D’où vient l’endettement public de la Grèce ? Points de vue de Rafael Correa, président de l’Équateur et d’Éric Toussaint, du CADTM

Publié le :

Les derniers jours du mois de juin 2015 ont vu les membres de la "troïka" (FMI, Banque centrale européenne et Commission de l’Union européenne) accentuer au maximum leurs pressions pour contraindre le gouvernement grec élu en janvier 2015 et dirigé par Alexis Tsipras à appliquer leur programme d’austérité (baisse des retraites, hausse de la TVA, privatisations du secteur public) ce qui obligerait ce gouvernement à abandonner l’essentiel de son programme économique et social.
L’endettement public de la Grèce, hérité des complicités des gouvernements grecs précédents avec les manœuvres spéculatives des banques privées et des institutions néolibérales, est au cœur de cet affrontement entre la "troïka" et la majorité parlementaire dirigée par SYRISA, élue lors des élections de janvier 2015.
Pour éclaircir cette situation, nous vous invitons à entendre deux points de vue complémentaires : celui de Rafael Correa, président de l’Équateur, interviewé à l’occasion de la réunion à Bruxelles, les 10 et 11 juin 2015 entre les membres de l’UE et ceux de la CELAC, et celui d’Éric Toussaint, coordinateur du "comité pour la vérité sur la dette" lors de son intervention devant le Parlement grec le 18 juin 2015.

.

Interview de Rafael Correa

Réalisé à Bruxelles par le journaliste Alberto de Filippis, à l’occasion du sommet entre l’UE et la CELAC (Communauté des états d’Amérique latine et des Caraïbes), dont il est actuellement président (il s’agit d’une présidence tournante).

Rafael Correa a effectué des études d’économie à l’Université catholique de Santiago de Guayaquil avant d’obtenir une bourse pour les poursuivre à l’Université catholique de Louvain (Belgique) puis à l’université de l’Illinois (États-Unis d’Amérique), de Guayaquil et de Quito. Il devient le conseiller économique du vice-président Alfredo Palacio. Lorsque le président Lucio Gutiérrez est destitué en 2005, Palacio devient président et Correa ministre de l’Économie et des Finances (en octobre 2005) mais renonce à cette fonction quatre mois plus tard en raison de différends politiques avec le président Palacio. Durant cette brève période, il promeut une politique de gauche, opposée aux propositions de la banque mondiale et du FMI.
Élu président de l’Équateur en 2007, il fait adopter une nouvelle constitution par referendum en 2008. C’est pour lui le moyen d’enterrer le « modèle néo-libéral » appliqué par ses prédécesseurs. Elle renforce les pouvoirs présidentiels, en particulier en ce qui concerne les matières économiques et monétaires, et octroie à l’exécutif un plus grand contrôle des secteurs stratégiques tels que l’énergie, les mines, les télécommunications et l’eau. Parmi les innovations, le texte renforce la reconnaissance des peuples indigènes par l’accession au statut de langues officielles des langues kichwa et shuar
.

http://fr.euronews.com/2015/06/17/rafael-correa-les-conditions-imposees-a-la-grece-n-ont-jamais-vise-a-surmonter/
.
.

Éric Toussaint : intervention devant le Parlement grec

Il s’agit de la présentation du rapport préliminaire du comité créé le 4 avril 2015 par la présidente du parlement pour rechercher « la vérité sur la dette grecque ».

Éric Toussaint du CADTM a été nommé président de ce comité composé d’une trentaine d’experts économistes et financiers moitié grecs moitié étrangers choisis dans tous les continents. C’est la première fois qu’un parlement crée officiellement un tel comité qui n’a pas pour but de décider quoi que ce soit ni même de conseiller le gouvernement ; Son rôle est de fournir le maximum d’informations sur l’histoire de la dette publique grecque et du contexte national et international de cette histoire ; et de rassembler tous les éléments de preuve pour garantir la véracité de ces informations, afin que les autorités grecques décident leur politique en toute connaissance de cause.
La présente intervention d’Éric Toussaint accompagne la publication du rapport préliminaire de ce comité. Son rapport final sera remis en décembre 2015.

http://cadtm.org/Intervention-d-Eric-Toussaint-a-la
.
.

Une réaction de la presse : « Grèce, anatomie d’une manipulation »

Vittorio de Filippis et Maria Malagardis sont journalistes à "Libération". Ils ont publié l’article ci-après le 19 juin 2015

Une commission chargée par le Parlement grec d’établir un audit des finances du pays estime que les plans d’aide des institutions internationales n’avaient pas vocation à sauver Athènes, mais seulement les banques étrangères.

