Argentine 1976-2016 : Résistances, mémoire, justice, démocratie

Publié le :
  • Le 24 mars 2016 marquera le quarantième anniversaire de l’avènement d’un pouvoir militaire en Argentine, connu dans le monde entier pour la répression sanglante qu’il a exercé contre toute opposition entre 1976 et 1983. Cette période tragique de l’histoire argentine se soldera par la mort ou la disparition de 30 000 personnes, le vol de 500 bébés et l’exil de plus d’un million de personnes. La résistance a été incarnée par le combat héroïque des Grands-mères et Mères de la place de Mai, exigeant mémoire, vérité, justice et démocratie. Leur combat, associé à celui de plusieurs mouvements pour les droits de l’Homme et une volonté politique publique favorable, a permis des avancées considérables dans le jugement des responsables de ces crimes en Argentine.

    Seront présentes quatre invitées emblématiques de ces luttes : Estela Carlotto, Grand-mère de la Place de Mai ; Nora Cortinas, Mère de la Place de Mai ; deux victimes du Plan Condor, Macarena Gelman enfant volé par la dictature qui a aujourd’hui retrouvé son identité et Sara Mendez, dont le fils Simon maintenant récupéré, lui fut vole par les forces répressives lors de son arrestation. Elles participeront à une conférence-débat et échangeront avec le public. Leur présence est particulièrement importante car aujourd’hui même en Argentine, certains secteurs nostalgiques de l’époque de la répression remettent en cause la politique d’Etat en faveur des droits de l’Homme.

    Au cours de la réception, la chorale grenobloise Orfeo interprétera, en hommage à
    nos invitées, des œuvres du folklore argentin

    Grenoble, Mairie de Grenoble
    Bd Jean Pain

  • La journée d’étude internationale "A 40 anos del Plan Condor" organisée par l’ILCEA4, a pour but de revenir sur les caractéristiques de cette opération ainsi que sur les problématiques liées a la mémoire, la recherche de la vérité et la justice dans le Cône Sud. Pour cela, nous croiserons les regards d’enseignants-chercheurs (Maria Ferraro, Franck Gaudichaud, Olga Lobo et Lauriane Bouvet) et de témoins clés de l’Opération Condor ainsi que de la lutte pour la mémoire, la vérité et la justice qui l’a suivie (Macarena Gelman, Sara Mendez, Raul Olivera). Cette journée d’étude tentera de faire comprendre ce que fut le Plan Condor en termes d’organisation répressive transnationale, mais aussi le caractère complexe du processus de recherche de la vérité et la poursuite en justice des responsables de violations des droits de l’Homme perpétrées dans son cadre.

    Projection-débat à 19h : La journée d’étude se terminera par la projection gratuite du documentaire "Nuestros desaparecidos" Écriture, réalisation et production de Juan Mandelbaum Geovision, 2008

    St Martin d’Hères, Campus universitaire
    Université Stendhal,
    Amphi 11

  • Projection-Débat, en présence du réalisateur Alexandre Valenti
    "Argentine, les 500 bébés volés de la dictature", retrace le combat opiniâtre de ces femmes connues sous le nom des "Grands-mères de la place de Mai". Un combat qui a permis d’identifier a ce jour cent dix neuf "bébés volés" et a conduit a la condamnation des plus hauts responsables militaires du pays.

    Dans le cadre des Jeudis du parlement.

    Grenoble, Palais du parlement
    Ancien Palais de Justice
    Place Saint André

  • Conférence avec Maria Elena Galoppo, enseignante a Sciences-Po Grenoble et Antonieta Pardo, Conférencière et élue en charge de la politique culturelle et de l’égalité femmes/hommes a St-Martin-d’Hères (2008-2014).

    La Parité, inscrite dans la Constitution française, permet-elle réellement aux femmes l’accès et le partage des postes de pouvoir ? Les exemples, venus d’Amérique Latine et dans un contexte social, économique et politique bien différent, peuvent-ils donner des clefs pour cette accession ?
    La conférence sera suivie d’un petit concert de l’Ensemble de flûtes de l’Harmonie de Grenoble qui proposera un répertoire argentin.

    Org. Observatoire Isérois de la Parité entre les femmes et les hommes, Regards sur les Droits de l’Homme.

    Grenoble, Maison de l’International
    1, Rue Hector Berlioz
    Jardin de Ville

  • Rencontre-débat avec Nora Cortinas, représentante des Mères de la Place de Mai Ligne Fondatrice et Macarena Gelman, enfant volé a la naissance, dont les parents ont été assassinés par les militaires et qui a aujourd’hui récupéré son identité.

