?
Pour nous la solidarité n’est pas conçue sur une base humanitaire, mais dans un lien économique. Nous voulons un rapport équilibré et clair qui permette de bâtir une économie solidaire. Ici nous avons le statut de chantier d’insertion et salarions en moyenne 22 personnes par an en emploi aidé et nous favorisons leur parcours professionnel. A Ouagadougou, l’ABBPH salarie une dizaine d’handicapés au sein de son atelier métallerie (elle possède également des ateliers couture et tannerie). Nous réparons environ 2.000 vélos par an ; un tiers est vendu ici et deux tiers sont expédiés par containers et vendus au Burkina. Nous vendons 17 000 FCFA (environ 26 €) le vélo à l’association. Une fois remonté il est vendu 25 000 FCFA (environ 38 €), alors que les vélos chinois coûtent 32 000 FCFA (49 €). Cette marge permet à l’ABBPH de salarier son personnel et d’équilibrer ses comptes.

Quels sont vos projets ?

En lien avec l’association hollandaise "la Poubelle", analogue à Emmaüs, nous avons développé des échanges et permis la récupération de vélos hollandais très appréciés ici. Par ailleurs, nous répondons à des marchés publics, comme pour l’entretien des vélos de la ville de Grenoble, par exemple. Parallèlement une réflexion est en cours avec l’ABBPH pour soutenir l’association dans un projet d’élevage pour personnes handicapées.

Peut-on vous apporter un soutien ?
Aujourd’hui un camion nous arrive affrété par la communauté de communes de la Porte du Hainaut qui désirait apporter un soutien à des populations burkinabés. Nous effectuons des collectes tout au long de l’année. Le soutien est très simple : vous pouvez nous contacter pour que nous en réalisions une dans votre commune ou venir acheter un vélo et des pièces détachées dans nos locaux... et ainsi tout en faisant acte de solidarité vous favoriserez la promotion du vélo dans la ville !

Organisations locales

AgendaTous les événements