Collectif pour la dignité et contre le racisme 38

Publié le :

«  Quel regard portes-tu sur la révolte des jeunes des banlieues populaires en France ? Elle a de grandes similitudes avec les révoltes qui se produisent dans les ghettos aux Etats-Unis. Les dernières émeutes importantes ont eu lieu en 1992 à Los Angeles et étaient basées sur le même sentiment de frustration chez les jeunes noirs américains. On s’aperçoit le racisme y est pour beaucoup. Aux Etats Unis comme en France ces "troubles" ont les mêmes origines et nécessitent le même type de réponse même si des différences existent, du fait des histoires différentes des ghettos US et des banlieues françaises. Les jeunes exigent du changement social et la fin de la "ghettoïsation" » et des discriminations envers les communautés de l’immigration post-coloniale. » Angela Davis (06/02/2006) Marraine de la Marche pour la Dignité et contre le Racisme du 31/10/ 2015.


Quand est venue l’idée de lancer sur Grenoble un "Collectif pour la dignité et contre le racisme" ? Sur la base de quel objectif ?

Le 18 mai 2015, soit 10 ans après les faits, le tribunal correctionnel de Rennes décide de suivre les réquisitions du Parquet et de relaxer les 2 fonctionnaires de police poursuivis pour non-assistance à personne en danger dans l’affaire Zyed et Bouna. La mort de ces deux adolescents dans des conditions atroces, le 27 octobre 2005, avait embrasé les quartiers de France pendant 3 semaines, tandis que les autorités judiciaires et politiques s’employaient à contester la responsabilité de la police, et à nier l’existence d’une course poursuite. C’est suite à cette décision totalement injuste qu’est né le Collectif "Zyed et Bouna" sur Grenoble. Les noms de ces deux enfants (17 et 15 ans) s’ajoutent à la trop longue liste de victimes de violences policières, ces dernières 30 années, couvertes par un système judiciaire inégalitaire. Ce verdict est encore une violente gifle et une profonde trahison pour les quartiers populaires et sa population, principalement "racisée" (Arabes, Noirs, Roms, Musulmans…) qui subissent le fonctionnement à géométrie variable de la société française (justice, médias, politiques, éducation, indignation…).

Dés son existence le Collectif Zyed et Bouna de Grenoble, s’engageait avec d’autre collectifs de France à l’appel à la marche nationale pour la Dignité et contre le racisme, organisée par la MAFED (Marche des Femmes pour la Dignité) prévue le 31 octobre 2015 à Paris. Par la suite, par respect pour les parents et les familles endeuillées de Zyed et Bouna, et à leur demande, afin que le nom de leurs enfants ne soient pas uniquement liés aux violences policières, aux dysfonctionnements et aberrations judiciaires et aux émeutes (que nous considérons comme une révolte sociale légitime), le "Collectif Zyed et Bouna" a décidé de se renommer le "Collectif pour la Dignité et contre le racisme 38" comme la marche. Les objectifs de ce Collectif sont simples et sans appel : « Comme il y a 30 ans, comme il y a 10 ans, contre l’humiliation quotidienne, contre le mépris, contre l’islamophobie, la négrophobie, la rromophobie, galopantes, contre les crimes policiers, s’impose une nouvelle marche : la marche de la dignité. Notre réaction puissante, organisée, confiante est la seule façon d’enrayer notre écrasement collectif annoncé. »

Que regroupe ce Collectif isérois ? Surtout des jeunes des quartiers populaires ? Quelles ont été les premières initiatives de ce Collectif ?
Ce Collectif isérois, de Grenoble et son agglomération, est à l’image de nos quartiers : hétérogène, rassemblant des collectifs (le collectif la Fringale, qui s’est créé suite aux évènements de Janvier 2015 en réaction à l’emballement médiatique et à la folie de “l’union nationale”), des associations, des individus conscients mais surtout déterminés à combattre le racisme :

  1. le racisme institutionnel, partie non-voyante de l’iceberg métastasant tous les niveaux de la société française (médias, justice, politique, éducation…) ;
  2. le racisme dit "décomplexé" de droite comme de gauche, partie voyante de l’iceberg, existant depuis toujours, mais s’exprimant d’autant plus librement et facilement depuis la politisation et la médiatisation à outrance de l’affaire Charlie.

La première initiative de ce Collectif a été d’organiser un rassemblement le 5 Juin 2015 sur la place Félix Poulat avec un mot d’ordre : "Pas de Justice, Pas de Paix ! Non à la justice à 2 vitesses ! Zyed et Bouna, 10 ans après on n’oublie pas !".
Puis dés septembre nous nous sommes organisés pour louer un bus pour nous rendre à Paris à la Marche pour la Dignité et contre le racisme le 31 octobre 2015.
De vides-greniers en dons et concerts, d’actions collectives en actions individuelles nous avons récolté les fonds nécessaires pour organiser et remplir un bus de 60 personnes à 20 euros l’aller-retour et même gratuits pour les plus en galère. D’autre part nous avons aussi organier au cinéma le Club la projection suivie d’un débat du documentaire : "Qui a tué Ali Ziri ?" en présence du réalisateur Luc Decaster.

Pourquoi ce "besoin" de dignité ? Comment se manifeste aujourd’hui en France le racisme ?
Nous dirions qu’il s’agit bien plus qu’un "besoin de dignité", mais surtout d’un "devoir de dignité" !!
La Dignité consiste à se réapproprier nos combats, nos luttes trop souvent édulcorées et trahies par des partis et/ ou associations qui ne représentaient qu’eux-mêmes et se donnant le droit de parler en notre nom.... sans nous ! .
Quand à la manifestation du racisme aujourd’hui en France, ce serait carrément des pages et des pages que nous pourrions écrire… Cette analyse d’Angela Davis en 2006 met en lumière la situation actuelle : «  Le racisme monte. Aujourd¹hui, vous êtes sous Etat d¹urgence et, je me souviens de ce que cela signifiait en 1961, alors que j’étais à Paris pour mes études : les Algériens étaient victimes d’un racisme qui m’avait fait pensé au système ségrégationniste américain. Dire aujourd¹hui que la colonisation ait pu avoir un rôle positif est abject et raciste. Malheureusement, ce que cela montre c’est que la poussée de l¹extrême droite est aussi une réalité en France et pas seulement aux USA. De plus, toute la politique française semble empreinte de racisme, c’est une question qui va être importante à résoudre pour tous ceux qui veulent un changement social. »

Contacts :
collectif.dignité38 chez gmail.com / 06 71 67 41 94

Article publié dans Inter-Peuples n°241, décembre 2015

Organisations nationales

AgendaTous les événements