    St Martin d’Hères, Campus universitaire
    Institut d’Etudes Politiques de Grenoble (IEP),
    Amphi A

  • Repas-Peña de solidarité
    Créé en 2006 par de jeunes médecins argentins formés à Cuba à l’Ecole Latino-Américaine de Médecine (ELAM), c’est un projet construit "avec la force de ceux d’en bas", habitants de bidonvilles du grand Buenos Aires qui sont des immigrés de Bolivie, du Pérou, du Paraguay et des Argentins exclus. L’objectif est de mettre a la portée des plus démunis la santé, l’éducation, la culture, et la lutte pour une vie digne pour tous, dans ces quartiers précaires : c’est le rêve et le défi de "Propuesta Tatu [2]" (Proposition Tatu).. Des liens anciens ont été établis par des Grenoblois avec ce projet. L’amélioration d’un Centre de santé est la priorité, les habitants réalisant eux-mêmes le travail bénévolement. La construction d’une bibliothèque viendra ensuite.

    Org. Nuestra America

    Grenoble, Maison des Habitants Centre Ville
    2, rue du Vieux-Temple
    Tram B, arrêt Notre-Dame/Musée

  • Dans la longue nuit des dictatures d’Amérique Latine qui agissaient en toute impunité, les vies des personnes ne comptaient pas beaucoup pour les responsables au pouvoir. Certains pays d’Europe ont accueilli des hommes, des femmes et leurs familles qui arrivaient dans des situations de désespoir.
    La France, et en particulier Grenoble, a ouvert ses portes et son cœur a ces réfugiés politiques qui ont trouvé dans ce pays l’accueil, un toit, l’apprentissage d’une nouvelle langue et du travail... Ces compatriotes argentins, chiliens et uruguayens ont voulu remercier les amis français solidaires en organisant en 1976 un premier "ASADO" en se disant :" nous aimerions les remercier en partageant avec eux notre tradition des grillades."
    L’ASADO, est né d’un acte de remerciement et de solidarité.
    Au fil des années, l’ASADO s’est installé a Vizille, ville chargée d’histoire dans notre région. Cette fête s’est transformée en une journée de partage, de souvenir et de solidarité, un moment de rencontre entre les anciens réfugiés, leurs familles, enfants, petits-enfants et ceux qui ont toujours été présents pour les soutenir.

    20€
    Inscription préalable obligatoire avant le 1er mai dans la limite des places disponibles
    "La papa caliente" en concert

    Vizille

  • Venez vous enlacer dans un "abrazo" et danser pour un beau projet : notre soirée sera placée sous le signe de la solidarité avec l’Argentine à l’occasion des manifestations prévues à Grenoble en souvenir des victimes de la dictature militaire et du terrorisme d’Etat (1976-1983).

    Vous pouvez apporter à boire et/ou à manger et une participation (libre à chacun) sera sollicitée, elle contribuera au financement des activités, des voyages et frais de logement des invitées.

    La Tronche, Salle Polyvalente La Pallud
    4, Chemin de la Pallud

  • Projection-débat en présence des deux réalisatrices Bénedicte Kermadec y Elena Salgueiro autour de la solidarité internationale et notamment française avec les prisonniers politiques et les exilés latino-américains.

    Dans le cadre du Festival Ojo Loco

    Grenoble, Bibliothèque municipale internationale
    6, Place de Sfax
    tram B

  • Une histoire de l’arrivée des réfugiés d’Amérique du sud dans la région grenobloise, à travers une tradition argentine devenue une manifestation culturelle et solidaire puis une association fédératrice.

    Une exposition centrée sur l’Asado, cette grillade que les premiers réfugiés politiques argentins organisent depuis presque 40 ans pour remercier les Grenoblois de leur accueil et de leur solidarité.Retour ligne manuel
    Cet asado est rapidement devenu latino américain puis un phénomène culturel et solidaire renommé au-delà de la région, transgénérationnel et aussi transculturel. C’est aussi une association à part entière, soutenant des projets de solidarité et à l’initiative d’autres associations, elle s’est aussi ouverte à d’autres combats à l’image des nouvelles générations issues de l’exil : soutien de la culture latino américaine, participation au Conseil Consultatif des Résidents Étrangers, échanges avec la communauté sénégalaise de l’Isère, soutien aux exilés d’autres continents...

    Vernissage : mardi 12 avril, à 18h30

    Contact : ✆ 04 76 00 76 77, courriel

    Grenoble, Maison de l’International
    Jardin de Ville
    1, Rue Hector Berlioz

  • Une histoire de l’arrivée des réfugiés d’Amérique du sud dans la région grenobloise, à travers une tradition argentine devenue une manifestation culturelle et solidaire puis une association fédératrice.

    Une exposition centrée sur l’Asado, cette grillade que les premiers réfugiés politiques argentins organisent depuis presque 40 ans pour remercier les Grenoblois de leur accueil et de leur solidarité.Retour ligne manuel
    Cet asado est rapidement devenu latino américain puis un phénomène culturel et solidaire renommé au-delà de la région, transgénérationnel et aussi transculturel. C’est aussi une association à part entière, soutenant des projets de solidarité et à l’initiative d’autres associations, elle s’est aussi ouverte à d’autres combats à l’image des nouvelles générations issues de l’exil : soutien de la culture latino américaine, participation au Conseil Consultatif des Résidents Étrangers, échanges avec la communauté sénégalaise de l’Isère, soutien aux exilés d’autres continents...

