Les rencontres de Géopolitique critique 16 au 19 mars 2016 à Grenoble

Publié le :

Discutantes : Maureen Clappe (Institut d’Études Politiques, Modus operandi, Grenoble) et Claske Dijkema (UPMF, Modus operandi, Grenoble)
Intervenants : Ouassim Hamzaoui (PACTE, Grenoble), Nasima Moujoud (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes, UPMF, Grenoble), Baptiste Mollard (Institut d’Études Politiques, Contrevent, Grenoble) et Guehria Wajih (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

Echirolles, MJC Desnos
2 bis rue Normandie

Les Rencontres de géopolitique critique se dérouleront du 16 au 19 mars 2016 sur le thème : "L’Afrique et le postcolonial : quels apports de la géopolitique ?"
Elles se présenteront sous la forme de plusieurs tables rondes organisées au moment des repas (déjeuners et soirées) du 16 au 19 mars 2016 afin de présenter et de discuter, à travers une approche de géopolitique critique, d’une variété de situations identifiées sur le continent africain. Cet événement a pour but de créer du lien entre l’université et la société civile, en s’appuyant sur un partenariat fort avec des associations nationales et grenobloises pour complexifier les analyses et embrasser des enjeux plus largement. En écho à ce partenariat, les lieux des tables rondes seront diversifiés afin de panacher les débats universitaires et associatifs.

L’objectif de ces rencontres est de questionner les liens qu’entretient l’Afrique avec la situation post-coloniale. La réception des études post-coloniales en France commence véritablement dès 2005 avec les polémiques autour de la loi sur les "bienfaits" de la colonisation, après une longue période d’occultation de ce pan de l’histoire. C’est pourquoi, nous souhaitons comprendre comment les phénomènes engendrés par le fait colonial se sont poursuivis mais aussi métissés, transformés, résorbés en interrogeant notre histoire coloniale aujourd’hui particulièrement normative. L’Afrique est un continent pris dans des histoires et des géographies post-coloniales complexes, qui donnent à voir des rapports de pouvoir territoriaux intriqués avec le capitalisme global contemporain. Pour dénouer les fils de ces relations spatiales et temporelles qui produisent de nombreuses injustices et inégalités, la géopolitique critique peut être un outil particulièrement pertinent pour construire des discours alternatifs sur le continent africain.

Lire la suite et détail du programme sur le site de Modus operandi

AgendaTous les événements