Lucide

Publié le :

A Grenoble, lors de la manifestation du 30 octobre 2012, en réponse à l’agression de jeunes militants communistes par un groupe d’extrême droite, les Jeunesses Communistes avaient proposé aux personnes présentes ainsi qu’aux organisations syndicales, politiques, associatives de poursuivre ce mouvement de lutte contre l’extrême-droite et ses idées.
Au cours des nombreux débats qui ont suivi, des organisations ou des personnes à titre individuel ont adopté une plate-forme de lutte (fichier joint) et décidé de la création d’un collectif nommé LUCIDE (Collectif de LUtte Contre les IDées d’Extrême-droite).

Sa vocation : œuvrer pour une éducation populaire ayant pour objet :

  • de créer un front de mise en alerte ;
  • de prendre toute initiative commune pour développer la prise de conscience la plus large contre l’utilisation des droites extrêmes par le capitalisme destructeur ;
  • de lutter ensemble pour l’égalité des droits et la justice sociale.

Plateforme du Collectif isérois LUCIDE

Les idéologies, les discours, les exactions des droites extrêmes ne sont pas nés d’hier et un passé sinistre est là pour nous rappeler qu’il faut leur opposer, toujours, une action déterminée.
Le système capitaliste est aujourd’hui dans une crise si profonde qu’il ne croit pouvoir la résoudre, à son profit, qu’en imposant une austérité sans fin aux peuples, en Europe et dans le monde, par la réduction à une misère généralisée : bas salaires, précarité, attaques contre les retraites et les retraité-e-s pour demain, abaissement de la protection sociale, augmentation des taxes qui pèsent sur le pouvoir d’achat, et allègement des plus riches, ...
En France la rupture espérée n’est pas venue : des politiques d’austérité s’appliquent déjà. Il est inacceptable qu’aucun changement ne soit intervenu sur la question des Roms ou des sans-papiers : la chasse continue !
Ce n’est pas le coût du travail le problème, c’est le coût du capital, avec les dividendes sans cesse croissants exigés par les actionnaires (15%, 20% parfois plus alors qu’il y a 30 ans on parlait de 2 à 3%). Oui, les vrais assisté-e-s, ce sont les grands capitalistes dont les entreprises sont bénéficiaires d’exonérations massives (30 milliards d’euros en 2011), auxquelles s’ajoute la fraude fiscale pour 45 milliards, les niches fiscales pour 66 milliards.
Les peuples acceptent de moins en moins ces politiques (et ces politicien-ne-s)
Grande est la tentation d’utiliser les droites extrêmes, en France lepéniste et autres "décomplexées", héritières du fascisme et du spectre national socialiste.
Leurs méthodes sont toujours les mêmes : démagogie et mensonges, torsion de la vérité, division des victimes du capital, stigmatisations et discriminations tous azimuts.
Contrairement aux discours ambiants relayés par certains media, les responsables de la dégradation de nos conditions de vie ne sont pas les musulman-e-s, les immigré-e-s, les femmes, les LGBT, …, mais les capitalistes qui licencient à tour de bras, les gouvernements qui appliquent des politiques antisociales.

Les organisations signataires mesurent la gravité des récentes agressions commises dans toute la France : contre des jeunes militant-e-s communistes, contre des militant-e-s féministes, contre des militant-e-s antifascistes, et décident d’opposer un front de large union pour agir ensemble. Les violences verbales et physiques, exactions multiples contre les biens et les personnes qui ne pensent pas comme eux sont inacceptables.
Les fascismes, quel que soit leur camouflage, sont résistibles, pour peu que toutes les forces démocratiques, politiques, syndicales, associatives, que toutes celles et ceux qui en prennent conscience se rejoignent et opposent un front de lutte sans faille, pour juguler les forces mortifères des droites extrêmes, lepéniste et autres, avant qu’elles ne gagnent encore du terrain.
Le temps vient où aucun-e citoyen-ne ne pourra plus dire "je ne savais pas", ne pourra plus rester en dehors de la lutte déterminée contre l’extrême droite.

C’est pourquoi les organisations signataires décident :

  • de créer un front de mise en alerte et de préparation d’actions massives de riposte
  • de prendre toute initiative commune pour développer la prise de conscience la plus large contre l’utilisation des droites extrêmes par le capitalisme destructeur.
  • de lutter ensemble pour l’égalité des droits et la justice sociale

Février 2013
Premiers signataires isérois :
Alternatifs, Alternative Libertaire, Association Départementale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes, Centre Information Inter-Peuples, CGT-38, Gauche Unitaire, JC, NPA, Osez le Féminisme, PAG38, PCF, Parti de Gauche , PRCF, Sud-Solidaires, SOS Racisme, RLF-Ras L’ Front Isère, Union Nationale Lycéenne , et citoyen-ne-s militant-e-s, …

Collectifs locaux

AgendaTous les événements

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017