    Vernissage : mardi 12 avril, à 18h30

    Contact : ✆ 04 76 00 76 77, courriel

    Grenoble, Maison de l’International
    Jardin de Ville
    1, Rue Hector Berlioz

  • Une histoire de l’arrivée des réfugiés d’Amérique du sud dans la région grenobloise, à travers une tradition argentine devenue une manifestation culturelle et solidaire puis une association fédératrice.

    Une exposition centrée sur l’Asado, cette grillade que les premiers réfugiés politiques argentins organisent depuis presque 40 ans pour remercier les Grenoblois de leur accueil et de leur solidarité.Retour ligne manuel
    Cet asado est rapidement devenu latino américain puis un phénomène culturel et solidaire renommé au-delà de la région, transgénérationnel et aussi transculturel. C’est aussi une association à part entière, soutenant des projets de solidarité et à l’initiative d’autres associations, elle s’est aussi ouverte à d’autres combats à l’image des nouvelles générations issues de l’exil : soutien de la culture latino américaine, participation au Conseil Consultatif des Résidents Étrangers, échanges avec la communauté sénégalaise de l’Isère, soutien aux exilés d’autres continents...

    Vernissage : mardi 12 avril, à 18h30

    Contact : ✆ 04 76 00 76 77, courriel

    Grenoble, Maison de l’International
    Jardin de Ville
    1, Rue Hector Berlioz

  • Une histoire de l’arrivée des réfugiés d’Amérique du sud dans la région grenobloise, à travers une tradition argentine devenue une manifestation culturelle et solidaire puis une association fédératrice.

    Une exposition centrée sur l’Asado, cette grillade que les premiers réfugiés politiques argentins organisent depuis presque 40 ans pour remercier les Grenoblois de leur accueil et de leur solidarité.Retour ligne manuel
    Cet asado est rapidement devenu latino américain puis un phénomène culturel et solidaire renommé au-delà de la région, transgénérationnel et aussi transculturel. C’est aussi une association à part entière, soutenant des projets de solidarité et à l’initiative d’autres associations, elle s’est aussi ouverte à d’autres combats à l’image des nouvelles générations issues de l’exil : soutien de la culture latino américaine, participation au Conseil Consultatif des Résidents Étrangers, échanges avec la communauté sénégalaise de l’Isère, soutien aux exilés d’autres continents...

    Vernissage : mardi 12 avril, à 18h30

    Contact : ✆ 04 76 00 76 77, courriel

    Grenoble, Maison de l’International
    Jardin de Ville
    1, Rue Hector Berlioz

  • Une histoire de l’arrivée des réfugiés d’Amérique du sud dans la région grenobloise, à travers une tradition argentine devenue une manifestation culturelle et solidaire puis une association fédératrice.

    Une exposition centrée sur l’Asado, cette grillade que les premiers réfugiés politiques argentins organisent depuis presque 40 ans pour remercier les Grenoblois de leur accueil et de leur solidarité.Retour ligne manuel
    Cet asado est rapidement devenu latino américain puis un phénomène culturel et solidaire renommé au-delà de la région, transgénérationnel et aussi transculturel. C’est aussi une association à part entière, soutenant des projets de solidarité et à l’initiative d’autres associations, elle s’est aussi ouverte à d’autres combats à l’image des nouvelles générations issues de l’exil : soutien de la culture latino américaine, participation au Conseil Consultatif des Résidents Étrangers, échanges avec la communauté sénégalaise de l’Isère, soutien aux exilés d’autres continents...

    Vernissage : mardi 12 avril, à 18h30

    Contact : ✆ 04 76 00 76 77, courriel

    Grenoble, Maison de l’International
    Jardin de Ville
    1, Rue Hector Berlioz

  • Une histoire de l’arrivée des réfugiés d’Amérique du sud dans la région grenobloise, à travers une tradition argentine devenue une manifestation culturelle et solidaire puis une association fédératrice.

    Une exposition centrée sur l’Asado, cette grillade que les premiers réfugiés politiques argentins organisent depuis presque 40 ans pour remercier les Grenoblois de leur accueil et de leur solidarité.Retour ligne manuel
    Cet asado est rapidement devenu latino américain puis un phénomène culturel et solidaire renommé au-delà de la région, transgénérationnel et aussi transculturel. C’est aussi une association à part entière, soutenant des projets de solidarité et à l’initiative d’autres associations, elle s’est aussi ouverte à d’autres combats à l’image des nouvelles générations issues de l’exil : soutien de la culture latino américaine, participation au Conseil Consultatif des Résidents Étrangers, échanges avec la communauté sénégalaise de l’Isère, soutien aux exilés d’autres continents...

    Vernissage : mardi 12 avril, à 18h30

    Contact : ✆ 04 76 00 76 77, courriel

    Grenoble, Maison de l’International
    Jardin de Ville
    1, Rue Hector Berlioz

  • Une histoire de l’arrivée des réfugiés d’Amérique du sud dans la région grenobloise, à travers une tradition argentine devenue une manifestation culturelle et solidaire puis une association fédératrice.

