Mort pour un barrage inutile

Publié le :
  • Rassemblement et marche en hommage à Rémi
    à l’appel de : ADES, Alternative Libertaire, Centre d’Information Inter Peuples, Coordination Intermittents et précaires 38, Ensemble38, Les Alternatifs, Les Jeunesses Communistes, Les jeunes Ecologistes Grenoble, Nouveau Parti Anticapitaliste38, Parti de Gauche 38, Solidaires38

    Grenoble, place de Verdun

Il s’appelait Rémi Fraisse, il avait 21 ans. Nous nous associons à la peine de ses proches.
Il était diplômé d’un BTS Environnement" à Toulouse, militant investi au sein de Nature Midi-Pyrénées. Son décès ce week-end n’est pas un accident.
C’est le résultat de deux mois de violences policières croissantes envers les opposantEs à un barrage à Sivens dans le Tarn. Depuis quelques semaines, le collectif mobilisé pour l’arrêt du projet de barrage, alertait les autorités sur le comportement des forces de l’ordre.

Mais dimanche 26 octobre, alors que des centaines de gendarmes défendaient une zone où rien n’était plus à défendre, des tirs de lacrymogènes, de grenades assourdissantes et de flash-balls ont duré une partie de la nuit. Durant cette nuit où Rémi a trouvé la mort, au moins dix personnes ont été évacuées à l’hôpital, dont trois avec des blessures graves. Malgré les scandaleuses insinuations de certains médias les premiers jours, la responsabilité des gendarmes du PSIG est bien confirmée, des traces de TNT ayant été retrouvées sur les vêtements de Rémi. «  La mise en oeuvre d’un explosif militaire de type grenade offensive semble acquise » estime le parquet d’Albi le mercredi 29.

Le passage en force de ce projet de barrage est d’autant plus scandaleux que le rapport d’expert sorti ce jour établit que « le choix d’un barrage en travers de la vallée a été fait sans réelle analyse des solutions alternatives possibles », pointe une évaluation « contestable des besoins réels » et juge « de qualité très moyenne » l’étude d’impact, ce que disent depuis des années celles et ceux qui s’opposent depuis le début à ce projet. Le président du Conseil Général du Tarn a annoncé la suspension des travaux du barrage de Sivens. Pourtant la durée de la suspension reste incertaine.

Les projets inutiles sont coûteux, servent les intérêts de quelques-uns au détriment du bien commun et de l’intérêt général, détériorent l’espace naturel. Les choix politiques soutenant les projets inutiles ne peuvent que provoquer des réactions démocratiques légitimes.

-* Nous exigeons que toute la lumière soit faite sur la mort de Rémi et que tous les responsables soient punis.

  • Nous demandons l’abandon définitif du chantiers de Sivens, en Isère du Parc de Loisirs "Center-Parcs" de Roybon, comme des autres grands projets inutiles et imposés, tels que le TGV Lyon-Turin ou l’aéroport de Notre Dame des Landes.
  • Nous appelons à poursuivre la mobilisation en solidarité avec le collectif contre le barrage.
  • Nous dénonçons les méthodes de passage en force non démocratiques pour la mise en œuvre de projets inutiles.
  • Nous dénonçons la répression et la criminalisation grandissante des militants du mouvement social, syndical, écologiste, anti productiviste (comme la condamnation des déboulonneurs de la ferme-usine des 1000 vaches, la répression des pompiers de l’Isère,...)
  • Nous condamnons la stigmatisation et les pratiques policières violentes envers la population (quartiers populaires, roms, jeunes, squatteurs, sans papiers...)

Premiers signataires : ADES, Alternative Libertaire, Centre d’Information Inter Peuples, Coordination Intermittents et précaires 38, Ensemble38, Les Alternatifs, Les Jeunesses Communistes, Les jeunes Ecologistes Grenoble, Nouveau Parti Anticapitaliste38, Parti de Gauche 38, Solidaires38

Agenda solidaire

AgendaTous les événements

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017