Elections européennes : pour une Europe démocratique, sociale, écologique et solidaire

Publié le : , par  CIIP

édito mai 2014

Du 22 au 25 mai les Européens éliront leurs députés : un choix qui peut décider des orientations économiques, sociales et politiques de l’Union Européenne. Rappelons à nos lecteurs qu’en 2005 le CA du CIIP s’était prononcé contre le projet de Constitution européenne qui visait selon nous à promouvoir une Europe "libérale", anti-sociale, bien peu solidaire, une Europe "forteresse" face aux non Européens candidats à une terre d’accueil et d’asile. Résultat : malgré un Non majoritaire des électeurs lors du référendum de 2005, le gouvernement Sarkozy et l’Union Européenne sont passés outre et ont adopté de force cette Constitution, sous le déguisement du Traité de Lisbonne.
Le moins qu’on puisse dire est que l’évolution des politiques européennes a débouché sur un véritable désastre humain et social : chômage massif – 30% en Grèce (55% parmi les jeunes), 21% en Espagne et au Portugal (40% parmi les jeunes), des salaires de misère (jusqu’à 600 euros en Grèce !), paupérisation accélérée, alors qu’en même temps s’édifient des fortunes colossales, que les plus riches sont de moins en moins imposés et que l’Union européenne est de plus en plus le siège d’une foison de paradis fiscaux. Quant à l’Union Européenne, régie désormais par le nouveau traité budgétaire européen écrit par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, puis ratifié intégralement par François Hollande et sa majorité, elle impose une telle austérité que les droits sociaux (à la santé, au logement, à la retraite, à la culture…) sont largement amputés et que les budgets des Etats et des collectivités locales sont de plus en plus contraints et restreints.

"ÇA SUFFIT !", "ILS NE NOUS FERONS PAS TAIRE !" 
"GAGNER 600 EUROS PAR MOIS, C’EST DU TERRORISME !",
"LA PLUS GRANDE VIOLENCE C’EST LA PAUVRETÉ !".

C’est ce que criaient et crient encore les indignés d’Athènes, de Madrid, de Porto…
Les élections européennes doivent être l’occasion d’une "déconstruction" critique des mécanismes "libéraux" qui ont amené à ce véritable désastre. En tant qu’association de solidarité internationale le CIIP soutient les mouvements qui luttent pour une Europe sociale, contre le chômage, contre l’austérité, contre le paiement des dettes illégitimes, pour le droit à la santé, au logement, à un emploi, pour un développement respectueux de l’environnement. Aux côtés de ceux et de celles qui défendent une agriculture européenne respectant le droit à vivre de leur terre pour les paysans du Nord et du Sud. Nous devons par ailleurs nous opposer à cette Europe forteresse qui érige des murs et des camps pour empêcher la libre circulation et le droit d’asile des migrants. Avec les ONG du Nord et du Sud nous demandons non seulement aux Etats mais aussi aux partis politiques européens de prendre des engagements en faveur d’un développement durable, juste et solidaire, au Nord comme au Sud. Et de s’engager à ce que les pays du Nord cessent de piller par leurs multinationales les ressources naturelles des pays du Sud.
Voter pour des députés qui combattront pour ces objectifs et ces solidarités est important, surtout dans cette période de crise où les extrêmes droites européennes espèrent bien capter les voix de tous ceux et celles – et ils sont nombreux – qui sont écœurés par les décisions de l’Union Européenne et des gouvernements qui la dirigent.

Editos

AgendaTous les événements

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017