Irak : Non à une 3e guerre du Golfe ! Nous refusons l’union sacrée !

Publié le : , par  CIIP

La 69e Assemblée générale de l’ONU (24-25 septembre) a été marquée par la volonté guerrière des dirigeants occidentaux au Moyen-Orient. Devant les horreurs perpétrées par les intégristes du soi-disant État islamique, ils n’ont comme solution : l’intervention militaire.

Que le groupe EIL (Daesh selon l’acronyme arabe) soit un effroyable danger pour les populations de la région, cela ne fait pas de doute. Mais c’est d’abord la conséquence monstrueuse de toutes les ingérences et interventions coloniales des puissances occidentales dont l’approvisionnement en pétrole provient en bonne partie de cette région du monde. Depuis l’expédition de Suez (1956), les puissances occidentales sont intervenues maintes fois pour s’assurer le contrôle économique et géostratégique de cette région : les 2 guerres du Golfe (1990 et 2003), les guerres en Afghanistan, la guerre de Sarkozy en Libye, le soutien inconditionnel à Israël et à sa politique coloniale depuis sa création… Les conflits militaires permettent aussi le profit juteux des industries de l’armement, rien que pour la France l’exportation des armes a augmenté de 47% en un an générant une augmentation du chiffre d’affaires de 6,9 milliards d’euros.

Les alliances économiques, politiques, militaires avec les régimes monarchiques réactionnaires et autoritaires (Arabie Saoudite, Qatar, Émirats arabes unis) qui financent et arment aussi depuis des années les intégristes continuent. Elles maintiennent les peuples de la région dans la misère et sous le joug des dictatures. Les États dictatoriaux de la région ainsi que les grandes puissances ont tout fait pour s’opposer aux aspirations à la justice sociale et à la démocratie exprimées par les peuples de la région qui se sont soulevés depuis 2011. Ils n’ont pas hésité à financer et à armer les groupes intégristes pour endiguer les mouvements populaires.

Les causes réelles de la montée de l’intégrisme…

Aux Nations Unies, aussi bien Barack Obama que François Hollande, évoquant la situation au Moyen Orient, n’ont pas eu un mot pour condamner les massacres perpétrés à Gaza par l’Etat d’Israël. Pas la moindre allusion au conflit israélo-palestinien ! Alors qu’une des raisons de l’éclosion de l’intégrisme c’est le sentiment d’injustice et d’humiliation extrême ressentis par les peuples de cette région face à cette complicité entre Israël et les puissances occidentales. Alors qu’en plus de la misère sociale et de l’absence de démocratie, la montée de l’intégrisme s’explique aussi par les sentiments d’impuissance, d’injustice et d’humiliation extrêmes ressentis par les peuples de cette région. Ils restent également indifférents aux massacres tout aussi "barbares" perpétrés en Syrie par le régime de Bachar El Assad. Le régime syrien soutenu directement par la Russie, la République islamique d’Iran et le Hezbollah libanais a choisi de militariser la répression et joue sur la carte confessionnelle. Il n’a pas hésité à libérer des milliers de "djihadistes" et à favoriser le développement de ces courants intégristes afin de combattre les oppositions démocratiques et laïques.

Par ailleurs, ces mêmes puissances - même si elles s’en défendent - présentent le conflit irakien comme un conflit interconfessionnel, auquel il faudrait substituer le dialogue entre musulmans, chrétiens et "tous les citoyens épris de paix et de justice". En adressant discrètement une injonction aux musulmans de France de se désolidariser de l’État islamique ! Occultant ainsi l’essentiel : leur volonté guerrière de faire main basse sur les richesses énergétiques du Moyen Orient. Et avec le risque d’encourager le racisme et l’islamophobie.

Ce n’est assurément pas par une guerre - provoquée par toutes ces violences extrêmes que les puissances occidentales ont générées, guerre qu’on nous annonce très longue, étalée sur des années ! -, qu’on fera avancer un ordre juste et pacifique au Proche et Moyen Orient. Il faut faire pression sur nos gouvernements – d’abord en France - pour qu’ils cessent de soutenir les régimes corrompus et autocratiques et cessent d’inonder d’armes – via les marchands d’engins de mort mais aussi les Etats - toute cette région du Moyen Orient. Et qu’ils se décident enfin de s’attaquer aux deux causes majeures de cette situation : la domination coloniale d’une extrême brutalité d’Israël qu’il faut enfin obliger à se retirer des territoires colonisés et à reconnaitre les droits nationaux du peuple palestinien ; et la dictature criminelle de Bachar El Assad, obstacle fondamental à l’instauration d’un ordre pacifié et juste.

Cette déclaration de guerre : un déni absolu de démocratie

Enfin, il faut dénoncer avec force le caractère totalement autocratique de la décision de François Hollande d’entraîner la France dans cette guerre. Sans aucune consultation ! Nous avons à faire - conséquence d’une Constitution française anti-démocratique - à une démarche de type monarchique qui nous entraîne tous et toutes dans une aventure dont les conséquences sont aussi imprévisibles qu’incalculables… Quant aux dispositifs "anti-terrorristes" qui s’empilent les uns aux autres, ils sont autant de contrôles d’une grande partie de la population et représentent une atteinte certaine et très inquiétante aux libertés fondamentales.

Grenoble le 1er octobre 2014
Le Conseil d’Administration du Centre d’Information Inter-Peuples

Communiqués

AgendaTous les événements

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017