Trump et Jérusalem

Publié le : , par  CIIP

Le 6 décembre dernier Donald Trump, président des États-Unis, a annoncé sa décision de reconnaître officiellement Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël et d’y transférer l’ambassade des États-Unis. Décision approuvée et saluée aussitôt par le 1er Ministre israélien Benyamin Netanyahu. Faut-il rappeler que cette décision unilatérale est absolument contraire au droit international et aux résolutions des Nations Unies qui a toujours exigé et ce depuis 1947 que le statut de Jérusalem soit "gelé" tant qu’un accord de paix n’est pas signé entre Israël et les responsables palestiniens. Rappelons par ailleurs que l’une des exigences fondamentales des Palestiniens est la reconnaissance d’un État palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale de cet État. Enfin, rappelons que depuis 2000 ans Jérusalem n’a jamais été capitale d’un pays ou d’un État….Quant à la réaction des gouvernements arabo-musulmans elle est pour le moins timide : elle se réduit à de vagues protestations, alors que des mouvements populaires se sont déroulées en Tunisie, au Maroc, au Sénégal, en Afghanistan… et même en Amérique Latine. Quant au Hamas, il agite la menace d’une nouvelle Intifada. En réalité cette menace existait depuis au moins 1995, année où le Congrès étatsunien a brandi la menace, par solidarité politique et stratégique avec Israël, de transférer l’ambassade américaine à Jérusalem.

Nous, citoyen.ne.s français et européens, nous devons, au-delà de la dénonciation d’un tel transfert, dénoncer la colonisation israélienne toujours plus intense et criminelle de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est, ainsi que le blocus non moins criminel de Gaza, développer et élargir la campagne de boycott BDS, faire pression sur notre gouvernement et l’Union Européenne pour suspendre immédiatement tout accord économique avec Israël et reconnaître enfin l’État de Palestine. Nous ne devons jamais oublier le droit imprescriptible du peuple palestinien à une terre et à un État constitué de la Cisjordanie, de Jérusalem-Est et de Gaza. Palestine vivra, Palestine vaincra.

Le temps des paroles et de l’attentisme diplomatique est révolu. Les États-Unis viennent de sortir définitivement du jeu ; même si on ne se faisait aucune illusion sur leur volonté de faire pression sur Israël en vue d’une négociation. Le gouvernement français doit renoncer à son attentisme absolument insupportable et mobiliser le maximum de pays pour imposer enfin à Israël le respect du droit. Il faut rompre enfin avec la culture israélienne du fait accompli. A nous de faire pression pour que la France et les grandes puissances - dont la Russie et la Chine - fassent pression sur Israël pour le contraindre à une véritable négociation basée sur le droit international et les innombrables Résolutions des Nations-Unies…

Communiqué publié dans Inter-Peuples n°262, janvier 2018

Nos communiqués

AgendaTous les événements

septembre 2018 :

août 2018 | octobre 2018