A l’aube de 2016 : lourdes menaces mais des victoires populaires encourageantes

Publié le : , par  CIIP

En ce début d’année 2016, et plus que jamais, parce que nous aspirons tous et toutes à un autre monde, plus juste, plus solidaire, plus respirable, et délivré de l’exploitation, nous choisissons de vous proposer une analyse de ce qui nous semble être les causes structurelles de toutes les barbaries qui s’accumulent, qu’il s’agisse de la destruction de toute vie sociale, au sud comme au nord ou à l’est, ou de celle de notre planète promise à un véritable naufrage si rien ne bouge.

Les causes de tous ces désordres sont connues, même si les gouvernants et les détenteurs des pouvoirs économiques, sans oublier les médias dominants, les occultent. Ce sont les impérialismes qui ont organisé l’esclavage, les colonialismes, la main basse sur l’Afrique et le Moyen-Orient, le pillage des matières premières, l’extractivisme mortel des énergies fossiles, l’agriculture productiviste qui appauvrit les sols, tue littéralement les paysans du monde, et participe ainsi au réchauffement de la planète. C’est cette concentration de plus en plus extrême des richesses au point que désormais 1% des humains sont aussi riches que 80% de l’humanité. C’est cette production criminelle d’armes de destruction de plus en plus massives dans laquelle la France s’illustre ; n’est-elle pas en effet la seconde nation au monde vendeuse d’armes ? Autant d’appétits, de voracité, d’exploitation forcenée des ressources limitées de la planète mais aussi des populations les plus fragiles, sous la houlette d’un système libéral capitaliste qui ne se fixe, ni ne se fixera jamais, aucune limite dans la recherche de son profit, au risque de la paupérisation totale de peuples et de la destruction de notre planète.

Les massacres abjects et lâches commis par Daesh le 7 janvier et le 13 novembre 2015 en France ne doivent pas nous faire oublier ceux commis en Syrie, en Irak, en Afghanistan, en Tunisie, au Kenya, à Beyrouth ou à Ankara... Ni les guerres, véritable terreau du terrorisme, conduites par les puissances occidentales.
Nous avons bien conscience, au CIIP, des défis inouïs auxquels nous sommes tous confrontés, citoyens et citoyennes du monde. Nous ne cèderons pas au découragement ou à la tentation du renoncement. Nous voulons plus que jamais informer, analyser, dénoncer ces mécanismes mortifères. Mais aussi débattre, partager, mettre en commun et s’inspirer de nos expériences : celles "là bas" conduites par des hommes, des femmes, des peuples qui luttent pour leurs droits à la terre, à l’éducation, à l’eau, à la dignité. Ou celles du peuple kurde et de nombreux Syriens qui résistent et qui parfois gagnent des batailles contre leur dictateur et contre Daesh ; celles de nos frères palestiniens... Et celles "ici" contre les idées d’exclusion et les actes de rejet de l’autre, de racisme, pour l’accueil sans condition des migrants, la régularisation de tous les sans papiers, pour notre droit de manifester. Un droit que nous continuons à arracher chaque jour avec tous ceux et toutes celles qui manifestent à Paris et dans les régions pour sauver le climat, leurs droits sociaux ou contre l’état d’urgence. Ensemble, si nous savons trouver "nos causes communes" nous vaincrons parce que nous sommes déterminés et solidaires. Et alors, 2016 sera une grande année !

Editos

AgendaTous les événements