Loi Hoguet : Quelles sont les règlementations et obligations pour les professionnels immobiliers ?

loi hoguet immobilier
Sommaire

Le domaine de l’immobilier est régi par certaines dispositions qui protègent à la fois l’agent immobilier et l’acheteur. Parmi ces réglementations figure la loi Hoguet du 2 janvier 1970 instituée par Michel Hoguet et adoptée en France sous la tutelle de Georges Pompidou. Cette dernière permet de fixer les droits et les devoirs des chasseurs d’appartement, des coursiers ou encore des administrateurs de biens. Quelles sont les obligations des professionnels immobiliers coordonnées par la loi Hoguet ? Voici l’essentiel à retenir.

La disposition d’un mandat

Pour acheter ou vendre un bien immobilier, le propriétaire doit délivrer à l’administrateur un mandat qui le missionne. Celui-ci doit préalablement détenir une carte professionnelle imposée par la loi Hoguet et délivrée par la CCI. Le mandat comporte le plus souvent les références du cabinet de vente, l’identité du propriétaire, la désignation du bien et bien d’autres.

Selon le cas, il peut s’agir d’un mandat vente, de gestion ou encore celui de recherche immobilier. Peu importe la modalité, l’agent immobilier est obligé de consigner le type de mandat dans un registre Hoguet. Cette loi instaure quatre formes de mandats :

  • le mandat simple ;
  • le mandat exclusif ;
  • le mandat semi-exclusif et
  • le mandat co-exclusif.

Chacun d’eux doit respecter un canevas prédéfini et doit comporter les mentions telles que l’objet et la durée, la rémunération du mandataire, ainsi que ses pouvoirs. Le numéro d’enregistrement et les modalités de partage de la rémunération doivent aussi figurer sur l’acte. Après enregistrement, les deux parties peuvent faire un recours en cas de litige suivant les dispositions prévues par la loi de Hoguet. Notez que le décret doit impérativement porter la signature des deux parties.

La gestion locative

Elle est désignée par l’ensemble des actions menées pour l’encadrement d’un bien immobilier. Il s’agit de la mise en location, de la prise en charge des garanties, de la rénovation et bien d’autres. Pour mener cette étape, la loi de Hoguet met l’accent sur deux aspects fondamentaux qui sont l’affichage et les annonces.

L’affichage des prix

Une agence immobilière se doit d’être transparente envers ses clients. Il est donc impératif d’afficher clairement les informations liées à ses prestations au vu et au su de tous. Même si la loi Hoguet donne une liberté de fixation des coûts, ceux-ci doivent être accessibles à l’accueil par les clients. Si vous disposez d’un site web, les prix doivent être inscrits sur les pages stratégiques ou dans l’onglet tarifs. Pour les annonces sur les réseaux sociaux, des liens de redirections doivent être prévus.

Les annonces immobilières

Pour la location ou la vente d’un bien, les publicités ou les annonces immobilières sont importantes dans le but d’attirer de potentiels investisseurs. La loi Hoguet stipule que lorsque le délai de location excède 90 jours, les points suivants doivent être mentionnés.

  • le coût du loyer ;
  • les informations ayant rapport à la situation du bien (commune, numéro d’arrondissement, etc.) ;
  • le nombre de m2 habitable ;
  • le coût des charges ainsi que le mode de récupération ;
  • le type de bien : meublé ou non ;
  • la quote-part des honoraires pour la vérification de l’état du bien.

Les montants TTC doivent être clairement spécifiés et l’annonce doit énoncer le prix de cession avec frais d’agence intégrée. La responsabilité revient tout de même à l’agent immobilier de vérifier la solvabilité du futur acheteur et l’état des lieux.

Garantie financière pour un agent immobilier

Pour les agents immobiliers, la loi Hoguet exige la souscription d’une garantie financière pour exercer les activités de gestion, de syndic de copropriété et de transaction avec traitement de fonds uniquement. Si un agent immobilier ne déclare pas détenir de fonds, alors il n’a pas besoin de fournir une garantie financière.

Les rémunérations

Si la loi Hoguet n’impose pas une grille tarifaire fixe, elle propose tout de même quelques règles dans le processus de rémunération des agents immobilier. En effet, l’article 6 incite le paiement des honoraires si et seulement si l’opération de vente ou de location a abouti. De plus, il faut que le professionnel signe l’acte définitif de vente avant de percevoir sa rémunération.

Les prestataires ont le droit de proposer des prix concurrentiels à condition qu’ils offrent de faibles écarts. La fixation des commissions est laissée aux bons soins des professionnels. Il faut noter que le non-respect des clauses du contrat peut entraîner un emprisonnement de 2 ans suivi du paiement d’une amende allant jusqu’à 30 000 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *