Observatoire des Armements : 30 ans d’information et d’engagement pour le désarmement et la paix

Publié le : , par  Jo Briant

L’Observatoire des armements situé à Lyon [1], animé notamment par notre ami Patrice Bouveret, fête ses 30 ans. Le fondement de cette association – doté d’un centre de documentation très fourni et très pointu - est la volonté d’agir pour réduire le rôle – politique, économique, social - des armements, y compris nucléaires, en France et dans les relations internationales. En misant sur l’investigation, l’information et des actions de plaidoyer auprès des pouvoirs publics, vers une plus grande transparence des activités militaires et sécuritaires de la France et un meilleur contrôle démocratique.

Pour l’élimination des armes nucléaires
Depuis sa création, l’Observatoire des Armements exerce un rôle de lanceur d’alerte pour que Vérité et Justice soient apportées aux victimes des armes et des essais nucléaires. Il a participé à la création d’associations de victimes des essais nucléaires (Moruroa e tatou en Polynésie, Aven en métropole, civils algériens au Sahara…). En effet, à l’initiative de la Norvège, une conférence intergouvernementale sur l’impact des armes nucléaires a été organisée en mai 2013. Y ont participé 127 Etats et les principaux organismes humanitaires comme la Croix Rouge internationale.
Le gouvernement français a refusé d’y participer prétextant qu’il s’agissait d’une "diversion" ! Une seconde conférence a eu lieu au Mexique en présence de 146 Etats et une troisième s’est tenue les 8 et 9 décembre 2014 à Vienne à l’initiative de l’Autriche. Et le gouvernement a pratiqué chaque fois… la "politique" de la chaise vide, comme la Russie, Israël et la Corée du Nord. Apparemment, les dirigeants français préfèrent, comme les dirigeants russes, israéliens et nord-coréens, ne pas savoir ce que signifierait concrètement, pour des millions d’êtres humains, le fait qu’eux-mêmes appuient sur le "bouton nucléaire".
Quoi qu’il en soit, refusant que la France constitue un "goulot d’étranglement" dans les négociations, l’Observatoire des Armements poursuit son travail de recherche, d’information et de plaidoyer auprès de l’ensemble des responsables politiques et participe à l’animation du Collectif d’associations "Armes nucléaires STOP" ainsi qu’à la Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires (ICAN).

JPEGA signaler enfin que nos amis de l’Observatoire des Armements publient une revue trimestrielle – consultable au CIIP - "Damoclès". Une revue qui décrypte les enjeux des transferts d’armements, des conflits, des nouvelles stratégies sécuritaires, et l’implication de la France et de l’Union européenne.

Article publié dans Inter-Peuples n°232, janvier 2015

Région Rhône-Alpes

AgendaTous les événements