Pour que la France signe leTraité d’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN), le maire de Grenoble s’adresse au gouvernement

Publié le : , par  Marc Ollivier

Éric Piolle a écrit à Jean-Yves Le Drian, le 15 juillet dernier, pour rappeler au gouvernement la nécessité de l’interdiction des armes nucléaires. Il souligne en effet dans cette lettre :

"Notre ville est profondément préoccupée par la lourde menace que les armes nucléaires posent aux populations à travers le monde [...] Toute utilisation, délibérée ou accidentelle, d’arme nucléaire aurait des conséquences catastrophiques à long terme et à grande échelle pour les humains comme pour l’environnement. Ces armes sont destinées à frapper en premier lieu les zones peuplées et donc les villes "

Éric Piolle rappelle aussi que la France s’est engagée à œuvrer "de bonne foi" au désarmement nucléaire en adhérant en 1992 au TNP (Traité de Non Prolifération) mais qu’elle n’a pas encore respecté cet engagement. Il rappelle aussi qu’une majorité de 122 Etats membres de l’ONU ont adopté en 2017 un Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN) [1] et il conclut :

"Nous avons rejoint l’Appel des villes en faveur de ce Traité initié par l’ICAN (Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires). Nous appelons le gouvernement français à adhérer à ce Traité, étape indispensable pour parvenir enfin à l’élimination des armes nucléaires" [2]

Espérons que cette action sera suivie par de nombreuses autres municipalités…

Il faut souligner qu’Éric Piolle a décidé d’interpeler le gouvernement après l’envoi d’un message individuel à chaque élu·e du Conseil Municipal de Grenoble par le CIIP, message contresigné par le Mouvement de la Paix de l’Isère.

Cette démarche en direction des élu·es du peuple au premier niveau de nos instances démocratiques visait à leur rappeler que, selon un sondage d’opinion de l’IFOP en 2018 pour le Mouvement de la paix et le journal La Croix, les trois quarts des citoyen·nes sélectionné·es pour l’échantillon étaient d’accord avec une interdiction des armes nucléaires. Ce sondage et plusieurs autres [3] dont les résultats sont analogues, montrent bien que la position officielle des gouvernants français, qui prétendent toujours que le développement de ces armes, jamais débattu au Parlement, fait l’objet d’un consensus au sein de la population, ne correspond aucunement à la réalité.

Et de fait le message du CIIP et du Mouvement de la paix a provoqué des réactions favorables de la part des élu·es municipaux grenoblois. Et finalement la majorité municipale et le maire ont ainsi été motivés pour tenir compte de nos propositions.
Conférence de presse du 19/07/2019 {JPEG}Lors d’une conférence de presse le 19 juillet dernier [4] la lettre d’Éric Piolle adressée au gouvernement a été présentée et commentée par Bernard Macret, adjoint aux solidarités internationales, et par les représentants du CIIP et du Mouvement de la paix.

[1Dès qu’il aura été ratifié par 50 des 122 États signataires, ce traité d’interdiction préparé par l’ICAN (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons) qui a reçu le prix Nobel de la paix en 2017, entrera en vigueur et rejoindra ainsi les autres conventions internationales d’interdiction d’armes de destruction massive :

  1. la Convention sur l’interdiction des armes biologiques, en vigueur depuis le 26 mars 1975 (en 2019, 182 Etats sur 197 y adhéraient)
  2. la Convention sur l’interdiction des armes chimiques, en vigueur depuis le 29 avril 1997 (en 2013, 193 Etats sur 197 y adhéraient)
  3. la Convention sur l’interdiction des mines anti personnel, signée après une campagne internationale qui a reçu le prix Nobel de la paix en décembre 1997 et est entrée en vigueur depuis le 1er mars 1999.

[2L’article 1 du traité dit : "Chaque État Partie s’engage à ne jamais, en aucune circonstance mettre au point, mettre à l’essai, transférer, employer ni menacer d’employer des armes nucléaires ou d’autres dispositifs explosifs nucléaires". Texte complet du traité sur le site icanw.org.

[3Par exemple le. sondage sur le site idn-france.org ou pour la Belgique sur le site dhnet.be/actu/belgique. Il faut aussi rappeler que "l’appel de Stockholm" en mars 1950 demandant l’interdiction des armes nucléaires a été signé par 10 à 15 millions de Français·es… (chiffres cités par Wikipedia).

[4Compte rendu par le Dauphiné libéré du 21 juillet 2019. Les textes de notre message aux élus et de la lettre d’Éric Piolle, ainsi que des documents annexes sont sur le site du CIIP

Agglomération grenobloise

AgendaTous les événements