Sur l’agenda 13 janvier 2018

  • La spoliation* des biens au Maghreb a pris de l’ampleur ses dernières années. Elle fait de nombreuses victimes, qui s’organisent pour mettre en lumière leurs préjudices suite à des falsifications ou faux et usage de faux documents. La plupart des constitutions garantissent le droit de propriété ; les lois peuvent en limiter l’étendue et l’exercice si les exigences du développement économique et social d’un pays le nécessitent. La reconnaissance des statuts des propriétaires à travers le temps n’est pas discutable. Les lois doivent reconnaitre et protéger tous les vrais propriétaires. Les expropriations doivent être exécutées dans le cadre prévu par les lois.

    * "Spolier quelqu’un c’est le dépouiller ou le déposséder de ses biens par force ou par ruse..."

    Vu l’importance de cette pratique et surtout la mise en place des lois lui donnant plein pouvoir, il est plus qu’urgent de réagir et de dénoncer ensemble les injustices et toutes les manœuvres frauduleuses ou arrêts considérés comme illégaux.

    Table-Ronde animée par des acteurs locaux spécialisés dans la spoliation pour ouvrir des pistes de réflexion :

    • Comment confirmer les revendications et l’implication des associations et de leurs adhérents pour combattre la spoliation des biens ?
    • Dénoncer les lois utilisées pour spolier les populations, exiger le respect du droit de la propriété,
    • Soutenir les dossiers déposés auprès des Nations Unis contre la spoliation et trouver rapidement des issues à leurs demandes.
    • Solliciter ensemble l’intervention de la France pour la défense de ces concitoyens et la protection de leurs biens,
    • Mettre sur la place publique l’ensemble des situations de spoliation non traitées,
    • Engager des actions juridiques groupées devant toutes les instances compétentes,
    • Constituer un Comité et /ou un Collectif ou une O.N.G sur la spoliation.
    • Trouver les moyens financiers nécessaires au traitement des dossiers.

    A l’accueil, collation "Café accompagné de croissants".
    Plus d’informations : 04 79 32 15 32 ou courriel

    Org. Associations SAFE et Yemma’Zighen en collaboration avec l’ODTI "Observatoire des Discriminations & des Territoires Interculturels" - Droits et Justice au Maroc - Congrès Mondial Amazigh - Amazigh et AL ASSALA

    Grenoble, Maison des associations
    6 rue Berthe de Boissieux

  • 10e Rencontres départementales "Luttes et Résistances" :

    • Dès 15h : stands associatifs
      Une trentaine d’associations présentent leurs actions, proposent des livres ou des documents et des objets en vente solidaire.
    • 17h : Débat avec Olivier Le Cour Grandmaison, "La réalité des discriminations et la répression des luttes"
      Enseignant en sciences politiques à l’université d’Évry-Val-d’Ess., il anime des séminaires au Collège international de philosophie. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’indigénat et siège à la Cour nationale du droit d’asile. Au-delà de la bataille autour des mots ou des concepts, il s’agit de pointer comment se pratiquent aujourd’hui les discriminations et qui touchent-elles. Il faut comprendre comment le racisme s’installe et opère y compris dans les institutions de l’État pour pouvoir le combattre autrement que sur le seul terrain de la morale individuelle. La division recherchée de la population sur ces questions, ainsi que sur les solidarités sociales, s’accompagne du musellement de la contestation et de sa criminalisation (restriction du droit de manifester, délit de solidarité, …).
    • 18h30 Salades, plat chaud, gâteaux, boissons et rencontres
    • Débat avec Omar Slaouti, "Vivre ensemble c’est quoi ?"
      Professeur physique-chimie dans un lycée d’Argenteuil. Issu des mouvements antiracistes, il est membre du collectif "Vérité et justice pour Ali Ziri" et l’un des porte-parole de la manifestation contre les violences policières et de la Marche pour la dignité et contre le racisme.
      S’interroger concrètement sur ce qui est derrière l’expression "Vivre Ensemble", sur ce que les individus ou les groupes (ou les institutions) y mettent et comment ils le ressentent, c’est un travail de sociologue que nous a fait partager Saïd Bouamama. Au delà de l’injonction qu’on voudrait consensuelle, quels rapports de pouvoir ou de domination sont à l’œuvre. Et quelles sont les perspectives pour les dépasser ?

    Org. RLF 38 (Ras l’Front/ réseau de lutte contre le fascisme)

    Voiron, Salle des fêtes
    Place J.-A. Gau

  • A l’ordre du jour :

    • Appel et rappel des cotisations (seuls prennent part aux votes les adhérents à jour de cotisation)
    • Fixation de la cotisation 2018
    • Bilan moral 2017
    • Bilan financier 2017
    • Vote des bilans
    • Programme 2018
    • Modification des statuts (éventuelle)
    • Vote du CA et bureau
    • Divers

    Repas partagé

    Grenoble, Maison des Habitants Teisseire-Malherbe
    110 Avenue Jean Perrot

AgendaTous les événements

janvier 2018 :

Rien pour ce mois

décembre 2017 | février 2018