Solidarité internationale : quel état des lieux ? quelles priorités ?

Publié le : , par  CIIP

édito, novembre 2014

Du 15 au 23 novembre se déroulera la Semaine de la Solidarité internationale (SSI). Ce doit être l’occasion chaque année de nous interroger : c’est quoi exactement la solidarité internationale ? A partir d’un état des lieux de la planète, quelles priorités solidaires doit-on se fixer ? Faut-il rappeler qu’en l’an 2000 les Nations Unies et de nombreuses organisations de Solidarité internationale - à partir d’un constat des inégalités et des atteintes aux droits fondamentaux (droit à l’alimentation, à la santé, à l’éducation, à l’égalité des sexes, à un environnement durable…) - avaient fixé des "Objectifs pour le Millénaire", dans un premier temps pour 2015 (nous y sommes presque).

Le moins qu’on puisse dire est que l’Humanité est bien loin d’avoir atteint ces objectifs. En effet, l’une des premières conséquences de la mondialisation libérale capitaliste, mondialisation tant vantée, c’est bel et bien l’accroissement des inégalités à l’échelle planétaire. Ainsi, 1,4 milliards de personnes vivent avec moins de 30 euros par mois, selon les dernières estimations de la Banque mondiale. Autre donnée à peine croyable : 1% les plus riches de la planète possèderaient 45,75% de la richesse mondiale estimée à 223 000 milliards de dollars en 2012… Inégalités qui ne sont pas les mêmes pour les hommes et les femmes. Ainsi, dans les pays du Nord, donc chez nous, les femmes représentent la majorité des travailleurs précaires et/ou pauvres. Et ce sont les femmes - dans le monde - qui sont les premières touchées par les violences et les guerres, les victimes majoritaires du trafic de la traite des êtres humains.

Et comment ne pas penser à ces centaines de milliers d’hommes, de femmes, d’enfants - qu’ils soient d’Érythrée, de Somalie, de Guinée, de Libye, de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan - qui tentent au péril de leur vie, en s’entassant sur de pauvres rafiots, de gagner cet eldorado mythique qu’est l’Europe à leurs yeux (au moins 3 000 morts depuis janvier dernier) ? Cette inégalité de destin générée par les conflits, la misère, la faim est un scandale absolu.

L’un des objectifs solidaires qui avaient été fixés aux États du Nord pour contribuer à la réalisation des Objectifs du Millénaire : consacrer au moins 0,7% du PIB à l’APD (Aide publique au développement). Or, l’aide publique française au développement fait les frais cette année de la politique budgétaire du gouvernement et n’atteindra en 2014 que 0,45 % du PIB, et encore sont décomptés dans cette aide les frais d’hébergement des demandeurs d’asile et le coût des reconduites à la frontière !

Face à cet état du monde, très partiel, le CIIP s’est toujours fixé comme objectifs solidaires : tout d’abord d’analyser les causes structurelles, économiques, politiques de cet état du monde si inégal et si injuste. L’aide humanitaire urgente est certes nécessaire, mais nous estimons qu’il est essentiel de remonter aux causes, d’informer, d’expliquer, de diffuser ces informations et ces analyses. En s’attaquant aux responsables de cet état du monde - essentiellement les états du Nord et souvent du Sud, les multinationales et la finance privée mondialisée -, en appuyant et soutenant les résistances ici et là-bas à ce désordre du monde, et en développant ici, à Grenoble, les solidarités à travers des collectifs et des partenariats solidaires. Une tâche immense, exigeante, à construire et à recommencer sans cesse… Nous comptons sur nos adhérents et nos amis pour nous aider à poursuivre ce long chemin solidaire…

Editos

AgendaTous les événements

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017