Liberté immédiate pour Omar Radi journaliste militant

Publié le :

La justice marocaine vient d’incarcérer notre ami Omar Radi, journaliste indépendant, sous prétexte d’un tweet diffusé il y a huit mois pour critiquer les peines de prison infligées aux animateurs des manifestations du "Hirak" dans le Rif. Selon l’AMDH (Association Marocaine des Droits Humains) "le Maroc est marqué par un retour des poursuites pour atteintes aux sacralités et classé à la 135e place dans le rapport de Reporters sans frontières". Cette dégradation, on peut la constater chaque jour sur le terrain, déclare Khadija Ryadi, membre du bureau de l’AMDH. Nous reprenons ci-dessous le communiqué diffusé par ATTAC-Maroc après l’arrestation d’Omar Radi.
Le CIIP s’associe pleinement à ses positions et à ses revendications.

Non à la répression des voix libres qui refusent l’injustice et revendiquent la démocratie
Solidarité avec tous les prisonniers d’opinion et des luttes populaires

L’État marocain restreint de plus en plus les libertés et harcèle les militant·es des contestations populaires. Il essaye de faire taire toutes les voix qui refusent des politiques sociales et économiques qui généralisent la misère et l’injustice sociale. Omar Radi, militant et journaliste indépendant, a été placé en détention provisoire depuis le jeudi 26 décembre 2019. Le procureur a décidé de le poursuivre pour "outrage à magistrat", suite à un tweet d’avril dernier dénonçant la confirmation par un juge d’appel de peines allant jusqu’à 20 ans de prison pour 42 membres du Hirak du Rif. Ces peines lourdes avaient suscité une profonde indignation populaire. La demande de libération présentée par ses avocats ayant été rejetée, la prochaine audience a été fixée au 2 janvier.

L’arrestation d’Omar Radi intervient dans un contexte de répression contre des journalistes, des blogueurs sur les réseaux sociaux et des citoyen·nes qui expriment de différentes façon leur refus des conditions de misère et d’oppression imposées à de larges couches populaires.

Omar Radi est également membre de l’association ATTAC Maroc, membre du réseau CADTM. Il est poursuivi par la justice du despotisme parce qu’il a été aux côtés des opprimés et a dénoncé les serviteurs du régime. Il paie le prix de son dévouement. Son arrestation témoigne du bafouement des libertés démocratiques et de la criminalisation de militant·es qui aspirent à un Maroc de liberté, de dignité et de justice sociale, slogans du Mouvement du 20 février où Omar a été investi très activement depuis 2011. Il a participé aux différentes initiatives de solidarité avec le Hirak du Rif. Il est d’ailleurs le réalisateur du film d’ATTAC Maroc sur ce Hirak intitulé "La mort plutôt que l’humiliation" (Death Over Humiliation).

  • Nous condamnons fermement l’arrestation d’Omar Radi
  • Nous participerons aux différentes formes de solidarité pour sa libération
  • Nous dénonçons les atteintes aux formes d’expression populaire qui visent les opposants au régime
  • Nous appelons toutes les organisations démocratiques à unir leurs efforts et leur lutte pour faire face à l’offensive généralisée contre la liberté d’expression.

Omar a choisi de faire face à l’arrestation plutôt que d’accepter l’humiliation
Toute notre solidarité et notre soutien à Omar
A bas les peines injustes contre les détenus du Hirak du Rif

Rabat le 27/12/2019,
Le Secrétariat National
http://attacmaroc.org/fr/2019/12/28/communique-liberte-immediate-a-omar-radi-journaliste-militant/

Point de vue sur...

AgendaTous les événements