    Une exposition centrée sur l’Asado, cette grillade que les premiers réfugiés politiques argentins organisent depuis presque 40 ans pour remercier les Grenoblois de leur accueil et de leur solidarité.Retour ligne manuel
    Cet asado est rapidement devenu latino américain puis un phénomène culturel et solidaire renommé au-delà de la région, transgénérationnel et aussi transculturel. C’est aussi une association à part entière, soutenant des projets de solidarité et à l’initiative d’autres associations, elle s’est aussi ouverte à d’autres combats à l’image des nouvelles générations issues de l’exil : soutien de la culture latino américaine, participation au Conseil Consultatif des Résidents Étrangers, échanges avec la communauté sénégalaise de l’Isère, soutien aux exilés d’autres continents...

    Vernissage : mardi 12 avril, à 18h30

    Contact : ✆ 04 76 00 76 77, courriel

    Grenoble, Maison de l’International
    Jardin de Ville
    1, Rue Hector Berlioz

  • Une histoire de l’arrivée des réfugiés d’Amérique du sud dans la région grenobloise, à travers une tradition argentine devenue une manifestation culturelle et solidaire puis une association fédératrice.

    Une exposition centrée sur l’Asado, cette grillade que les premiers réfugiés politiques argentins organisent depuis presque 40 ans pour remercier les Grenoblois de leur accueil et de leur solidarité.Retour ligne manuel
    Cet asado est rapidement devenu latino américain puis un phénomène culturel et solidaire renommé au-delà de la région, transgénérationnel et aussi transculturel. C’est aussi une association à part entière, soutenant des projets de solidarité et à l’initiative d’autres associations, elle s’est aussi ouverte à d’autres combats à l’image des nouvelles générations issues de l’exil : soutien de la culture latino américaine, participation au Conseil Consultatif des Résidents Étrangers, échanges avec la communauté sénégalaise de l’Isère, soutien aux exilés d’autres continents...

    Vernissage : mardi 12 avril, à 18h30

    Contact : ✆ 04 76 00 76 77, courriel

    Grenoble, Maison de l’International
    Jardin de Ville
    1, Rue Hector Berlioz

  • Une histoire de l’arrivée des réfugiés d’Amérique du sud dans la région grenobloise, à travers une tradition argentine devenue une manifestation culturelle et solidaire puis une association fédératrice.

    Une exposition centrée sur l’Asado, cette grillade que les premiers réfugiés politiques argentins organisent depuis presque 40 ans pour remercier les Grenoblois de leur accueil et de leur solidarité.Retour ligne manuel
    Cet asado est rapidement devenu latino américain puis un phénomène culturel et solidaire renommé au-delà de la région, transgénérationnel et aussi transculturel. C’est aussi une association à part entière, soutenant des projets de solidarité et à l’initiative d’autres associations, elle s’est aussi ouverte à d’autres combats à l’image des nouvelles générations issues de l’exil : soutien de la culture latino américaine, participation au Conseil Consultatif des Résidents Étrangers, échanges avec la communauté sénégalaise de l’Isère, soutien aux exilés d’autres continents...

    Vernissage : mardi 12 avril, à 18h30

    Contact : ✆ 04 76 00 76 77, courriel

    Grenoble, Maison de l’International
    Jardin de Ville
    1, Rue Hector Berlioz

  • Une histoire de l’arrivée des réfugiés d’Amérique du sud dans la région grenobloise, à travers une tradition argentine devenue une manifestation culturelle et solidaire puis une association fédératrice.

    Une exposition centrée sur l’Asado, cette grillade que les premiers réfugiés politiques argentins organisent depuis presque 40 ans pour remercier les Grenoblois de leur accueil et de leur solidarité.Retour ligne manuel
    Cet asado est rapidement devenu latino américain puis un phénomène culturel et solidaire renommé au-delà de la région, transgénérationnel et aussi transculturel. C’est aussi une association à part entière, soutenant des projets de solidarité et à l’initiative d’autres associations, elle s’est aussi ouverte à d’autres combats à l’image des nouvelles générations issues de l’exil : soutien de la culture latino américaine, participation au Conseil Consultatif des Résidents Étrangers, échanges avec la communauté sénégalaise de l’Isère, soutien aux exilés d’autres continents...

    Vernissage : mardi 12 avril, à 18h30

    Contact : ✆ 04 76 00 76 77, courriel

    Grenoble, Maison de l’International
    Jardin de Ville
    1, Rue Hector Berlioz

  • Une histoire de l’arrivée des réfugiés d’Amérique du sud dans la région grenobloise, à travers une tradition argentine devenue une manifestation culturelle et solidaire puis une association fédératrice.

