Tchad : un peuple éprouvé qui cherche à s’émanciper

Publié le : , par  CIIP

Depuis plus d’un siècle, l’histoire du Tchad recèle des traces manifestes des actions militaires, socio-économiques et finalement politiques de la France, actions fortement coordonnées avec celles qui se sont exercées sur l’ensemble de l’ex-empire colonial français subsaharien.

Au sommaire

  • Introduction (ci-dessous)
  • Une république dictatoriale
  • La population confrontée à de graves et multiples difficultés
  • Des difficultés liées à l’environnement international
  • Les menaces inquiétantes du réchauffement climatique
  • Carte et repères sur le Tchad
  • Chronologie sur le Tchad
  • Bibliographie sur le Tchad
  • Sitographie sur le Tchad.

Le Tchad, un héritage post-colonial

Depuis plus d’un siècle, l’histoire du Tchad recèle les traces manifestes des actions militaires, socio-économiques et finalement politiques de la France, actions fortement coordonnées avec celles qui se sont exercées sur l’ensemble de l’ex-empire colonial français subsaharien.

Le pays, dans ses frontières actuelles, est une conséquence de l’extension de l’empire colonial français au cours des XIXe et XXe siècles ; auparavant trois royaumes différents étaient installés sur son territoire : Ouaddaï et Kanem-Borno vers les frontières actuelles de la Libye et du Soudan, fortement marqués par l’expansion de la langue arabe, de l’islam et par une économie basée sur la traite négrière ; et, dans les parties occidentale et australe, le royaume Baguirmi, où se se sont manifestées à partir du XIXe siècle des influences chrétiennes à côté de l’islam, sans faire disparaître les racines culturelles des populations (animisme, langues vernaculaires, pratiques sociales locales). Entre 1880 et 1960, la colonisation française a fortement pesé sur le pays pendant près de 80 ans, en introduisant la francophonie.

Après la proclamation de son indépendance en 1960, le pays Tchad est resté sous la forme postcoloniale de la domination française. L’utilisation du franc CFA comme dans les pays africains "francophones" est une survivance de cet assujettissement colonial. En outre la domination française a réussi à se maintenir en s’imposant comme soutien indispensable aux dictateurs successifs qui ont exercé le pouvoir à l’issue de conflits parfois violents.

Depuis 1990, Idriss Déby Itno se maintient au pouvoir avec le soutien indéfectible de la France : opération Dorca (31 juillet-11 septembre 2004) venue se greffer sur l’opération Épervier mise en place en 1986, elle-même remplacée par l’opération Barkhane le 1er août 2014 ; dernière intervention en date en février 2019 où des Mirages 2000 français bombardent une colonne de pick-up de groupes de l’opposition armée, au nord-est du pays... Pour se rendre indispensable et intouchable, le président tchadien réussit à se faire passer par les gouvernements français successifs comme un rempart contre l’islamisme terroriste, alors que l’islam tchadien s’est radicalisé avec sa complicité.

La France dispose d’une base militaire au Tchad. Le président Macron, soucieux d’organiser une armée du G5 pour "sécuriser le Sahel" (avec l’assistance financière de l’Arabie saoudite) en rassemblant la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad, trouve dans ce dernier ses meilleurs soldats. Tout se passe comme si l’histoire agitée des présidents dictateurs tchadiens avait donné à leur armée un avantage relatif de formation et d’expérience. Ainsi l’armée tchadienne est-elle en passe de devenir la principale ressource militaire pour seconder la politique et l’armée françaises dans l’ensemble des pays du Sahel.

Dossier complet à lire sur le site de ritimo-

Nos dossiers

AgendaTous les événements