Une autre agriculture se construit en Amérique Latine

Publié le : , par  Daniele Coll Figueras

Lors de son dernier séjour en Colombie, l’automne dernier [1], Daniele Coll Figueras (responsable pour FAL/CADTM du projet de solidarité et coopération avec le Réseau de Paysans la REDMAC en Colombie) a rencontré Marta, syndiquée de FENSUAGRO, Pereira)…

En Colombie, le syndicat FENSUAGRO (Fédération Nationale Syndicale Unitaire de l’Agriculture et l’Elevage), a ouvert en 2015, l’École paysanne Raul Valbuena à Viotà (Cundinamarca), puis, en mars 2017, l’Institut Latino-Américain d’Agro-écologie (IALA), Maria Cano à Viota.

Depuis une vingtaine d’années, la Via Campesina et la Coordination Latino-américaine des Organisations Rurales (CLOC) ont consacré une part importante de leurs actions à l’agro-écologie, pour former des personnes capables de mener la construction de la souveraineté alimentaire dans leur pays, dans leurs organisations et dans leurs communautés d’origine. Ces centres de formation de la Via Campesina partagent les mêmes conceptions politiques, pédagogiques et productives à travers tout le continent. Ils ont des méthodologies, des objectifs spécifiques et des contextes différents mais ils sont tous des instituts internationaux, créés pour développer l’éducation paysanne, la citoyenneté agraire, et la souveraineté alimentaire.

Colombie : Défense des droits des paysan·nes

Il existe déjà plusieurs exemples de centres de formation en agro-écologie :

  • Le Centre National de petits Agriculteurs Niceto Perez, Cuba
  • L’Ecole Nationale d’Agro-écologie, Equateur
  • L’IALA Florestan Fernandes du Mouvement des Sans Terres, Brésil
  • L’IALA El Amazonico, Brésil
  • L’IAIA Paulo Freire, Venezuela
  • L’IALA à Guarani, Paraguay
  • L’IALA Femmes Semeuses d’Espérance, Chili
  • L’Université Paysanne, UNICAM, Argentine
  • L’Ecole Paysanne Francisco Morazàn, Nicaragua

Les Droits des paysans sont à l’ONU

Le gouvernement colombien s’est abstenu lors de la Déclaration de l’Assemblée générale de l’ONU sur les droits des paysans. 54 États se sont abstenus (dont la France). Cette loi votée par 121 pays appelle les gouvernements à prendre des mesures pour garantir, entre autres, le droit à la vie et aux ressources naturelles, reconnaître le travail de ces populations et exiger des États des mesures de protection et de développement de conditions de vie et de travail dignes. Ce refus du vote en Colombie a été qualifié de honteux par de nombreuses organisations et personnalités qui rappellent la grande avancée de cette reconnaissance de droits : le monde paysan, sujet social historiquement exclu et invisible dans le monde entier, a été, en Colombie, largement victime du conflit interne, du processus d’accaparement des terres, du déplacement et de l’oubli de la part de l’Etat. 5 et 6 millions de personnes seront affectées par ce refus alors qu’elles sont déjà en attente de l’application des Accords de Paix concernant le monde rural.

La persécution des leaders sociaux continue en 2019

Selon dial-infos.org, début janvier, déjà 6 victimes :

  • 1er janvier, Jesus Perafan Président du Conseil d’action communale de Caicedonia (Valle del Cauca). Il faisait partie du groupe de musique "Los Herederos"
Jesus Perafan, leader social
assassiné début janvier 2019
  • 2 janvier, Gilberto Valencia Suarez (Cauca) Président du Conseil d’Action Communale
  • 4 janvier, Jose Rafael Solano (Antioquia) Paysan Conseil d’Action Communale
  • 4 janvier, Antonio Miranda Paysan fait partie du syndicat Fonsuagro, de Anzorc
  • 6 janvier, Maritza Quiroz Leyra a participé à la signature du pacte municipal et du pacte régional à Valledupar, en lien avec les programmes de développement qui figurent dans les Accords de paix.

Depuis les Accords de Paix, ce sont 454 assassinats de femmes et d’hommes engagé·es avec leur communauté (Données du Bureau de la Haute Commission des Nations Unies aux Droits Humains).

Article publié dans Inter-Peuples n°274, février 2019

A noter la venue à Grenoble d’Alfredo Añasco, président du Réseau de Marchés Agro-écologiques Paysans du "Valle del Cauca" en mars 2019. Consulter le programme ici.

Article publié dans Inter-Peuples n°274, mars 2019

Point de vue sur...

AgendaTous les événements