Pour que le gouvernement français signe le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires

Publié le :

Les dangers incommensurables que font peser sur toute l’humanité les arsenaux d’armes nucléaires, dont 95%, rappelons le, sont sous la responsabilité des gouvernants US et russe, deviennent de plus en plus inquiétants. À la fois parce que les pays détenteurs de telles armes, signataires ou non du TNP (Traité de Non-Prolifération), n’appliquent pas ce traité, qui leur fait obligation de négocier "de bonne foi" un désarmement nucléaire ; mais aussi parce que les USA, depuis l’élection de Donald Trump, ont violé à plusieurs reprises leurs engagements internationaux.

D’abord ils se sont retirés unilatéralement du traité signé à Vienne en 2015 entre l’Iran et les cinq membres du Conseil de Sécurité, l’Allemagne et l’Union Européenne, pour décider "le niveau le plus élevé de sanctions économiques possibles" contre l’Iran. Les autres signataires ont déploré, d’autant plus que l’AIEA certifiait depuis 2017 que l’Iran respectait tous ses engagements. En fait c’est la position du gouvernement israélien, opposé au traité de Vienne, que Trump mettait ainsi en application.
Ensuite Trump a décidé en février 2019 de retirer les USA du traité signé avec la Russie en 1987 sur les armes nucléaires de portée intermédiaire. Du coup la Chine a écarté toute possibilité de négocier un traité trilatéral pour le contrôle de ces armes avec les USA et la Russie, en soulignant que les USA ont renoncé à appliquer leurs engagements internationaux.
Dernière alerte : les États-Unis sont sortis le 28 mai 2019 de la Conférence de l’ONU sur le désarmement ! L’ambassadeur US pour le désarmement Robert Wood a quitté la session en annonçant un boycott tant que la présidence tournante prévue pour un mois serait exercée par l’ambassadeur venezuelien Jorge Valero. Il ajouta qu’un représentant du président intérimaire Juan Guaido, un pantin téléguidé par les USA, devrait occuper ce poste ...
De nombreuses organisations de la société civile US nous alertent contre ces décisions dangereuses https://www.ciip.fr/spip.php?article1984

Mais parallèlement à cette série de décisions irresponsables, une majorité des pays membres de l’ONU (122 sur 192) ont négocié et adopté en juillet 2017 un Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires. Et sous l’impulsion de l’ICAN (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons, Prix Nobel de la paix en 2017) une campagne internationale se développe à l’intention des villes et des collectivités locales des pays possédant des armes nucléaires, pour qu’elles demandent à leurs gouvernements de signer ce traité. http://icanfrance.org/appel-aux-maires/

La lettre ouverte que nous envoyons aux élu.e.s de la municipalité de Grenoble fait également écho au rapport d’information 1155 adopté en juillet 2018 par la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale, où l’on peut lire < la France veut être une puissance nucléaire responsable et devrait jouer un rôle de facilitateur pour pousser au dialogue entre États nucléaires et promouvoir des mesures de désarmement concrètes et progressives >.
C’est pour aller dans ce sens que le Centre d’Information Inter-Peuples et le Mouvement de la Paix ont décidé de s’adresser aux élu.e.s du Conseil municipal de Grenoble.

Mesdames et Messieurs les élu.e.s de la ville de Grenoble,

Considérant les risques incommensurables que font peser sur toute l’humanité les arsenaux de milliers d’armes nucléaires si par malheur celles-ci venaient à exploser soit accidentellement, soit en cas de guerre, une forte majorité des États membres de l’Assemblée générale de l’ONU ( 122 États sur 192 ) ont adopté en juillet 2017 un Traité d’interdiction de ces armes qui est actuellement en cours de ratification.

Depuis la signature de ce traité, une campagne mondiale citoyenne se développe, impulsée par l’ICAN [1], pour obtenir que les élu·es des principales villes fassent pression sur les gouvernements non encore signataires de ce traité afin qu’ils rejoignent ceux qui l’ont adopté [2]. En France, Paris est la seule municipalité qui ait accepté de s’adresser à notre gouvernement pour lui présenter une telle demande [3].

Nous nous adressons donc à vous, élu.e.s de la municipalité de Grenoble, pour que vous décidiez que notre cité sera la deuxième ville française à effectuer une demande analogue.

Les Grenoblois, comme une grande majorité des citoyens français, sont favorables à un désarmement nucléaire. Hélas, l’engagement pris par la France, en signant le TNP [4], d’ouvrir des négociations "de bonne foi" pour aboutir à un désarmement nucléaire n’a pas été tenu.
Aujourd’hui, signer le nouveau traité d’interdiction des armes nucléaires adopté par l’Assemblée générale de l’ONU serait une bonne façon pour notre pays de lancer ces négociations avec les autres États détenteurs de telles armes.

En vous adressant au gouvernement pour qu’il signe ce nouveau traité, vous ferez entrer Grenoble dans l’histoire du désarmement nucléaire complet et contrôlé, vous lui ferez rejoindre les cités engagées dans la campagne de l’ICAN et tenir sa place dans l’immense mobilisation internationale des femmes et des hommes qui veulent à tout prix être délivrés des dangers monstrueux que peuvent provoquer les armes nucléaires.

Nous vous remercions de votre attention et comptons sur vos réactions positives,

pour le Centre d’Information Inter-Peuples : Roseline Vachetta - Olivier Potet
pour le Comité de l’Isère du Mouvement de la Paix : Jean-Paul Vienne

[1International Campaign to Abolish Nuclear Weapons, Prix Nobel de la paix en 2017

[2Des dizaines de villes dans plusieurs pays se sont engagées dans cette campagne, telles que Berlin, Münich, Sydney, Toronto, Oslo, évidemment Hiroshima et Nagasaki, Manchester, Washington DC, Berkeley, Baltimore, Los Angeles etc ainsi que les états de Californie, d’Oregon et du New Jersey aux USA

[3Avec Washington DC, Paris est l’une des deux capitales de pays disposant d’armes nucléaires qui se sont adressées à leurs gouvernements pour qu’ils signent ce Traité d’interdiction

[4Le TNP (Traité sur la Non Prolifération des armes nucléaires) est entré en vigueur le 5 mars 1970, mais la France, comme la Chine, ne l’a signé qu’en 1992.

Agglomération grenobloise

AgendaTous les événements