Barrages, encore une privatisation ! “Eau secours”

Publié le :
  • Les organisations signataires appellent les citoyen•nes, les salarié•es, les élu•es politiques de tous bords à se mobiliser sur le barrage de Saint Egrève le samedi 15 juin 2019 de 12h à 17h : pic-nic partagé et action citoyenne

    Organisations signataires : Collectif "Ne nous laissons pas tondre", Collectif "Sauvons nos barrages", les Amis de la Terre, Citoyens pour le Climat Grenoble, Alternatiba, ANV COP21, Marche pour le climat, Gilets Jaunes Isère, ATTAC, CADTM
    Syndicats : CGT Énergie Isère, Sud Énergie, CFDT Chime Énergie, CFE GE Alstom, UD CGT Isère, UD Solidaires Isère, Solidaires Météo France, CGT GE Alstom.

    St Egrève, sur le barrage

Les gouvernements successifs de Sarkozy, Hollande et Macron nous font croire que c’est l’Europe qui impose à la France de brader ses barrages aux intérêts privés. C’est faux !

La France est le seul pays riche, en dehors du Chili de Pinochet, à envisager cette folie : nos lois ont été méticuleusement détricotées, une à une, depuis plus de 5 ans, pour rendre cette folie insensée obligatoire au regard de la seule loi française…

Le principal argument contre cette folie, c’est sûrement l’eau : EDF stocke dans ses barrages plus de 75% des stocks d’eau de surface du pays. Et l’eau sert à beaucoup de monde, notamment en été (agriculture, tourisme, faune, flore, refroidissement de centrales nucléaires…). Mais d’ici 20 à 30 ans, la tragédie climatique en cours va raréfier l’eau dans le pays, et les débits, en été, seront divisés par 2 ! La France va récupérer le climat de l’Espagne avec 6 fois moins de réserves d’eau ! Et l’eau, c’est la vie… C’est au moment où on va le plus avoir besoin d’arbitrer publiquement la pénurie d’eau qu’on choisit de livrer les réserves aux intérêts privés ! C’est fou !

Mais ce n’est pas tout ! Pas de transition écologique réussie sans monopole public intégré des barrages, pour quitter les énergies fossiles et pour sortir progressivement du nucléaire, pour intégrer les énergies du futur, solaire et éolien, non pilotables, non stockables, bref, pour sauver la planète de nos enfants, il faut empêcher cette casse organisée criminelle. C’est maintenant !

Vous en voulez encore ? Les barrages ne produisent que 10 à 15% de l’électricité du pays, mais ils sont le véritable poumon du système électrique. Parce qu’ils savent démarrer en quelques minutes, et parce qu’ils stockent, sous forme d’eau, 99% de l’électricité dans le monde, les donner au privé, c’est mettre à mal l’indépendance énergétique de la France, et donner un pouvoir économique sans borne à tout opérateur qui, en démarrant son usine hydroélectrique, sauvera le pays ou l’Europe toute entière d’un black-out dévastateur. C’est du vol !

Le plus inquiétant, c’est que les barrages sont des objets dangereux : une rupture du barrage de Monteynard ou de celui du Chambon génèrerait à Grenoble une vague de 6 mètres de haut 45 min plus tard ! Et l’État, qui a confié la surveillance de ces ouvrages depuis 73 ans à EDF, est absolument incapable de prendre le relai pour vérifier que plusieurs opérateurs privés (tentés pour faire des bénéfices de rogner sur les budgets d’entretien, de maintenance) priorisent la sécurité avant tout. C’est dangereux !

Les gilets jaunes ont raison de choisir cette lutte. Il est mathématiquement prouvé que le partage des barrages entre plusieurs opérateurs, même vertueux, ça désoptimise ! Rien que la différence des taux d’intérêts d’emprunt entre un acteur privé et l’état triple le coût des investissements ! Et qui va payer le montant de la facture ?

Pour toutes ces raisons… le 15 juin 2019… tou·tes à St Egrève sur le barrage… pour dire à Macron : Ça SUFFIT !

www.privatisation-barrages.fr/manif-de-15-juin-a-grenoble

Communiqué presse – PRIVATISATION DES BARRAGES !
L’intérêt financier ne doit pas primer sur l’intérêt général !

Un à un les services publics sont mis à mal par cette logique libérale pour laquelle l’intérêt général des citoyens n’a que peu de place.

Depuis plus de 5 ans, des syndicats, des collectifs citoyens, des élus politiques font entendre leur voix pour sauvegarder les barrages hydroélectriques dans le giron public. L’exploitation des ouvrages hydroélectriques par le secteur public a depuis des décennies démontré la sérieux et la cohérence dans la gestion de cet outil industriel majeur.

Les barrages hydroélectriques ont une importance capitale dans l’équilibre électrique car c’est une des seules énergies stockables à grande échelle, pouvant démarrer en quelques minutes.

Ces barrages sont également des réservoirs d’eau essentiels à l’agriculture, au tourisme, à la faune et à la flore mais aussi, au maintien du niveau des nappes phréatiques, et on le sait moins, au refroidissement de centrales nucléaire…

Comment envisager une seule seconde la possibilité qu’une industrie aussi stratégique pour le pays et les citoyens soit livrée à des grandes multinationales privées en concurrence ? Cela reviendrait à leur donner un moyen de pression sur n’importe quel gouvernement, collectivité locale ou même sur les citoyens.

Pour preuve l’augmentation des tarifs de l’électricité depuis l’ouverture du marché pour satisfaire la concurrence au détriment des usagers et des citoyens.

Comment la France pourrait-elle suivre cette voie en devenant le seul pays à céder aux injonctions de l’Europe sur ce dossier. Rappelons que le devoir de l’Etat et des élus de la Nation est de veiller à l’intérêt général.

A l’heure ou il faut combattre le réchauffement climatique, la gestion de l’eau sera un réel enjeu de société. Au vu de la diminution des réserves d’eau et de l’augmentation des températures, nous ne pouvons accepter de livrer les barrages à des intérêts privés au détriment de la collectivité dans le seul but de dégager des profits.

C’est pourquoi les organisations signataires appellent les citoyen•nes, les salarié•es, les élu•es politiques de tous bords à se mobiliser sur le barrage de Saint Egrève le samedi 15 juin 2019 de 12h à 17h :

Organisations signataires : Collectif "Ne nous laissons pas tondre", Collectif "Sauvons nos barrages", les Amis de la Terre, Citoyens pour le Climat Grenoble, Alternatiba, ANV COP21, Marche pour le climat, Gilets Jaunes Isère, ATTAC, CADTM
Syndicats : CGT Énergie Isère, Sud Énergie, CFDT Chime Énergie, CFE GE Alstom, UD CGT Isère, UD Solidaires Isère, Solidaires Météo France, CGT GE Alstom.

Agenda solidaire

AgendaTous les événements