Pour toutes les personnes et familles, avec ou sans logement, qui subissent les politiques racistes et inhumaines du Conseil Départemental

Publié le :
  • Ils ne veulent pas nous écouter, alors nous retournons dans la rue pour exiger :

    • La mise à disposition des bâtiments vides dont le Conseil départemental est propriétaire
    • La mise à disposition des nombreux appartements vides appartenant à l’OPAC 38 (le Conseil Départemental en est président)
    • La fin de la logique de discrimination raciste : les personnes étrangères sans ressources, en arrivant à Grenoble, doivent passer par un "service dédié" où l’urgence se transforme en plus de 8 mois d’attente pour obtenir un rendez-vous avec un.e assistant.e social.e et donc espérer un accès à des droits.
    • L’ouverture de places pérennes pour l’accueil des familles et des enfants à la rue, jusqu’à l’attribution d’un logement
    • Un service social ouvert à toutes et tous (familles et personnes seules), le rétablissement des aides d’urgence et mensuelles, et la suppression du système des chèques alimentaires

    Le Conseil Départemental doit prendre la mesure de sa mission, et en finir avec la technique de la patate chaude qui consiste à se dédouaner sur l’État de sa propre responsabilité sur l’hébergement de personnes en grave danger.

    On ne lâchera rien !!!

    Grenoble, Service Action Sociale du Conseil Départemental
    32 rue de New York
    tram A/B arrêt Saint Bruno ou bus 12 arrêt Abbé Grégoire

Nous dénonçons :

  • La situation insupportable de l’augmentation du nombre de familles et mères seules avec enfants à la rue alors que cette situation est connue du Conseil Départemental. Il doit pourtant dans ses missions d’Aide Sociale à l’Enfance assurer la protection et la mise en sécurité de ces personnes.
  • Les responsables de ces services qui osent répondre aux demandes répétées d’hébergement, que vivre à la rue ne constitue pas une mise en danger pour les enfants...!
  • Ces mêmes responsables qui proposent de loger les enfants en foyer, sans leurs parents, ou en disloquant les familles (sans les pères).
  • Le remplacement des aides d’urgence, seules ressources de nombreuses familles, par des bons alimentaires sous prétexte de limitation des dépenses. On supprime l’autonomie des personnes en donnant des tickets de rationnement.
  • Les choix budgétaires du Conseil départemental qui sont des choix politiques.

Assemblée des Locataires, Mal Logé.e.s et Sans Logement
Contact : courriel / 06 41 30 55 18

Agenda solidaire

AgendaTous les événements

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017