Critique insupportable pour le pouvoir tchadien

Publié le :

Le journaliste tchadien Makaila N’Guebla a dû fuir son pays pour se soustraire aux attaques du Président-dictateur Idriss Deby contre la liberté d’expression. Après avoir essayé de s’installer au Sénégal et en Guinée, où il a continué à être victime de la vindicte d’Idriss Deby, il a obtenu un statut de réfugié en France, où il contribue à faire connaître l’évolution des luttes sociales en Afrique et particulièrement au Tchad [1].
Il faut croire que les activités de Makaila N’Guebla en France sont particulièrement insupportables pour le président Deby et sa famille puisque son neveu Abbas Tolli a déposé une plainte en diffamation contre lui devant la justice française qui a fait l’objet d’une session d’un tribunal à Paris le 17 septembre dernier.
À l’issue de cette session, le procès opposant Abbas Tolli, neveu d’Idriss Deby à Makaila.fr, a été renvoyé à 2020 "pour vice de procédure de la partie plaignante" et notre ami journaliste a diffusé le communiqué ci-dessous :

Communiqué de presse

Le site d’information <Makaila.fr> porte à la connaissance de son lectorat en général et de ses nombreux soutiens dans le monde, qu’il a répondu présent, mardi 17 septembre 2019 à 13 heure 30, à la convocation de la justice française dans l’affaire qui l’oppose à M. Abbas Tolli, ancien ministre des Finances, neveu d’Idriss Deby et actuel Gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC).

<Makaila.fr> se félicite de l’élan de solidarité exprimé à son égard à travers cette mobilisation citoyenne et populaire par les différents segments de la vie associative et politique en France.

Il saisit aussi cette opportunité pour remercier vivement et chaleureusement les activistes tchadiens, les militants français, les responsables des organisations panafricanistes, sans oublier les personnalités politiques ainsi que les médias institutionnels privés et alternatifs comme la BBC, l’AFP, Africa Radio, Guitinews.fr, pour leur présence massive au Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris et de l’intérêt qu’ils ont accordé à cette épineuse question liée à la liberté d’expression.

<Makaila.fr> exprime son profond regret qu’aujourd’hui, la liberté d’expression et de presse soit dorénavant réellement menacée même dans les pays en développement. Il constate qu’il est de plus en plus risqué pour des journalistes, des blogueurs et des citoyens engagés de s’exprimer librement sur des sujets sensibles qui mettent en difficulté les dirigeants africains, sans être inquiétés par les soutiens de ces derniers. Heureusement, la justice reste le dernier rempart des opprimés !

Pour ce fait, <Makaila.fr> informe l’opinion publique nationale et internationale que lors de l’audience à laquelle nous étions présents, un vice de procédure a été soulevé par la présidente dans le dossier de la partie plaignante, représentée par les avocats de M. Abbas Tolli. Elle a émis également son incompréhension sur le bien-fondé de cette procédure judiciaire contre notre site pour une affaire qui remonte à 2017 et qui a fait l’objet d’une poursuite judiciaire en 2018 et 2019. Ce vice de procédure témoigne à juste titre de la vigilance de la justice française devant des affaires suspectes. Pour toutes ces raisons, fidèle à sa légendaire confiance et à sa sérénité, <Makaila.fr> reste mobilisé et déterminé à poursuivre ce combat pour la liberté d’expression et de presse. Afin que cet acquis universel ne soit pas transgressé à des fins politiques, au détriment des démocrates et militants pacifiques qui s’efforcent de relever les nombreux défis de l’information pour la construction d’un Etat de droit, pour la justice sociale et la paix en Afrique et dans le monde.

Enfin, <Makaila.fr> salue les nombreuses réactions d’indignation et de soutien des organisations politiques et associatives. Il propose la mise en place d’une coalition internationale pour défendre la liberté d’information et protéger ceux et celles qui en font usage dans l’intérêt général.

Saint-Ouen l’Aumône, le 18 septembre 2019

Makaila N’Guebla
journaliste-blogueur

Tel : 00 33 7 82 49 43 08 / 00 33 7 51 55 99 42
www.makaila.fr

Lire aussi le soutien de Survie : "Critiquer le clan présidentiel tchadien : impossible, même en France ?"

Point de vue sur...

AgendaTous les événements