    Une exposition centrée sur l’Asado, cette grillade que les premiers réfugiés politiques argentins organisent depuis presque 40 ans pour remercier les Grenoblois de leur accueil et de leur solidarité.Retour ligne manuel
    Cet asado est rapidement devenu latino américain puis un phénomène culturel et solidaire renommé au-delà de la région, transgénérationnel et aussi transculturel. C’est aussi une association à part entière, soutenant des projets de solidarité et à l’initiative d’autres associations, elle s’est aussi ouverte à d’autres combats à l’image des nouvelles générations issues de l’exil : soutien de la culture latino américaine, participation au Conseil Consultatif des Résidents Étrangers, échanges avec la communauté sénégalaise de l’Isère, soutien aux exilés d’autres continents...

    Vernissage : mardi 12 avril, à 18h30

    Contact : ✆ 04 76 00 76 77, courriel

    Grenoble, Maison de l’International
    Jardin de Ville
    1, Rue Hector Berlioz

  • Une histoire de l’arrivée des réfugiés d’Amérique du sud dans la région grenobloise, à travers une tradition argentine devenue une manifestation culturelle et solidaire puis une association fédératrice.

    Une exposition centrée sur l’Asado, cette grillade que les premiers réfugiés politiques argentins organisent depuis presque 40 ans pour remercier les Grenoblois de leur accueil et de leur solidarité.Retour ligne manuel
    Cet asado est rapidement devenu latino américain puis un phénomène culturel et solidaire renommé au-delà de la région, transgénérationnel et aussi transculturel. C’est aussi une association à part entière, soutenant des projets de solidarité et à l’initiative d’autres associations, elle s’est aussi ouverte à d’autres combats à l’image des nouvelles générations issues de l’exil : soutien de la culture latino américaine, participation au Conseil Consultatif des Résidents Étrangers, échanges avec la communauté sénégalaise de l’Isère, soutien aux exilés d’autres continents...

    Vernissage : mardi 12 avril, à 18h30

    Contact : ✆ 04 76 00 76 77, courriel

    Grenoble, Maison de l’International
    Jardin de Ville
    1, Rue Hector Berlioz

  • Une histoire de l’arrivée des réfugiés d’Amérique du sud dans la région grenobloise, à travers une tradition argentine devenue une manifestation culturelle et solidaire puis une association fédératrice.

    Une exposition centrée sur l’Asado, cette grillade que les premiers réfugiés politiques argentins organisent depuis presque 40 ans pour remercier les Grenoblois de leur accueil et de leur solidarité.Retour ligne manuel
    Cet asado est rapidement devenu latino américain puis un phénomène culturel et solidaire renommé au-delà de la région, transgénérationnel et aussi transculturel. C’est aussi une association à part entière, soutenant des projets de solidarité et à l’initiative d’autres associations, elle s’est aussi ouverte à d’autres combats à l’image des nouvelles générations issues de l’exil : soutien de la culture latino américaine, participation au Conseil Consultatif des Résidents Étrangers, échanges avec la communauté sénégalaise de l’Isère, soutien aux exilés d’autres continents...

    Vernissage : mardi 12 avril, à 18h30

    Contact : ✆ 04 76 00 76 77, courriel

    Grenoble, Maison de l’International
    Jardin de Ville
    1, Rue Hector Berlioz

  • Une histoire de l’arrivée des réfugiés d’Amérique du sud dans la région grenobloise, à travers une tradition argentine devenue une manifestation culturelle et solidaire puis une association fédératrice.

    Une exposition centrée sur l’Asado, cette grillade que les premiers réfugiés politiques argentins organisent depuis presque 40 ans pour remercier les Grenoblois de leur accueil et de leur solidarité.Retour ligne manuel
    Cet asado est rapidement devenu latino américain puis un phénomène culturel et solidaire renommé au-delà de la région, transgénérationnel et aussi transculturel. C’est aussi une association à part entière, soutenant des projets de solidarité et à l’initiative d’autres associations, elle s’est aussi ouverte à d’autres combats à l’image des nouvelles générations issues de l’exil : soutien de la culture latino américaine, participation au Conseil Consultatif des Résidents Étrangers, échanges avec la communauté sénégalaise de l’Isère, soutien aux exilés d’autres continents...

    Vernissage : mardi 12 avril, à 18h30

    Contact : ✆ 04 76 00 76 77, courriel

    Grenoble, Maison de l’International
    Jardin de Ville
    1, Rue Hector Berlioz

  • 40 ans de mobilisations pour la défense des droits humains en Argentine

    Une exposition principalement d’affiches mais aussi d’autres productions retraçant l’action a Grenoble, en France, et dans le monde entier en solidarité avec le peuple argentin depuis le coup d’état du 24 mars 1976 a nos jours.
    L’exposition retrace les principales campagnes pour la libération des prisonniers politiques, le boycott de la coupe du monde de 78, la campagne pour la réapparition des bébés voles, la lutte contre la torture, la défense des mères de la place de mai, la mémoire des disparus, les procès des militaires, la crise de 2001, ...

