Des milliers de personnes à la rue ou menacées d’expulsion Ne laissons plus faire, regroupons-nous, organisons-nous !

Publié le :

Ce sont encore et toujours les plus pauvres, avec ou sans papiers, qui sont les premières cibles des politiques d’exclusion et d’austérité, alors même que les spéculateurs augmentent leurs profits. L’hébergement et le logement sont concernés au premier chef par ces logiques meurtrières. Les partis politiques au pouvoir ne font que stigmatiser toujours plus les populations d’origine étrangère en les expulsant hors de France et les populations les plus pauvres en les expulsant de leur logement.

Alors que le droit à un toit est un droit vital et fondamental, des milliers de femmes, d’hommes, d’enfants de la région Rhône-Alpes, étrangers ou français, sont à la rue ou menacés d’y être jetés à tout moment. Comme dans le reste de la Fran-ce.

Les causes ?

  • la politique de l’État et des collectivités locales qui n’assument pas leur obligation absolue d’hébergement d’urgence été comme hiver de toute personne quelle que soit son origine, alors que l’article 345-2-2 du Code de l’Action Sociale et des Familles (CASF) énonce que toute personne quelle qu’elle soit doit pouvoir être accueillie dans un lieu décent.
    Pire : ces institutions n’hésitent pas parfois à poursuivre les familles – notamment les Roms - et les personnes isolées jusque dans leurs squats ou "pauvres" campements et ... à les expulser !
  • la cherté des loyers, la spéculation immobilière qui ont permis aux banques, à une minorité de riches bailleurs, privés ou publics, de spéculer, de s’enrichir (les profits spéculatifs ont grimpé de 70% depuis 10 ans…). Pourtant en France, il y a 2,4 millions de logements vides pour 3,6 mil-lions de mal-logé-e-s.
  • la complicité des gouvernements qui ont laissé faire, précipitant les personnes et familles aux revenus modestes dans les impayés et le logement précaire, par-fois dans la rue !
    - plus largement une politique d’État qui est de plus en plus xénophobe et anti-sociale.

NOUS EXIGEONS :

  • Le maintien des structures d’hébergement d’urgence et l’amélioration des conditions d’accueil sans condition d’accès, été comme hiver.
  • L’arrêt des expulsions sans relogement, pour tout type d’habitation, des fermetures des places d’hébergement et des coupures de fluides (eau, électricité, gaz...)
  • Une application des lois DALO et ALUR qui prévoient un très large accès de toute personne ou famille à un logement décent.
  • La réquisition des logements vides, la construction massive de logements réellement sociaux (PLAI : Prêt locatif aidé d’intégration) et la baisse des loyers.
  • L’arrêt de la criminalisation de la "migration/solidarité internationale.
  • La régularisation de tou-te-s les sans-papier-e-s et l’arrêt des expulsions du territoire français.
  • Un logement pérenne et décent pour tou-te-s !

Agenda solidaire

AgendaTous les événements

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017