Climat : cause nationale et mondiale 2015 ? édito janvier 2015

Publié le : , par  CIIP

Le 23 septembre dernier, le Secrétaire général des Nations Unies a organisé un Sommet sur le climat à New-York - en prévision du grand Sommet mondial qui doit se tenir en France, au Bourget, en décembre 2015. De nombreux chefs d’Etat étaient présents. Certes des engagements ont été pris – notamment par les Etats Unis et par la Chine- les deux pays les plus pollueurs de la planète, qui se réveillent enfin ! Des engagements - à vérifier - ont été pris en termes d’émission de CO2, initiatives, en ce qui concernent les puissances occidentales, basées sur des mécanismes de marché ou de partenariat public-privé tels que REDD [Réduction Emissions Deforestation], le stockage souterrain de CO2, le charbon "propre" , des projets d’agriculture "intelligente" face au climat (climate smart agriculture) ou encore l’initiative Energie durable pour tous. De fausses solutions présentées sous le label d’"économie verte" qui visent à marchander davantage la vie et la nature, pour en tirer davantage de profits. Quant à la Chine, elle s’est engagée, sans chiffrage précis, à diminuer sensiblement - pour 2020 voire 2025…- ses émissions de gaz carbonique. En modernisant notamment ses milliers de puits de charbon et en s’engageant à leur substituer peu à peu des énergies "propres" sans autre précision.

Il faut être clair : avec de telles mesures dont beaucoup ne sont que de vagues promesses, l’objectif des 2°C d’augmentation maximale de la température du globe en 2050 ne pourra être tenu. Les conférences sur le climat se succèdent (Kyoto 1997, Copenhague 2009, Durban 2011, Rio 2012)… mais la Terre tourne toujours aussi mal, les émissions de gaz à effet de serre ne cessent de monter, nous – aux Etats-Unis, au Canada, en Europe, en Chine…- poursuivons la folle "course automobile", consommons toujours plus d’électricité, toujours plus de viande (ce qui entraîne toujours plus de déforestation, notamment en Amazonie). Comment espérer juguler notablement l’augmentation de la température de notre planète si on construit toujours plus d’autoroutes sur les quelles circulent de plus en plus de voitures et de camions, si on encourage toujours plus l’agrobusiness, si on incite toujours plus à consommer…

La seule alternative : un autre modèle véritablement alternatif de production et de consommation, et de répartition des richesses. Ne pas se contenter de contrer les "fausses solutions" climatiques, mais soutenir notamment les ONG d’environnement, de solidarité internationale, les mouvements sociaux qui se mobilisent dès maintenant pour peser sur les négociations climatiques en décembre prochain ; tels que le mouvement Alternatiba ou encore la Coalition COP 21 : Conférence des parties prenantes sur le climat… Faute de quoi l’objectif des 2°C serait définitivement enterré… Et c’est la survie même de la planète qui est en cause.

Editos

AgendaTous les événements