Victoire de 160 travailleurs sans papiers !

Publié le :

Concernant la solidarité avec les Sans papiers, les bonnes nouvelles sont plutôt rares. Raison de plus pour saluer la victoire de 160 travailleurs sans-papiers franciliens en grève depuis le 12 février 2018. Récit.

Travailleurs.euses sans papiers, Travailleurs.euses à part entière !
Ils luttent, Nous luttons pour leurs droits et leur régularisation

Quasiment dix ans après la première grande grève de travailleurs sans papiers du 15 avril 2008, 123 travailleurs sans papiers de 6 entreprises de la région parisienne se sont mis en grève, le 12 février 2018, pour exiger leur régularisation.
Des mois auparavant, d’autres travailleurs sans papiers, sur différents départements de la région parisienne, avaient fait grève avec la CGT pour en finir avec leurs conditions de surexploitation parce que sans titre de séjour valable : ceux du MIN de Rungis (94) en mars 2017, pendant 3 semaine ; ceux du Burger King parisien de la place de la République en charge du nettoyage ; ceux de la société de nettoyage Stem, sous-traitante de la Mairie de Massy (91) ; les ouvriers sans papiers du chantier de l’avenue de Breteuil à Paris... En fait, depuis les grandes grèves de 2008-2009, la CGT n’a jamais cessé de batailler avec les patrons et les gouvernements successifs pour arracher la régularisation de ces travailleurs.

Signe des temps, les travailleurs et travailleuses sont toujours davantage obligé.e.s de passer par des entreprises d’intérim pour des contrats de plus en plus courts. Sans papiers intérimaires, c’est un risque quasiment nul pour le donneur d’ordre qui nie toute responsabilité en cas de grève ou de contrôle. En cas de régularisation, celle-ci (documents, taxes et surtout mauvaise publicité) est supportée par l’entreprise d’intérim.

Les conditions qu’imposent les entreprises d’intérim aux travailleurs et travailleuses sans papiers leur permettent de négocier leurs contrats commerciaux sur la base d’un sérieux moins-disant social. En retour, les donneurs d’ordre gagnent en compétitivité, sur les prix mais aussi en terme de flexibilité.
Les travailleurs et travailleuses sans papiers sont appelé.e.s pour 3h, 4h, 10h.., enchaînent de toutes petites missions qu’il.le.s ne peuvent refuser même si le déplacement leur coûte plus cher que ce que ça va leur faire gagner (et qui, de toute façon, sera très inférieur aux taux en vigueur et en dessous du smic), sous peine de ne plus être appelé.e.s à l’avenir.

Un mouvement organisé et coordonné

Le mouvement de grève a été préparé bien en amont avec différentes structures de la CGT : les "Collectifs migrants" des Unions départementales de Paris, du Val de Marne (94), de l’Essonne (91), de Seine-St Denis (93), de la Seine et Marne (77) avec ou non des Unions locales, le Syndicat général du livre et de la communication écrite (SGLCE), la fédération intérim de la CGT et l’Union régionale Île de France (URIF).
Avec la grève, la Fédération des activités postales et de télécommunications (FAPT) s’est jointe au mouvement, avec des piquets de grève et 38 nouveaux grévistes.
L’objectif fixé est d’obliger le gouvernement à recevoir la CGT pour négocier un "cadre commun" à tous les grévistes quelle que soit "leur" préfecture de domicile pour leur régularisation.
S’ensuivent des rencontres CGT / préfecture de police de Paris chargée par le ministre de l’intérieur de coordonner les opérations de régularisation.
Le 23 mars, décision collective est prise de lever les piquets de grèves suite à l’engagement écrit des autorités publiques sur une issue favorable à leur demande régularisation pour tous.

Une victoire portée par la solidarité des organisations de la CGT, à mettre au crédit du courage, de la pugnacité et de la solidarité de tous ces travailleurs unis pour un même combat : défendre leurs droits et être reconnu.e.s comme des travailleurs.euses à part entière.
La lutte pour l’égalité des droits entre tous les travailleurs.euses sont les seuls moyens efficaces pour combattre le dumping social !

Source : La Forge, mars 2018 et Communiqué CGT, 23 mars 2018

Campagnes d’action

AgendaTous les événements

octobre 2018 :

septembre 2018 | novembre 2018