Festival "Palestine En Vue" 2019 5e édition

Publié le :
  • inauguration du festival en Isère : Projection-débat
    Fiction réalisé par Rani Massalha France/Palestine 2014, 1h25 min
    Le film de Rani Massalha est une fable politique qui se déroule dans le dernier zoo palestinien, sur la route de Naplouse, dans une zone encerclée par le mur. Par amour pour son fils, un vétérinaire kidnappe une girafe en Israël et la ramène dans les territoires occupés. Inspiré d’une histoire vraie.

    Eybens, Odyssée
    89 avenue Jean Jaurès

  • The Reports on Sarah and Saleem, le second long métrage de Muayad Alayan, a remporté deux prix lors de son avant-première mondiale à Rotterdam en janvier 2018.

    Synopsis et détails : D’après une histoire vraie, une liaison adultérine entre une femme juive et un Palestinien aux conséquences inattendues et dramatiques pour eux et leurs conjoints, emportés par le conflit qui agitent les deux communautés de Jérusalem faisant des deux amants une cible privilégiée des forces de sécurité israélienne.

    Avec Adeeb Safadi, Ishai Golan, Maisa Abd Elhadi (nous avons vu cette grande actrice dans les films 3000 nuits et dégradé, projetés dans le cadre du festival Palestine en vue.

    St Martin d’Hères, MonCiné
    10, avenue Ambroise Croizat
    Tram C, arrêt Flandrin-Valmy
    Tram D, arrêt Maison communale
    Bus 14, arrêt Croix-Rouge

  • Long métrage animation de Mats Grorud
    Comment comprend-t-on le monde qui nous entoure, quand on est une jeune palestinienne qui vit dans un camp ? Wardi a 11 ans et vit dans un camp de réfugiés palestiniens à Beyrouth. En 1948, son arrière grand-père Sidi s’est installé dans un camp après avoir été expulsé de son village.
    Presque 70 ans plus tard, cette situation censée être provisoire perdure encore. Le jour où Sidi donne à Wardi la clé de sa vieille maison en Galilée, elle s’attriste à l’idée qu’il ait perdu l’espoir d’y retourner un jour. En partant à la quête de l’espoir perdu de Sidi à l’intérieur du camp, elle collectera les témoignages de sa famille, d’une génération à l’autre.
    Les réfugiés vivent dans des constructions rudimentaires qui, faute de place, se sont étendues vers le ciel plutôt que vers l’horizon. Wardi gravit la Tour de sa famille, à la conquête de son histoire. Elle se lance ainsi dans une épopée transgénérationnelle au coeur des récits de ses proches. Ils lui racontent comment, à échelle humaine, ils ont pu être affectés par le conflit. En découvrant son passé, à travers les yeux de ses ainés, Wardi sera plus à même de comprendre son présent et de se projeter dans l’avenir.

    St Martin d’Hères, MonCiné
    10 avenue Ambroise Croizat
    Tram C, arrêt Flandrin-Valmy
    Tram D, arrêt Maison communale
    Bus 14, arrêt Croix-Rouge

  • Rencontre-débat avec le réalisateur Mohammed Alatar après la projection
    Nous vivons dans un monde où des frontières internationales renforcées sont construites plus rapidement et en plus grand nombre que jamais dans l’histoire, près de 70 depuis la chute du mur de Berlin. La grande muraille de Chine était devenue obsolète au moment où elle était achevée. Les murs de Paix de l’Irlande du Nord sont tout sauf cela. Un président états-unien a l’intention de construire un mur payé par ceux qui sont exclus.
    Le gouvernement israélien, en 2002, a entrepris la construction d’un mur de 700 km de long en Cisjordanie, du côté palestinien de la "ligne verte". Deux ans plus tard, dans son avis consultatif de 2004, la Cour internationale de Justice (CIJ) située à la Haye a déclaré illégale la construction d’un mur sur le territoire palestinien occupé. Les Palestiniens et beaucoup d’individus issus de la communauté internationale ont vu l’opinion de la Cour comme un tournant dans ce conflit prolongé. Aujourd’hui, plus de 14 ans plus tard, le résultat peu réjouissant laisse à réfléchir : Israël n’a ni renoncé au mur, qui est deux fois plus haut et quatre fois plus long que le mur de Berlin, ni entrepris de réparations. Au contraire, le mur est quasiment achevé et la majorité des États ont fait peu d’efforts pour la mise en application du droit, bien que ceci relève de leurs obligations.

    Broken, Un voyage palestinien à travers le droit international est un documentaire captivant sur le droit international, ses promesses brisées, la CIJ [2], le mur d’Israël en Palestine ainsi que les devoirs et les déficiences de la communauté internationale ; une toile enchevêtrée de droit, de politique et de pouvoir, et comment l’histoire a refusé de tourner la page. Des scènes poignantes dépeignent les conséquences du mur sur les personnes dont la vie quotidienne est affectée. Le film fournit des témoignages sincères d’experts en droit de renommée internationale, de juges de la CIJ, de diplomates chevronnés et de l’officier militaire israélien en charge de la construction du mur.
    Le film a été inspiré et produit par un ancien expert des Nations Unies qui a observé les impacts humanitaires du mur en Cisjordanie.

    En savoir plus : http://broken-the-film.com/fr/

    Grenoble, Cinéma Le Méliès
    Allée Henri Frenay

L’édition 2019 est dédiée à la jeunesse palestinienne. En Isère, c’est du 29 avril au 20 mai.

L’objet du festival est de présenter dans sa diversité le cinéma palestinien dans la région Auvergne Rhône-Alpes.
Après le thème de "la femme palestinienne" en 2016, celui de l’exil en 2017, et en 2018, autour des 70 ans 1948 - 2018 Résistances et résilience en Palestine, l’édition 2019 est dédiée à la jeunesse palestinienne.
En savoir plus ici

Tous les événements en Isère

Agenda solidaire

AgendaTous les événements