L’agglomération grenobloise solidaire avec le peuple mobilisé au Chili !

Publié le :
  • Rassemblement "Non à la répression ! Fin de l’état d’urgence et du couvre feu !"

    Les organisations ci-dessous signataires, nous appelons à :

    • manifester notre soutien au peuple chilien en lutte,
    • dénoncer les politiques néolibérales au Chili et en Amérique latine qui plongent les classes populaires dans la misère,
    • exiger la fin immédiate de la répression et la levée de l’état d’urgence et du couvre-feu,
    • exiger de notre gouvernement et de l’Union Européenne qu’ils condamnent la répression menée par le gouvernement Piñera
    • soutenir la grève générale et apporter de l’aide physique aux blessé·es et juridique aux incarceré·es.

    Faisons nous entendre par un concert de casseroles et des banderoles de solidarité !

    Premiers signataires : ACIP-ASADO, CIIP, FAL38, Maison latina, Nuestra América

    Grenoble, Félix Poulat

Non à la répression ! Fin de l’état d’urgence et du couvre feu !

Le Chili est actuellement secoué par une révolte massive. Du refus de l’augmentation du prix du métro, les revendications se sont élargies contre les dégâts du néolibéralisme : privatisation de l’éducation, la santé, les retraites, de l’eau, du gaz et de l’électricité, corruption flagrante, concentration de la richesse et du pouvoir dans les mains de quelques grandes familles. La violence économique que subit le peuple chilien au quotidien n’est plus tenable. La colère a éclaté en manifestations pacifiques suite à la répression des jeunes dans le métro, puis en émeutes et sur un appel de grève générale.

En réponse, le président Piñera a déclaré : "Nous sommes en guerre contre un ennemi puissant, qui est prêt à utiliser la violence sans aucune limite". Il s’agit des mêmes justifications que le général Pinochet et sa Junte ont utilisé pour mener un coup d’État et instaurer la dictature de 1973 à 1990. Il montre ainsi que, non seulement il continue la même politique économique, mais qu’il est aujourd’hui prêt à recourir au même moyen pour continuer sa politique : la guerre civile.

La police a tiré à balles réelles sur des manifestants désarmés, au moins 17 morts et des centaines de blessé·es à l’heure où nous écrivons.
Il y a eu plus de 5500 arrestations dont 200 mineurs et des actes de torture ont été dénoncés.
Pour la première fois depuis la fin de la dictature, le couvre-feu a été déclaré dans neuf régions et l’état d’urgence a été décrété dans Santiago. 10 000 soldats et policiers appuyés par des hélicoptères et des blindés patrouillent les rues et participent à la répression.

Depuis la dictature de Pinochet, le Chili est le laboratoire mondial du néolibéralisme. Chaque réforme qui y est testée finit par arriver en Europe et en France. Nous avons donc toutes les raisons de nous inquiéter de la façon dont Piñera défend ces politiques quand elles débouchent sur une crise majeure.
Il nous faut manifester aussi bien notre solidarité sans limites que notre refus du néolibéralisme et de la répression.

Depuis la France et Grenoble, les organisations ci-dessous signataires, nous appelons à :

  • manifester notre soutien au peuple chilien en lutte,
  • dénoncer les politiques néolibérales au Chili et en Amérique latine qui plongent les classes populaires dans la misère,
  • exiger la fin immédiate de la répression et la levée de l’état d’urgence et du couvre-feu,
  • exiger de notre gouvernement et de l’union Européenne qu’ils se désolidarisent de la répression menée par le gouvernement Piñera
  • soutenir la grève générale et apporter de l’aide physique aux blessé·es et juridique aux incarceré·es.

Premiers signataires : ACIP-ASADO, CIIP, FAL38, Maison latina, Nuestra América,
contact : acipasado chez gmail.com, 0617288872

Agenda solidaire

AgendaTous les événements