Contre DAECH : une stratégie efficace et cohérente édito février 2016

Publié le : , par  CIIP

Le risque d’ attentats est réel en France comme ailleurs : une organisation construite sur une idéologie islamiste totalitaire, décidée à s’imposer par la violence à tous les Musulmans et au monde entier, a conquis un vaste territoire en Irak et en Syrie et s’étend de plus en plus en Afrique. Elle endoctrine et embrigade quelques centaines de jeunes français dont certains ont semé la mort dans nos rues. Que pouvons nous faire ? Avec le renforcement nécessaire des services publics affaiblis par les politiques d’austérité budgétaire néolibérales, deux terrains d’action sont incontournables.

Le premier est celui de la citoyenneté, mise à mal par les discriminations ethniques et/ou religieuses, le chômage de masse et l’absence de perspectives pour de nombreux jeunes, diplômés ou non. Le but de Daech est de semer la peur, la division, la terreur en utilisant les failles d’une société en terme de fraternité et de solidarité.
Mais, avec l’utilisation de l’état d’urgence contre tous les manifestants et le projet de modification de la constitution créant la possibilité de la déchéance de nationalité pour les binationaux nés en France, le gouvernement et le parlement risquent fort de renforcer les stigmatisations, et le racisme, en particulier contre les musulmans ou supposés tels. Et de faire ainsi le jeu et de l’extrême droite et de Daech. Il nous faut resserrer les liens entre tous les citoyens, combattre le racisme et l’instrumentalisation des religions affaiblissant les principes de solidarité et de fraternité, défendre l’égalité concrète entre tous [1]. Un programme d’investissements conséquents répondant à l’urgence sociale et écologique doit être lancé pour faire reculer le chômage et ouvrir des perspectives à toute la jeunesse.

Le second est celui de la lutte contre Daech. Mais là encore les décisions prises et les projets annoncés risquent de renforcer cette organisation terroriste plutôt que de la détruire : les bombardements de la coalition conduite par les États-Unis en Syrie depuis deux ans sont contre productifs puisque Daech s’est beaucoup renforcée en 2014 et 2015. Pourquoi alors y associer la France ? D’autant qu’ils provoquent la mort de civils innocents et alimentent ainsi la propagande des terroristes. Quant au projet de les bombarder en Libye, il ne pourra qu’accroître dans ce pays le chaos politique déjà provoqué par les raids franco-britanniques en 2011. Pourquoi enfin soutenir diplomatiquement le gouvernement de Turquie et celui d’Arabie saoudite, auquel la France vend quantités d’armes, alors qu’ils renforcent Daech en soutenant son idéologie islamiste totalitaire, en achetant le pétrole provenant des territoires qu’elle occupe et en ouvrant leurs frontières aux djihadistes étrangers qui vont renforcer ses troupes ? N’est-il pas incohérent de ne pas dénoncer leurs complicités et de continuer à commercer avec ceux qui soutiennent de fait Daech ? Il serait bien plus utile d’aider les combattants du Rojava et de l’ASL [2] qui la combattent efficacement comme à Kobané tout en luttant pour une Syrie démocratique.

Pour être efficaces contre Daech nous avons besoin de consolider notre citoyenneté, faite d’égalité, de fraternité, de solidarité, d’une autre politique économique et sociale en France, et d’alliances au Moyen-Orient avec les combattants des droits de l’Homme et de la démocratie.

Édito publié dans Inter-Peuples n°243, février 2016

[1La société civile se mobilise dans ce sens à Grenoble. Un débat éclairant avec Ismahane Chouder et Raphaël Liogier (sociologue) s’est tenu à Voiron le 16 janvier dernier, organisé par Ras l’Front sous le titre : "Musulmans ou assignés : le racisme au quotidien". De même le 29 janvier plus de 40 syndicats, associations et partis politiques ont organisé une grande rencontre populaire à la salle des fêtes d’Échirolles sous le titre "6 heures pour la paix et la fraternité, contre les amalgames". De même encore, l’initiative du Conseil Français du Culte Musulman d’ouvrir les mosquées pour dialoguer avec tous les Français lors du week-end des 9 et 10 janvier va également dans ce sens.

[2Armée syrienne libre

Editos

AgendaTous les événements