Procès en appel des solidaires de Briançon

Publié le :
  • Rassemblement pour soutenir les solidaires et lutter pour un monde fraternel, à l’inverse des politiques migratoires actuelles

    Grenoble, devant le tribunal
    place Firmin Gauthier
    Tram B, arrêt Palais de Justice - Europole

  • Manifestation au départ de de la gare puis rassemblement pour soutenir les solidaires et lutter pour un monde fraternel, à l’inverse des politiques migratoires actuelles

    Grenoble, rdv devant la gare
    puis devant le tribunal : place Firmin Gauthier
    Tram B, arrêt Palais de Justice - Europole

  • Soirée de soutien au comité des 3+4+2 de Briançon
    A la veille du procès en appel d’un des solidaires de Briançon pour "délit de solidarité". Ils sont accusés d’aides à l’entrée de personnes en situation irrégulière sur le territoire français alors qu’ils portaient assistance à personnes en danger. Ces appels font suite à des peines de prison prononcées à leur encontre par le tribunal de Gap (05) en janvier dernier. Cette répression s’inscrit dans une politique générale de harcèlement et d’intimidation tant pour les solidaires que pour les exilés d’ici et d’ailleurs. Kevin et Pierre ont besoin de soutien comme les 3+4 de Briançon ou comme encore Blessing, Tamimou... qui en auraient eu besoin avant de mourir à la frontière des Hautes-Alpes (05). Solidaire de ces personnes, Antigone appelle aux rassemblements devant le tribunal, et organisera le 23 octobre une soirée de soutien au collectif briançonnais (Le comité de soutien des 3+4+2+.... ).

    Grenoble, Antigine
    22 rue des Violettes

Les 2 et 24 octobre prochains, deux solidaires passeront en appel au tribunal de Grenoble pour délit de solidarité… Ils sont accusés d’aide à l’entrée de personnes en situation irrégulière sur le territoire français alors qu’ils portaient assistance à des personnes en danger qui avaient déjà franchi la frontière. Ces appels font suite à des peines de prison prononcées à leur encontre par le tribunal de Gap (05) en janvier dernier (respectivement 4 et 3 mois de prison avec sursis), au mépris de tous les droits de la défense (dossier non parvenu à l’avocat, refus de visionnement d’une vidéo contredisant la version des policiers…). Bientôt suivra le procès en appel des 3+4 de Briançon.

Cette répression s’inscrit dans une politique générale de harcèlement tant pour les solidaires que pour les exilés.

La mobilisation de tou·tes est nécessaire car la justice veut créer une jurisprudence qui pèsera sur tous les solidaires...

Agenda solidaire

AgendaTous les événements