Pour la libération immédiate de tous les détenus d’opinion en Algérie !

Publié le :
  • Rassemblement devant le Consulat d’Algérie à Grenoble
    Pour exiger la libération de Lakhdar Bouregaâ, Louisa Hanoune, Samira Messouci…
    et de tous les détenu·es pour délits d’opinion

    à l’appel du Collectif isèrois pour la libération des emprisonnés politique en Algérie constitué lors de la délégation et du rassemblement devant le Consulat du 20 juin 2019.

    Demande d’audience auprès du Consul et conférence de presse sur place.

    Rassemblement soutenu par : Centre d’Information Inter peuple (Ciip), Algérie au Cœur Isère, Ligue des Droits de l’Homme Isère, Mouvement de la Paix Isère, fédération de l’Isère de la Libre Pensée, Union Départementale CGT, Union Départementale FO, FSU Isère, Union Syndicale Solidaires 38, fédération de l’Isère du PCF, Comité départemental du POI, Ensemble ! Isère.

    Grenoble, devant le Consulat d’Algérie
    7 quai Stéphane Jay
    à côté de la gare du téléphérique

Depuis le début du soulèvement citoyen en Algérie en février dernier, des dizaines et des dizaines de militant·es ont été emprisonné·es en raison de leurs positions et actions politiques.

Le 20 juin a eu lieu un rassemblement devant le consulat d’Algérie à Grenoble pour exiger la libération de Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs. Une délégation a été reçue par Monsieur le Consul.
Des rassemblements avaient lieu le même jour devant l’Ambassade d’Algérie à Paris, devant les consulats de douze autres villes de France, et devant des dizaines d’ambassades et de consulats dans le monde entier.
Alors que le militant des Droits de l’Homme, Hadj Ghermoul, a croupi en prison près de 6 mois pour avoir brandi une pancarte disant "Non au 5ème mandat de Bouteflika", l’opinion publique a appris avec effroi, fin mai, le décès du docteur Kamel-Eddine Fekhar en prison, militant de la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme.
Depuis, des dizaines de jeunes, dont Samira Messouci, élue du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) à Tizi Ouzou, ont été emprisonné·es pour avoir brandi le drapeau amazigh (berbère).
L’arrestation de Lakhdar Bouregaâ, héros de la lutte de libération nationale, l’un des fondateurs du Front des Forces Socialistes (FFS), marque un degré de plus dans la volonté de terrifier la population algérienne qui aspire à prendre son destin en main.
L’exigence de la libération des détenu·es politiques et d’opinion fait partie des revendications du peuple algérien qui a poursuivi les manifestations tous les vendredis de l’été malgré la canicule. Comme le 5 juillet, date anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, la manifestation du 6 septembre, 29ème vendredi consécutif, a été particulièrement massive.

Agenda solidaire

AgendaTous les événements