"Rentrée en fanfare" du Front social grenoblois

Publié le :
  • Journée festive de débats et d’informations autour des ordonnances Macron

    Spectacles de théâtre, tables de presse, jeux, ateliers et débats, concerts en soirée

    • 12h : ouverture par la Combatucada
    • 14h - 18h : ateliers/débats
      Vox international théâtre
      Lacse (théâtre participatif)
    • 18h - 00h : Débat autour des lois Macron
      Mathis (Accordéon folk)
      La jongle (chanson française)
      Philippe Rennard (chanson française)
      Session Rap avec Artivistes, Wassa, Standard
      Les 3/8 (punk)

    Entrée gratuite, buvette et en-cas sur place  : tous les bénéfices seront reversés à la caisse de grève et la caisse anti-rep du Front Social Grenoblois

    Grenoble, Parc Paul Mistral

  • Grenoble, Bourse du travail
    32, avenue de l’Europe
    Tram A, arrêt Grand’Place

Non a l’austérité imposée par la finance !
Nous ne paierons pas pour leurs profits !

Les attaques antisociales sont sans précédents et touchent tout le monde (travailleur-euse-s, chômeur-euse-s, précaires, retraité-e-s), notre réponse sera massive et déterminée !
Voici brièvement ce que nous impose, de manière autoritaire, le président Macron :

  • Renforcement de la précarité et du chômage :
    • fin des droits au chômage
    • baisse des salaires / hausse de la charge de travail
    • mise en concurrence des travailleur-euse-s (travailleur-euse-s détaché-e-s)
  • Destruction de la protection des travaill eur-euse-s :
    • fin du contre-pouvoir des représentant-e-s du personnel
    • tout pouvoir des employeurs sur les salaires, le temps de travail, les conditions
    • d’hygiène et de sécurité...

Contre Macron et son monde
Constitution d’un Front Social Grenoblois

La crise sociale que connaît notre pays s’aggrave de jour en jour : 6 millions de chômeurs/euses toutes catégories confondues pour à peine 200 000 emplois vacants, 680 000 licenciements, 86 % d’embauches en CDD l’an passé, 900 000 personnes à la rue et 15 000 expulsions locatives chaque année… Les inégalités se creusent de jour en jour : 9 millions de Français-es vivent sous le seuil de pauvreté, alors que les profits des grands groupes n’ont jamais été aussi indécents (76 milliards d’euros de bénéfices l’an passé !).

Ce gouvernement n’a aucune légitimité ! : Macron est président uniquement parce que les électeurs ont majoritairement rejeté l’extrême droite de Le Pen au second tour, mais seules 16,6% des personnes en âge de voter l’avaient choisi au premier tour.

Le monde de Macron, dans la lignée des politiques néolibérales imposées entre autres par l’Union européenne, c’est le retour des privilèges pour les puissants et la misère pour nous autres. Hier banquier, aujourd’hui président, il s’apprête à aggraver une politique qui nous mène au désastre depuis 30 ans. D’un côté, les pleins pouvoirs aux patrons dans les entreprises (sur les salaires, les conditions et le temps de travail), la fin du CDI, les radiations massives de chômeurs, la destruction de la sécu… De l’autre, exonérations d’impôts et de cotisations, impunité devant la justice pour les grands groupes.

Le monde de Macron, c’est une démocratie sous contrôle où l’état d’urgence devient l’état normal, où le parlement est une chambre d’enregistrement, où les grands médias sont aux ordres, où la répression policière et judiciaire s’abat systématiquement sur les militant-te-s et les populations précaires et/ou stigmatisées. C’est la gestion coloniale des quartiers populaires et l’impunité policière qui va encore s’affirmer. Nous voulons vivre dignement et autrement : la crise actuelle n’est pas une fatalité, mais le fruit d’une politique concertée contre la majorité de la population au profit d’une minorité détenant le pouvoir économique et politique.

Chaque jour, partout sur le territoire, des centaines de salarié-e-s et de précaires luttent pour défendre leurs droits et sauvegarder leurs conditions de vie : ibliothécaires,
postier-e-s, ouvrier-e-s de Goodyear, salariée-s de la FNAC, collectifs de locataires, de sans logement…
Des collectifs se constituent et occupent le terrain pour défendre les terres agricoles et l’environnement contre les grands projets inutiles, comme dans les ZAD de Roybon ou de Notre Dame des Landes.

Organisons la lutte

Le Front social est un réseau d’organisations et de personnes aux optiques et aux modes d’action divers qui se rassemblent pour échanger, se coordonner et s’organiser
dans le but de renforcer la lutte contre le gouvernement actuel et le système capitaliste qu’il favorise.
Le Front Social grenoblois s’articule autour de groupes de travail, et les décisions l’impliquant dans son ensemble sont prises collectivement en assemblée générale.
Il rassemble militant-e-s associatifs, syndicaux et politiques, précaires, salarié-e-s du public et du privé, avec ou sans emploi, jeunes, retraité-e-s...
Ensemble, nous appelons à construire la mobilisation pour faire échec à la politique du gouvernement au service du capitalisme et de la finance et à mettre en œuvre une alternative au service du progrès social par la grève, le blocage de l’économie et tous
les moyens d’action que les composantes du Front social jugeront nécessaires.

Le Front Social est ouvert a tous et toutes,
Rejoignez-nous !

Pour nous contacter front-social-grenoble chez riseup.net

Seul.e.s nous subissons, ensemble nous gagnerons !

Agenda solidaire

AgendaTous les événements

août 2018 :

juillet 2018 | septembre 2018