    En présence de membres des associations et comites de solidarité avec le peuple argentin depuis les années 70 (ASFA, SOLMA, CIIP, ACIP-ASADO, AGSPA, Collectif Mémoire Vérité Justice…)

    Entrée libre. les mercredis de 15h à 20h et les samedis de 10h à 15h et sur rdv
    Org. ACIP-ASADO et Regards sur les droits de l’Homme
    Contact : contact @ laiguillage.com, acipasado @ gmail.com

    Grenoble, La Bifurk
    L’Aiguillage
    2, rue Gustave Flaubert

  • 40 ans de mobilisations pour la défense des droits humains en Argentine

    Une exposition principalement d’affiches mais aussi d’autres productions retraçant l’action a Grenoble, en France, et dans le monde entier en solidarité avec le peuple argentin depuis le coup d’état du 24 mars 1976 a nos jours.
    L’exposition retrace les principales campagnes pour la libération des prisonniers politiques, le boycott de la coupe du monde de 78, la campagne pour la réapparition des bébés voles, la lutte contre la torture, la défense des mères de la place de mai, la mémoire des disparus, les procès des militaires, la crise de 2001, ...

    En présence de membres des associations et comites de solidarité avec le peuple argentin depuis les années 70 (ASFA, SOLMA, CIIP, ACIP-ASADO, AGSPA, Collectif Mémoire Vérité Justice…)

    Entrée libre. les mercredis de 15h à 20h et les samedis de 10h à 15h et sur rdv
    Org. ACIP-ASADO et Regards sur les droits de l’Homme
    Contact : contact @ laiguillage.com, acipasado @ gmail.com

    Grenoble, La Bifurk
    L’Aiguillage
    2, rue Gustave Flaubert

  • 40 ans de mobilisations pour la défense des droits humains en Argentine

    Une exposition principalement d’affiches mais aussi d’autres productions retraçant l’action a Grenoble, en France, et dans le monde entier en solidarité avec le peuple argentin depuis le coup d’état du 24 mars 1976 a nos jours.
    L’exposition retrace les principales campagnes pour la libération des prisonniers politiques, le boycott de la coupe du monde de 78, la campagne pour la réapparition des bébés voles, la lutte contre la torture, la défense des mères de la place de mai, la mémoire des disparus, les procès des militaires, la crise de 2001, ...

    En présence de membres des associations et comites de solidarité avec le peuple argentin depuis les années 70 (ASFA, SOLMA, CIIP, ACIP-ASADO, AGSPA, Collectif Mémoire Vérité Justice…)

    Entrée libre. les mercredis de 15h à 20h et les samedis de 10h à 15h et sur rdv
    Org. ACIP-ASADO et Regards sur les droits de l’Homme
    Contact : contact @ laiguillage.com, acipasado @ gmail.com

    Grenoble, La Bifurk
    L’Aiguillage
    2, rue Gustave Flaubert

  • 40 ans de mobilisations pour la défense des droits humains en Argentine

    Une exposition principalement d’affiches mais aussi d’autres productions retraçant l’action a Grenoble, en France, et dans le monde entier en solidarité avec le peuple argentin depuis le coup d’état du 24 mars 1976 a nos jours.
    L’exposition retrace les principales campagnes pour la libération des prisonniers politiques, le boycott de la coupe du monde de 78, la campagne pour la réapparition des bébés voles, la lutte contre la torture, la défense des mères de la place de mai, la mémoire des disparus, les procès des militaires, la crise de 2001, ...

    En présence de membres des associations et comites de solidarité avec le peuple argentin depuis les années 70 (ASFA, SOLMA, CIIP, ACIP-ASADO, AGSPA, Collectif Mémoire Vérité Justice…)

    Entrée libre. les mercredis de 15h à 20h et les samedis de 10h à 15h et sur rdv
    Org. ACIP-ASADO et Regards sur les droits de l’Homme
    Contact : contact @ laiguillage.com, acipasado @ gmail.com

    Grenoble, La Bifurk
    L’Aiguillage
    2, rue Gustave Flaubert

  • 40 ans de mobilisations pour la défense des droits humains en Argentine

    Une exposition principalement d’affiches mais aussi d’autres productions retraçant l’action a Grenoble, en France, et dans le monde entier en solidarité avec le peuple argentin depuis le coup d’état du 24 mars 1976 a nos jours.
    L’exposition retrace les principales campagnes pour la libération des prisonniers politiques, le boycott de la coupe du monde de 78, la campagne pour la réapparition des bébés voles, la lutte contre la torture, la défense des mères de la place de mai, la mémoire des disparus, les procès des militaires, la crise de 2001, ...

    En présence de membres des associations et comites de solidarité avec le peuple argentin depuis les années 70 (ASFA, SOLMA, CIIP, ACIP-ASADO, AGSPA, Collectif Mémoire Vérité Justice…)

    Entrée libre. les mercredis de 15h à 20h et les samedis de 10h à 15h et sur rdv
    Org. ACIP-ASADO et Regards sur les droits de l’Homme
    Contact : contact @ laiguillage.com, acipasado @ gmail.com

    Grenoble, La Bifurk
    L’Aiguillage
    2, rue Gustave Flaubert

  • 40 ans de mobilisations pour la défense des droits humains en Argentine

    Une exposition principalement d’affiches mais aussi d’autres productions retraçant l’action a Grenoble, en France, et dans le monde entier en solidarité avec le peuple argentin depuis le coup d’état du 24 mars 1976 a nos jours.
    L’exposition retrace les principales campagnes pour la libération des prisonniers politiques, le boycott de la coupe du monde de 78, la campagne pour la réapparition des bébés voles, la lutte contre la torture, la défense des mères de la place de mai, la mémoire des disparus, les procès des militaires, la crise de 2001, ...

