Les trophées de l’imposture Management en entreprise

Publié le :
  • Pour dénoncer cette vaste opération de communication du Medef et de divers partenaires afin de promouvoir une prétendue "révolution managériale", rassemblement devant la MC2 (venir avec un masque blanc).

    A l’appel de : Solidaires, Union Syndicale des Travailleurs de la Métallurgie de l’Isère (USTM CGT), SUD Collectivités Territoriales 38, Collectif des syndicats CGT de la Culture et du Spectacle 38, ATTAC38

    Grenoble, devant la MC2

Le Medef et divers "partenaires" financent une vaste opération de communication le 14 mai à la MC2 à Grenoble afin de promouvoir une prétendue "révolution managériale". Ces révolutionnaires veulent faire croire que l’entreprise a changé et qu’elle défend désormais la "paix économique" et le "bonheur au travail", "l’intérêt sociétal", "le bien commun". L’école de management de Grenoble, GEM, est chargée de l’organisation de la cérémonie de remise des prix aux managers les plus "vertueux".

Des entreprises participent à cette manipulation (Hewlett Packard, A.Raymond, Schneider Electric,...), aux côtés de banques et de compagnies d’assurance (MMA, la Banque Populaire,...), d’écoles patronales de formation des élites (ESSEC Bussiness School, Stanford Business Club), le tout chaperonné par la Chambre de Commerce de l’Isère, le MEDEF Isère et le MEDEF Auvergne Rhône-Alpes.

Comment oser parler de bien-être au travail

Quand on ne propose que du coaching, des hotline psy, des expérimentations managériales, du yoga, de la fausse bienveillance pour gérer le stress et la pression au travail ;

Quand le travail quotidien reste soumis à l’évaluation permanente et aux critères de performance (toujours plus avec toujours moins) ;

Quand le sens et la finalité du travail restent aux mains des directions et de leurs intérêts :

Quand en France près de 400 suicides par an sont liés au travail, 30000 personnes victimes de burn-out.

Comment oser parler de paix économique

Quand tous les jours le patronat et le gouvernement répriment les salarié·es et leur représentant·es, qui défendent les droits sociaux ;

Quand on regarde la répartition des richesses en entreprise :

  • En 2017 la France est le pays d’Europe qui a le plus fortement rémunéré les actionnaires : 57 milliards
  • 2010 à 2017 : les impôts versés par les entreprises du CAC 40 ont baissé de 6,4 %, alors que leurs bénéfices ont augmenté de +9,3 %. Leurs effectifs en France ont baissé de 20 %.

Quand le pouvoir reste aux mains des actionnaires et de la finance ;

Quand on continue de supprimer des emplois dans le privé et le public au nom de la performance et de la compétitivité ;

Quand le Lean-management sévit partout et pressure les salariés dans le public comme le privé (ex Hôpital) ;

Quand le travail de millions de personnes reste non reconnu et dévalorisé (bas salaires, précarité, etc).

Le jury des trophées

A l’heure où s’ouvre le procès des dirigeants de France Télécom, accusés d’avoir appliqué une politique managériale menant au suicide de dizaines de salariés, il est malvenu de trouver dans le jury Delphine Ernotte, en poste à l’époque comme directrice de France Télécom. Elle est actuellement présidente de France Télévision, service public frappé d’un plan d’économie drastique.
Au jury également un spécialiste de la paix avec un Général de corps d’armée, Philippe Guimbert, Commandant de la région de Gendarmerie Auvergne-Rhône-Alpes.
Parmi les jurés, se trouvent également... le président de la Métro, Christophe Ferrari, le maire de Grenoble, Éric Piolle, et … Edgard Morin comme caution morale.

Samouraï

Dans ses bâtiments GEM invite les étudiants à passer "de la paix économique à l’entreprise florissante" en prenant modèle sur les samouraïs. On enseigne ceci : Samouraï vient d’un ancien verbe japonais du Xe siècle "sabourou" qui lui aussi signifiait être au service... ce bonheur et cet honneur d’être au service. Les écoles qui forment les leaders se doivent d’intégrer ceci dans leur culture et questionner les étudiants : "Êtes-vous prêts à être au service avec tout le courage que cela nécessite ?". GEM enseigne aussi le hara-kiri ?

Plus choquant encore, c’est l’engagement du service public dans cette opération patronale. On trouve en vrac le Préfet de l’Isère, la Gendarmerie na4onale, le Ministère du travail, le Ministère des solidarités et de la santé, Science Po, la Ville de Grenoble, Grenoble-Alpes Métropole,... En quoi l’argent public, l’argent de nos impôts a-t-il vocation à financer la propagande patronale ? C’est inadmissible !!!

Agenda solidaire

AgendaTous les événements