Expulsé·es !

Publié le :

Préfecture, métro, mairies : "Rien pour les locataires, les mal-logé.es et les sans-logis à part la violence de la police !"

Les locataires, mal-logé.es et sans logis, en lutte avec le DAL et le Front Contre Les Expulsions,qui occupaient depuis mardi 9 avril l’ex bâtiment du Crédit Agricole, rachetée par la Ville de Grenoble et aujourd’hui vide, ont été expulsées violemment par le propriétaire des lieux, la ville de Grenoble.

Malgré nos appels répétés à la préfecture, à la métro, et à toutes les communes de l’agglomération, aucun représentant de l’état ni aucun élu local n’est venu à notre rencontre.

Aucune négociation valable n’a été ouverte, aucune proposition de rendez-vous ne nous a été proposée concernant nos revendications, justes et légitimes, qui sont autant de raisons pour lesquelles nous avons été poussé à occuper ce bâtiment vide.
La seule réponse apportée est celle d’une d’expulsion très violente par la police que l’on sait extrêmement brutale en ces période de répression du mouvement social et populaire. Une militante âgée du DAL a été blessée et prise en charge par les pompiers tandis qu’une fillette a été gazée pendant l’expulsion.

Nous voulons être entendus, nous voulons en urgence des rendez-vous demandés depuis des semaines à la préfecture, à la Métro et à la mairie de Grenoble. Nous continuons le combat afin d’obtenir :

  • le maintien dans les lieux des locataires, en cours d’expulsion, dans l’attente de solution,
  • le maintien dans leurs lieux d’hébergement des personnes et familles en CADA et hébergements d’urgence, tant que des logements stables et pérennes ne leur auront pas été attribués. Nous refusons les solutions qui consistent à parquer les familles dans des hôtels éloignés des écoles des enfants et des centres de vie, dans une promiscuité indigne, ou dans des gymnases, parfois en attente d’être raflées par les services de l’immigration.
  • Le maintien des familles sur le campement Courtade, dans l’attente du logement pérenne de toutes
  • le maintien des occupant.es de bâtiments vides
  • aucune personne à la rue, le relogement de toutes et tous
  • l’application des lois DALO-DAHO et logement immédiat des bénéficiaires de ces dispositifs.

Nous demandons à toutes les villes de l’agglomération grenobloise leur soutien à notre action contre les politiques désastreuses de l’Etat et de la Préfecture, en mettant à disposition des logements publics vacants et en délibérant sur un arrêté anti-expulsion et anti-coupures, comme demandé par l’ensemble des associations de défense des locataires au niveau national.

Stop aux expulsions ! Réquisition des bâtiments vides ! Stop au logement cher ! Un toit c’est un droit !

Contactez-nous : Droit au Logement 38 : 06.41.30.55.18

Agglomération grenobloise

AgendaTous les événements