    En présence de membres des associations et comites de solidarité avec le peuple argentin depuis les années 70 (ASFA, SOLMA, CIIP, ACIP-ASADO, AGSPA, Collectif Mémoire Vérité Justice…)

    Entrée libre. les mercredis de 15h à 20h et les samedis de 10h à 15h et sur rdv
    Org. ACIP-ASADO et Regards sur les droits de l’Homme
    Contact : contact @ laiguillage.com, acipasado @ gmail.com

    Grenoble, La Bifurk
    L’Aiguillage
    2, rue Gustave Flaubert

  • Vernissage de l’exposition

    40 ans de mobilisations pour la défense des droits humains en Argentine

    Une exposition principalement d’affiches mais aussi d’autres productions retraçant l’action a Grenoble, en France, et dans le monde entier en solidarité avec le peuple argentin depuis le coup d’état du 24 mars 1976 a nos jours.
    L’exposition retrace les principales campagnes pour la libération des prisonniers politiques, le boycott de la coupe du monde de 78, la campagne pour la réapparition des bébés voles, la lutte contre la torture, la défense des mères de la place de mai, la mémoire des disparus, les procès des militaires, la crise de 2001, ...

    En présence de membres des associations et comites de solidarité avec le peuple argentin depuis les années 70 (ASFA, SOLMA, CIIP, ACIP-ASADO, AGSPA, Collectif Mémoire Vérité Justice…)

    Entrée libre. les mercredis de 15h à 20h et les samedis de 10h à 15h et sur rdv
    Org. ACIP-ASADO et Regards sur les droits de l’Homme
    Contact : contact @ laiguillage.com, acipasado @ gmail.com

    Grenoble, La Bifurk
    l’aiguillage
    2, rue Gustave Flaubert

  • Exposition - Ausencias (absences) du photographe Gustavo Germano
    Cette exposition met un visage sur les personnes qui ont disparu à l’époque des dictatures militaires en Argentine et au Brésil, des années 1960 aux années 1980 : des hommes, des femmes, des enfants victimes de sanglantes répressions. 30 000 disparus en Argentine et parmi eux, un des frères de Gustavo Germano.
    Dans les années 2000, le photographe réalise une série de clichés sur la base de photos d’albums de famille prises trente, quarante ans plus tôt. Gustavo Germano établit un parallèle troublant en saisissant sur les mêmes lieux et avec les mêmes postures les sujets photographiés. Mais ce rapprochement entre les deux époques souligne surtout la douloureuse absence de l’être aimé. Dans ces places vides, on aperçoit ceux qui ne sont plus là.

    Partenariat Collectif Mémoire-Vérité-Justice Rhône-Alpes et Musée de la Résistance et de la déportation de l’Isère / Maison des droits de l’Homme.

    Tous les jours sauf le mardi matin de 9h (10h le samedi et le dimanche) à 18h (mardi : 13h30-18h)

    Grenoble, Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère
    14, rue Hébert

  • Inauguration de l’exposition - Ausencias (absences) du photographe Gustavo Germano
    Cette exposition met un visage sur les personnes qui ont disparu à l’époque des dictatures militaires en Argentine et au Brésil, des années 1960 aux années 1980 : des hommes, des femmes, des enfants victimes de sanglantes répressions. 30 000 disparus en Argentine et parmi eux, un des frères de Gustavo Germano.
    Dans les années 2000, le photographe réalise une série de clichés sur la base de photos d’albums de famille prises trente, quarante ans plus tôt. Gustavo Germano établit un parallèle troublant en saisissant sur les mêmes lieux et avec les mêmes postures les sujets photographiés. Mais ce rapprochement entre les deux époques souligne surtout la douloureuse absence de l’être aimé. Dans ces places vides, on aperçoit ceux qui ne sont plus là.

    Partenariat Collectif Mémoire-Vérité-Justice Rhône-Alpes et Musée de la Résistance et de la déportation de l’Isère / Maison des droits de l’Homme.

    Lors de l’inauguration sera proposé une lecture en 3 langues de poèmes argentins et brésiliens contemporains ainsi que la présentation de l’ouvrage qui accompagne l’exposition.

    Grenoble, Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère
    14 rue Hébert

  • Conférence avec la participation de Tereza Eleutério de Sousa, Archives Publiques du District Fédéral (Brasilia) et chercheuse associée auprès de la Commission nationale de la Vérité et Werna Karenina Marques de Sousa, laboratoire CESICE de la faculté de droit.

