2018 : année de la Palestine en France

Publié le :

2018 est l’anniversaire d’événements importants, dont en 1948 la création de l’État d’Israël, guerre de libération pour les uns, Nakba (catastrophe) pour les autres. A cette occasion Israël et l’Institut Français ont créé la Saison France-Israël, qui se déroulera simultanément dans les 2 pays de juin à novembre 2018. Une réaction s’imposait.

Depuis quelques années le gouvernement Israélien tente de redorer son image très largement abîmée par les 50 ans d’occupation militaire de la Cisjordanie, le blocus de Gaza, la colonisation de peuplement, la répression... En hébreux moderne c’est la Hasbara, que l’on peut traduire par "explication", ou "promotion". Ainsi l’opération appelée "Brand Israël" veut créer une image dynamique, démocratique et tolérante d’Israël, et ce sur 3 axes : l’image High-tech, l’accueil des homosexuels que Jean Stern dénonce dans son ouvrage "Mirage gay à Tel Aviv" et que nous inviterons prochainement à Grenoble, et la culture.

Le gouvernement Israélien vient de doter un fond spécial pour cette opération dont le financement sera complété par un appel à la générosité du public et des entreprises. Ainsi les artistes qui participent à la saison d’Israël en France s’engagent à ne pas critiquer la politique du gouvernement !
Le but affiché d’Israël est aussi de contrer le développement continu de la campagne BDS. Israël a tenté de criminaliser le mouvement, comme le montre par exemple la récente publication d’une liste noire d’organisations internationales soutenant le BDS, organisations dont les membres sont interdits d’entrer en Israël, et donc en Palestine ! Israël n’a pas réussi à montrer que le BDS est illégal en France, tous les procès sauf un (aujourd’hui en appel à la Cours Européenne des Droits de l’Homme) ayant déboutés les plaignants. Et récemment 2 procès ont montré que le boycott des produits et la discrimination à l’égard d’une nationalité ou d’une religion ne peuvent être invoquées puisque ce sont l’importation des produits ainsi que l’occupation militaire et la colonisation civile de la Palestine qui sont illégales. Le BDS en France est non seulement légitime mais légal s’il est un minimum argumenté !

Face au déferlement médiatique auquel on peut s’attendre en 2018 de la part d’Israël, une réaction s’imposait, évidente : 2018 sera L’année de la Palestine en France durant laquelle toutes les initiatives sont permises pour parler de la Palestine : événements culturels, évocation historique de la Nakba, actions BDS contre l’apartheid israélien... Dans ce cadre un collectif d’artistes, de travailleurs culturels et de citoyens engagés ont créé "Le Temps de la Palestine", pétition qui dénonce la participation de la France à la propagande israélienne et que l’on peut signer sur internet*.

Justice pour la Palestine {JPEG}
A Grenoble 2018 s’annonce intense : des actions contre HP et AXA sont en cours ou prévues ; le 12 mars DeColonizer, spécialistes israéliens de la Nakba feront une conférence ; début mars aussi ce sera la semaine contre l’apartheid israélien avec l’invitation de Virginia Tilley co-rédactrice avec Richard Falk du rapport ONU sur l’apartheid israélien. Puis comme évoqué ci-dessus la venue de Jean Stern…

Coordination Grenobloise de la campagne BDS

Article publié dans Inter-Peuples n°264, mars 2018

Point de vue sur...

AgendaTous les événements

septembre 2018 :

août 2018 | octobre 2018