Etats généraux des migrations

Publié le :

Réflexion et propositions pour une autre politique d’accueil : journée d’étude.

  • 9h30 / Accueil des participants et présentation de la journée
  • 10h00 -12h / Trois ateliers "tournants" :
    • Comment agir pour changer le regard sur les migrations
    • Comment réagir aux violences faites aux migrants
    • Info/intox, les préjugés sur les migrations.
  • 12h15 -12h45 / Synthèse des ateliers en séance plénière
  • 12 h 45 / Pause déjeuner libre
  • 13 h45- 16h / Cinq ateliers thématiques sur les droits à créer ou à développer :
    • Droits à l’asile et aux titres de séjours
    • Droits au travail et à la formation
    • Droits à l’hébergement
    • Droits à la santé
    • Droits des mineurs isolés et des jeunes majeurs
  • 16h00 / Rapports des groupes et conclusions

Entrée libre avec inscription sur Eventbrite : mot de passe ATELIER2104

Grenoble, Maison des associations
6, rue Berthe de Boissieux

Pourquoi des Etats Généraux des migrations ?

500 associations organisent les États Généraux nationaux des migrations dans toute la France. A Grenoble, comme dans de nombreux territoires s’élaborent des propositions citoyennes pour une autre politique de l’accueil en lieu et place de la politique actuelle de la suspicion et du rejet de l’étranger.

Qu’ils fuient un pays en guerre, qu’ils partent pour échapper aux atteintes aux libertés, qu’ils fuient pour survivre à la grande misère ou aux conséquences du réchauffement climatique, tous cherchent un refuge au péril de leur vie.

Alors que les valeurs d’humanité et de solidarité sont partagées par de nombreux citoyens, ce n’est le cas ni des comportements, ni du projet de loi sur l’immigration et l’asile du gouvernement qui restreignent encore plus les droits des étrangers. Ils seront encore moins nombreux à bénéficier de la "protection", ils seront plus nombreux à se voir signifier l’ordre de s’éloigner après avoir été placés plus vite et plus longtemps en centre de rétention.

L’accès aux "séjours réguliers" sera encore plus fermé qu’aujourd’hui. Quant à ceux qui vivent ici depuis des années sans droits, la régularisation n’est même pas envisagée.

Dans le "pays des droits de l’Homme" comment peut-on priver des étrangers du droit à la libre circulation et de l’accès aux droits fondamentaux.
Nous devons combattre ces discriminations !

Org. AUI Alerte (Associations Unies Isère Alerte), La Cisem (Coordination Iséroise de Solidarité avec les Etrangers Migrants), Le collectif Migrants en Isère (facebook)

Information : auprès de l’APARDAP
09 51 93 48 18 / contact chez apardap.org

AgendaTous les événements