    En partenariat avec Lado Brasil, le Collectif Mémoire-Vérité-Justice Rhône-Alpes, les Archives départementales de l’Isère Sciences Po Grenoble et le laboratoire CESICE

    Grenoble, Archives départementales de l’Isère
    2 rue Auguste-Prudhomme

    • à 14 h. : Quel internationalisme pour aujourd’hui ? Dans une réalité mondialisée, rechercher l’émancipation (de l’exploitation, de l’esclavage, de la domestication) par-delà toute frontière. Ici et là-bas, en Amérique latine : après les journées de septembre et novembre 2015, poursuite de la réflexion et des échanges sur les pratiques,les difficultés, les enjeux et débat,
      Avec des intervenants de diverses organisations politiques, syndicales, associatives, et le point de vue de latino-américains.
    • Stands. Pause-café
    • A 20h : Concert de jazz en hommage aux luttes d’hier et d’aujourd’hui des peuples d’Amérique latine, avec Julio Laks, pianiste chilien, ex-prisonnier politique et Bernard Genevois à la contrebasse, Josué Grimaldo, bassiste, et Jean-Luois Hubert à la batterie.
      PAF pour le concert : 10 et 5 €..

    Org. Nuestra America

    Grenoble, salle Olivier Messiaen
    1, rue du Vieux-Temple (entrée rue des Minimes)
    Tram B, arrêt Notre-Dame - Musée

Le Collectif Mémoire-Vérité-Justice-Rhône Alpes [1] et la Ville de Grenoble se sont réunis pour organiser un ensemble de manifestations pendant l’année 2016, à l’occasion du 40ème anniversaire de l’avènement de la dictature argentine (1976-1983). Le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, partenaire historique du Collectif, s‘est ensuite associé à eux ainsi que de nombreux autres acteurs culturels de la ville de Grenoble.
Le 24 mars 1976, a eu lieu en Argentine le coup d’État de la junte militaire qui a organisé de façon systématique la séquestration, la détention et l’élimination physique de dizaines de milliers de femmes et d’hommes et le vol de centaines d’enfants. Cette période tragique de l’histoire argentine s’est soldée par la disparition de 30 000 personnes - militants politiques et associatifs, employés, syndicalistes, étudiants, ouvriers, journalistes, lycéens - des milliers de prisonniers politiques, le vol de 500 bébés nés en détention et l’exil de plus d’un million de personnes.
Les militaires argentins ont ainsi instauré le terrorisme d‘État. Conjointement avec les autres dictatures d’Amérique Latine (Chili, Bolivie, Brésil, Paraguay et Uruguay), ils ont mis en place une campagne de répression clandestine transnationale, l’Opération Condor, visant à poursuivre et assassiner les opposants politiques.
Le 30 avril 1977, quatorze mères ont défié la sanglante dictature d’Argentine, demandant à propos de leurs enfants séquestrés : où sont-ils ? Elles deviendront les historiques Mères de la Place de Mai.
La dictature a enlevé des femmes enceintes, les a assassinées et s’est appropriée leurs nouveaux-nés. Les Grands-mères de la Place de Mai se sont levées et ont remué ciel et terre pour tenter de retrouver leurs petits-enfants disparus. La résistance, la lutte contre l’impunité et l’exigence intransigeante de mémoire, de vérité et de justice des Mères et Grands-mères de la Place de Mai n’ont jamais cessé. Leur combat, l’action des mouvements de défense des droits de l’homme et l’engagement de la société argentine, en convergence avec la volonté politique des gouvernements récents, ont permis des avancées exemplaires vers la vérité et la justice en Argentine et au niveau international.

Nous voulons rendre hommage aux Mères et Grands-mères de la Place de Mai, soutenir leur lutte et faire revivre le souvenir de tous ceux qui se sont battus pour une société meilleure. Nous croyons au besoin d’agir ici, en Amérique Latine ou ailleurs, pour vivre ensemble dans l’égalité, la dignité et la justice, ainsi que pour la défense des droits de l’homme, valeur universelle.
Aujourd’hui en 2016, nous sommes vigilants. Nous exprimons nos exigences - partagées par des centaines d’organisations sociales et des droits de l’Homme en Argentine et en différents lieux à travers le monde - pour une continuité de politiques publiques destinées au souvenir permanent des crimes contre l’humanité commis contre le peuple argentin et pour les jugements des responsables militaires et civils.

Collectif Mémoire-Vérité-Justice-Rhône Alpes,
Le site du Collectif

Tout le programme ici

[1Le Collectif Mémoire-Vérité-Justice-Rhône-Alpes est composé de 11 associations :

  • Association de Coopération Inter peuples (ACIP-ASADO)
  • Association Grenobloise de Solidarité avec le Peuple Argentin (AGSPA)
  • Casa Catala
  • Centre d’Information Inter-Peuples (CIIP)
  • Comite de soutien aux indiens Mapuches
  • Donde Estan
  • Lado Brasil
  • Maison Latina
  • Nuestra America
  • Solidarité avec Argentine Lyon (SOL-AR)
  • Viva el Tango

Agenda solidaire

AgendaTous les événements

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017