Chambéry : Communiqués de presse du DAL38

Publié le :

Expulsion mortelle à Chambéry

Ignominie de l’expulsion à Chambéry, le DAL38 solidaire et appelle au rassemblement prévu lundi 8 juillet devant la mairie de Chambéry.

Politiques d’abandon du logement social, droit au logement bafoué par les bailleurs sociaux, les élus municipaux, la Préfecture, expulsions de plus en plus nombreuses. Mais cette fois ci à Chambéry, c’est un homme qui est mort suite à une de ces expulsions, et sa famille est décimée.

Le logement était vacant depuis 3 ans, comme on le voit souvent lors des multiples plans de rénovation urbaine qui vident les quartiers populaires de ses locataires, démolissent ou réhabilitent pour vendre ou louer plus cher, affichant ainsi le mépris pour les plus précaires. La famille B. s’y est donc mis à l’abri, faisant droit elle-même à son logement. Insalubre, sans eau ni électricité, mais avec 3 enfants dont un nourisson en prénat’, c’est mieux que la rue.

Cristal Habitat, le bailleur social, ne l’a pas entendu comme ça. Huissier, police, expulsion, réexpulsion, à chaque fois que la famille revenait... A la 3ème expulsion le ton est monté entre Lakdhar qui défendait leur logement, et la police. Les forces dites de l’ordre n’ont pas pris de gants, violence de l’interpellation, il est menotté et traîné dans l’escalier jusqu’au fourgon. Les policiers n’ont pas tenu compte des alertes répétées des voisins qui les mettaient en garde sur son état de santé très fragile. L’accident cardiaque s’est produit quasi de suite, il était mort avant l’arrivée des pompiers. Lakdhar a été tué par l’irresponsabilité, la brutalité et l’acharnement des policiers, mais aussi de l’acharnement des donneurs d’ordre : hiérarchie, préfecture, bailleur, huissier, qui n’ont jamais mis sur pied une solution pour les maintenir ou les reloger dans un vrai logement.

Vive émotion dans le quartier, une famille endeuillée. Le DAL 38 fait part de sa grande tristesse et de sa colère et exprime toute sa solidarité à ses proches, ses amis, les locataires du quartier sous le choc.
Il est indigne de mourir en 2019 pour défendre le droit au logement de sa famille, de mourir parce que ni le bailleur, ni le maire ni le préfet n’a relogé cette famille avant la première expulsion, de mourir pour simplement se mettre à l’abri entre quatre murs, de mourir car la financiarisation du logement social compte mille fois plus pour les élus et les bailleurs que de permettre à toutes et tous une vie digne sous un toit !! Honte à toutes les institutions…

Le DAL dénonce le cynisme de l’État, des villes, des bailleurs qui se traduit aujourd’hui par cette fin tragique. Il exige un vrai logement pour la famille B, un jour de deuil national pour Lakdhar, victime de plus de la crise organisée du logement, et des arrêtés anti-expulsion dans chaque commune de France, pour que ce drame ne se répète plus jamais.
Il se battra toujours avec les locataires, les mal logé·es et les sans toits. Contre toutes les expulsions et les mises à la rue, contre la cherté des logements, des charges et des fluides, contre les politiques du logement opposées aux droits des plus précaires et bientôt aggravées par la mise en application de la loi Elan, contre la rue pour les 150000 personnes sans logements en France, pour la réquisition des trois millions de logements vacants.

Nous sommes solidaires de toutes les luttes, en Isère comme à Chambéry.
Non, non, non aux expulsions, réquisition !
.
Grenoble, le 6 juillet 2019

Mépris et violence pour les ami·es, les voisin·es et les personnes solidaires de Ladkhar, mort alors qu’il se faisait expulser

Le rassemblement de solidarité et de colère a réuni environ 150 personnes devant le conseil municipal de la ville, actionnaire majoritaire de l’organisme du logement social Cristal Habitat (SEM), principal responsable de l’expulsion. Plusieurs prises de parole se sont succédées avant que l’ensemble des participant·es entre au sein du
conseil municipal pour interpeller le maire et les élu·es sur la politique du bailleur qu’il co-préside, et leur position sur les expulsions locatives. Il n’y a eu aucune réponse et un immense mépris en direction de la victime, de sa famille et des personnes rassemblées ce soir-là... Pire, le maire a fait intervenir les forces de l’ordre en pleine salle du conseil municipal, qui ont violemment délogé les manifestant·es avec violence et gazage.... Un peu plus tard, une manifestante a été
poursuivie et interpellée dans les rues de Chambéry, et se trouve en ce moment en garde-à-vue.

Le DAL 38 réitère son soutien total à la famille de la victime, et exige que justice soit rendue.

Nous demandons :

  • La prise en charge totale des frais de rapatriement du corps par la mairie de Chambéry.
  • Le relogement digne et adapté, dans un logement social et non un foyer, de la famille de la victime.
  • La libération immédiate de la personne arrêtée lors de l’évacuation du conseil municipal de Chambéry et aucune poursuite judiciaire.
  • L’arrêt de toutes les expulsions en été comme en hiver.

Un Toit, c’est un Droit !

Fait à Grenoble le 08 juillet 2019

Région Rhône-Alpes

AgendaTous les événements