Xénophobie business – A quoi servent les contrôles migratoires ?

Publié le :
  • Rencontre-discussion sur sur le juteux marché des frontières et le réseau “migreurop”

    Grenoble, Antigone
    22, rue des Violettes
    Tram C, arrêts "Vallier-Catane" ou "Dr Calmette"
    Bus 32 arrêt "Champs elysées"
    Bus 26 arrêt "Vallier Catane"

Claire Rodier est juriste et militante au Gisti (groupe d’information et de soutien des immigré.e.s), co-fondatrice du réseau euro-africain Migreurop, elle s’intéresse aux politiques d’asile et d’immigration en Europe et a publié, seule ou en collaboration, plusieurs ouvrages sur ces sujets.

Son dernier livre, disponible en prêt à la bibliothèque du CIIP, s’intitule "Xénophobie business – A quoi servent les contrôles migratoires" (La Découverte, 2012)
Résumé : Sous couvert de mondialisation et d’accroissement de la mobilité internationale, les frontières s’estompent mais paradoxalement, les contrôles migratoires n’ont cessé de se développer. La surveillance des frontières s’est muée en un business hautement profitable… alors même que la maîtrise du déplacement des personnes migrantes s’apparente à une course sans fin vers un but inatteignable. D’où cette interrogation sur les fonctions réelles des contrôles migratoires. Cet ouvrage propose des pistes de réponses, puisée dans l’actualité de ces dernières années principalement mais pas seulement en Europe : rôle croissant de l’"économie sécuritaire" (celle qui tire profit des dispositifs servant à verrouiller les frontières), fonction idéologique des contrôles migratoires (la logique du bouc émissaire), dimension géopolitique des contrôles avec les négociations stratégiques entre les pays d’immigration et les pays d’émigration ou de transit… Du Sénégal à la frontière mexicaine, de Kiev à Paris ou Tel-Aviv, les rouages invisibles de cette nouvelle ruée vers l’or sont ici mis en lumière et analysés.

Agenda solidaire

AgendaTous les événements