Un indépendantiste à la tête du Congrès de la Nouvelle-Calédonie

Publié le : , par  Philippe Savoye

Les élections provinciales du 12 mai marquent une progression des partis indépendantistes, même si les présidences territoriales ne se modifient pas (aux loyalistes la province Sud et aux indépendantistes les provinces Nord et des îles Loyauté). Des résultats découlent leur nombre de représentants au Congrès de la Nouvelle-Calédonie. Cependant deux faits sont à souligner dans la province Sud :

  1. si la majorité ne change pas, elle marque le recul - 18 points - des loyalistes modérés (Calédonie ensemble) au détriment d’une droite plus radicale
  2. et la percée de "l’Eveil océanien", anti-indépendantiste constitué de membres de la communauté wallisienne et futunienne.

Au total, les anti-indépendantistes disposent de 28 des 54 sièges au sein du Congrès qui accompagne la mise en œuvre des accords de Matignon et de Nouméa.

Surprise lors de l’élection de son président, le 24 mai : après un premier tour où loyalistes et indépendantistes recueillent chacun 25 voix, au second tour, les membres de l’Eveil océanien, "anti-indépendantiste mais non loyaliste" apportent leur soutien à Rock Wamytan, UC-FLNKS, qui est élu avec 29 voix ; premier indépendantiste élu à ce poste. MilakuloTukumuli, leader de l’Eveil océanien présente cette participation "comme une majorité océanienne pour le changement, mais non une majorité pour l’indépendance". A suivre donc…

Article publié dans Inter-Peuples n°277, juin 2019

Point de vue sur...

AgendaTous les événements