C’était une après-midi de printemps précoce, le 17 mars. A Athènes, dans une petite salle du Parlement grec, la Vouli, la presse (dont /Libération/) avait été invitée à assister au lancement d’une commission d’une nature encore inédite en Europe. Une commission « vérité » chargée de faire l’audit de la dette grecque, d’en décomposer les éléments et d’en retracer l’historique. Derrière le pupitre, deux femmes et un homme ne boudaient pas leur plaisir : cette commission, ils l’avaient appelée de leurs vœux depuis si longtemps ! Au centre, Zoé Konstantopoulou, 39 ans, élue présidente du Parlement dans la foulée de la victoire de Syriza, le parti anti-austérité, le 25 janvier. A ses côtés, deux militants de la première heure de l’effacement d’une partie de la dette grecque : Sofia Sakorafa, députée européenne de Syriza et Eric Toussaint, porte-parole du Comité pour l’annulation de la dette du tiers-monde (CADTM). Trois mois plus tard, la commission composée d’experts et de représentants de la société civile a rendu jeudi ses premières conclusions. Lesquelles, comme on pouvait s’y attendre, dénoncent l’illégitimité et l’illégalité d’une partie de cette dette.

Le timing peut sembler explosif. Alors que les négociations entre la Grèce et ses créanciers sont toujours dans l’impasse, le rapport préliminaire de la commission ne risque-t-il pas de jeter de l’huile sur le feu ? Dès le lancement des travaux de la commission, Zoé Konstantopoulou avait pourtant rappelé que cette commission d’audit relevait d’une obligation faite à tous les pays endettés de l’Union européenne de réaliser un audit de leur dette publique, après /« une réglementation imposée en 2013 »/. Sauf qu’aucun pays européen n’a jamais pris une telle initiative. A part la Grèce.

Le précédent de l’Equateur
Certes, en avril, une commission parlementaire d’audit de la dette publique pouvait apparaître, du moins selon ses détracteurs, comme une utopie pour gauchistes attardés. Mais à Athènes, les membres de la commission sont restés sereins. Economistes, juristes, sociologues, banquiers… tous connaissent des cas précédents. Comme, par exemple, celui de l’Equateur. Rafael Correa avait été élu président de la République équatorienne fin 2006 avec un programme basé, entre autres, sur la désobéissance aux institutions financières et sur une solution concernant la dette accumulée pendant le régime dictatorial et son augmentation sans fin. Au final, le pays a pu, grâce à l’appui notamment du CATDM et de représentants de la société civile, effacer près de 4 milliards de dollars (3,5 milliards d’euros) de sa dette publique. A la manière des grands cabinets internationaux, la commission parlementaire d’audit de la dette grecque a reconstitué une cartographie évolutive de la dette publique du pays.

/« La plupart des prêts publics consentis à l’Etat sont illégaux, car ils n’ont pas été utilisés au bénéfice de la population mais pour sauver les créanciers privés de la Grèce »/, explique Eric Toussaint à /Libération./ C’est la thèse centrale de la commission parlementaire. Cette dernière révèle par ailleurs, que jusqu’en mai 2010, avant que ne soit activé par la « troïka » (Banque centrale européenne, Commission de Bruxelles et Fonds monétaire international) le premier plan d’aide à la Grèce, les dépenses publiques du pays n’étaient pas plus élevées que celle de la moyenne des Etats de la zone euro. Alors, quelles sont les causes de l’envolée de la dette publique ? La faute à l’explosion des dettes privées. /« La crise des finances publiques a été alimentée par un endettement privé qui a fini par imploser/, explique l’économiste Michel Husson, membre de la commission. /Le surendettement des ménages favorisé par une incitation des banques à obtenir des crédits à tout va, et sans en mesurer les risques, a fini par mettre à terre le système bancaire du pays. »/

La « troïka » persiste et signe
La commission parlementaire souligne que le gouvernement de Georges Papandréou a volontairement intégré, avec la complicité d’Eurostat, des éléments qui ne devaient pas l’être dans le calcul du déficit public. /« Notamment une partie des dettes bancaires/, ajoute Eric Toussaint. /Dès qu’il est élu en octobre 2009, Papandréou "révèle" que la dette publique est de 127 % du PIB avec un déficit de 12 %. Avant l’élection, Karamanlis, premier ministre et leader de Nouvelle démocratie, l’évaluait / /à environ 109 % et un déficit public de 6,5 %. Il est évident que Papandréou a dramatisé la situation, manipulé les chiffres dans le seul but de sauver non pas le pays, mais le système bancaire grec et les grandes banques étrangères comme BNP, Crédit Agricole ou encore ING et Deutsche Bank… Toutes avaient consenti des prêts à un secteur financier grec qu’on savait pourtant fragile. Sauf que dramatiser la situation était un excellent moyen pour imposer des politiques d’austérité en Grèce. »/

