"Semaine contre l’Apartheid israélien" interdite à l’Université Grenoble Alpes

Publié le :

Conférence de Rania Madi et projection du film “The Lab” de Yotam Feldman à l’Université de Grenoble Alpes (UGA) [1]... interdites et maintenues !

A la demande le l’Union des Étudiants Communistes (UEC) de Grenoble, les deux évènements organisés dans le cadre de la Semaine contre l’Apartheid Israélien (Israeli Apartheid Week 2019 IAW) ont d’abord été autorisés par l’administration de l’Université Stendhal, puis interdits par message électronique de M. Patrick Levy, président de l’UGA. Prétexte invoqué : la demande n’était pas complète et cachait sciemment des informations !

Les 2 événements se sont déroulés avec quelques arrangements :

Devant l'Universitté Stendhal {JPEG}Conférence de Rania Madi devant l'Université Stendhal {JPEG} La conférence de Rania Madi, palestinienne réfugiée à Genève, juriste conseil auprès d’instances internationales dont l’ONU, s’est déroulée devant l’Université Stendhal où elle était prévue. Le froid, le vent, et le peu de passage à cette heure-ci ont réduit l’évènement à la dénonciation de cette arbitraire et absurde interdiction, à quelques mots sur le contexte politique, et sur la réalité du régime d’apartheid qu’Israël impose au peuple palestinien.

Débat à EVE avec Rania Madi {JPEG}La projection du film “The Lab” et le débat se sont déroulés non pas à l’Université Stendhal à 12h15 comme prévu, mais à 20h30 à EVE (Espace de Vie Étudiante) qui a voulu s’engager dans cet évènement proscrit par l’Université. 25 personnes, "vieux" militants et étudiants mélangés, ont regardé le film et participé au débat qui a suivi.
L’interdiction d’une conférence sur un sujet ne demandant guère plus que l’application du droit international a par exemple choqué quelques réfugiés argentins de la 1ère heure qui par réflexe militant sont venu nous soutenir, ainsi que quelques étudiants qui, en réaction, comptent organiser une réunion publique sur la Palestine à l’université.
Rania Madi a pu approfondir la question des réfugiés palestiniens, “réfugiés sur leur propre terre”, et sur l’impasse politique et mortifère que représente la militarisation de l’économie et de la société israélienne.
Bravo à Rania Madi pour sa présence et sa détermination, et à l’UEC pour avoir pris en charge l’évènement à l’Université, et assumé l’interdiction qui nous a été faite.

Ils ne nous feront pas taire !
Le président de l’Université regrettera d’avoir plié aux injonctions venues d’en haut,
Nous continuerons à exprimer notre opposition à la politique israélienne d’apartheid !

Coordination de la campagne BDS à Grenoble

Rencontres / débats

AgendaTous les événements