Kobané : Solidarité avec le peuple kurde

Publié le :

La ville syrienne de Kobané où vit majoritairement une population kurde est agressée et assiégée depuis un mois par les forces de Daesch, qui s’autoproclament "Etat islamique". Des centaines de morts et de blessés, une ville dévastée, une population livrée à elle-même dans le dénuement et le désespoir absolus. Nous saluons la résistance héroïque des forces kurdes, notamment du PKK de Turquie et du PYD (Unités de Défense du Peuple de Rojava)

Complicité de l’Etat turc et des puissances occidentales

Depuis des mois les Kurdes de cette région de la Syrie, toute proche de la frontière syro-turque, réclament en vain des armes lourdes, indispensables pour faire face efficacement à une armée "islamique" lourdement équipée. Non seulement, la Turquie refuse d’accéder à cette demande légitime mais en plus, elle empêche les milliers de Kurdes de Turquie de se porter au secours de leurs frères de Kobané. Au contraire, l’Etat turc n’a cessé de fournir des armes aux djihadistes, n’hésitant pas à tirer sur les militants du PKK qui voulaient rejoindre Kobané pour défendre la ville (au moins une quinzaine de morts déjà). Quant à la "coalition anti-Daesh", dont font partie notamment les USA, la Grande Bretagne et la France, elle s’est refusée à livrer un équipement militaire lourd aux Kurdes assiégés pour ménager ses propres intérêts et son allié turc – soutien qui aurait pu être décisif. C’est donc une complicité générale que nous dénonçons avec force.

Nous demandons au gouvernement français et à l’Union européenne 

  • d’aider réellement les Kurdes notamment de Syrie et de retirer le PKK de la liste des organisations terroristes
  • de nouer des partenariats solidaires avec les principales organisations kurdes en Turquie et en Syrie, condition indispensable pour une stabilisation juste et pacifique de la situation dramatique au Moyen Orient.

Nous exigeons  :

  • une aide humanitaire bien plus importante aux réfugiés syriens, kurdes et autres, y compris en Turquie
  • l’accueil des réfugiés de cette région notamment par l’ouverture des frontières européennes
  • la fin de cette nouvelle intervention impérialiste dans laquelle les États engloutissent des milliards qui seraient plus utiles pour le secours des millions de personnes déplacées qui fuient les massacres.

A l’appel de : CIIP, Comité de soutien aux réfugiés algériens, Comité Traite négrière esclavage, Les Alternatifs, NPA, Parti communiste Isère.

Agenda solidaire

AgendaTous les événements