Enfin, le comité souligne combien le plan de sauvetage de la Grèce en 2010, mis en place par le FMI, la Commission européenne et la BCE est illégal. Le FMI était parfaitement conscient de l’impasse des politiques d’ajustement. Lesquelles risquaient de provoquer une baisse des dépenses publiques et de détricoter toutes les conventions sociales. C’est écrit noir sur blanc sur un document classé /« secret »/, dont /Libération/ a obtenu copie. Document d’une page, daté du 25 mars 2010, qui explique que la thérapie imposée à la Grèce ne permettra en aucune façon au pays de renouer avec la croissance, ni de pouvoir se financer dans les deux prochaines années sur les marchés financiers internationaux.

Qu’importe, la « troïka » persiste et signe : Athènes doit accepter la cure d’austérité ! Pour la commission « vérité » sur la dette, ces éléments rendent donc les prêts du FMI à la fois illégaux (le FMI ne peut prêter à un pays qui n’a pas la capacité de rembourser). Mais aussi illégitimes. Et pour cause, puisque les /« droits humains du peuple grec »/ ont été violés par des mesures dont les conséquences sociales étaient clairement mesurées au sein même d’une institution comme le FMI. Il est vrai que les résultats de la Grèce ne plaident pas en faveur des politiques imposées par les institutions. Pendant que la dette publique passait de 100 % du PIB en 2008 à 177 % aujourd’hui, la production nationale annuelle de la Grèce s’est effondrée de 25 %. Et l’investissement a chuté de 23% entre 2009 et 2013. Avec en prime, une société disloquée, dont le taux de chômage officiel frappe plus de 27 % de la population et où plus d’un jeune sur deux est sans emploi. Enfin, aujourd’hui, le taux de pauvreté en Grèce est de 26 %, contre une moyenne d’environ 16 % pour les autres pays de l’Union européenne. De fait, la dette peut bien être considérée comme /« insoutenable »/ ainsi que la décrit la Commission.
Laquelle n’oublie pas de rappeler que les Européens estimaient, eux aussi, combien la thérapie imposée à la Grèce en 2010 pouvait se révéler nocive. /« C’est ce qui ressort des auditions que nous avons eues avec Philippe Legrain, ancien conseiller de José Manuel Barroso. Legrain nous a clairement dit qu’au plus haut niveau de la Commission européenne, beaucoup pensaient que la Grèce risquait l’accident »/, ajoute Michel Husson. La commission « vérité » estime aussi que les nouvelles dettes n’étaient là que pour rembourser les anciennes, et non pour sauver le pays. Les Européens ont permis aux banques détentrices de dette publique grecque de se désengager. En revanche, pas question pour les créanciers de remettre en cause le pléthorique budget militaire qui a offert des contrats aux entreprises allemandes et françaises, dans des conditions parfois peu transparentes.

Quelle marge pour Tsípras ?
Et maintenant ? Que faire de ces conclusions explosives qui révèlent la duplicité troublante de créanciers qui savaient que le pays allait dans le mur, alors que la tension monte à l’approche du 30 juin, lorsque s’achève l’accord de prêts avec l’Union européenne et qu’un nouveau remboursement du FMI arrive à échéance ? Le gouvernement d’Aléxis Tsípras avait déjà renoncé le 3 mars à exiger un effacement de la dette, pourra-t-il se servir des travaux de la commission pour faire pression sur l’accord en négociation ? /« On peut l’espérer, mais ce n’est pas certain. Dans la rue les gens soutiennent Tsípras et ont la trouille qu’il finisse par céder »,/ explique l’économiste Georges Mitralias, qui a accompagné et soutenu les travaux de la commission. Dans l’immédiat, il affirme avoir reçu /« des encouragements des quatre coins du monde/ : /quand on parle de dette injuste, tout le monde comprend, tout le monde est concerné. »/

Vittorio DE FILIPPIS <http://www.liberation.fr/auteur/400...>
et Maria MALAGARDIS <http://www.liberation.fr/auteur/691...>

Vidéos : conférences ou déclarations enregistrées

AgendaTous les événements

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017